Guitoune, Piutau, Saili... ces stars qui pourraient jouer pour un autre pays en 2023
Guitoune, Piutau et Saili pourraient jouer pour leur pays d'origine en 2023.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

World Rugby a annoncé un bouleversement ce mercredi : cela pourrait permettre à de nombreux anciens internationaux de jouer pour une autre sélection.

OFFICIEL. Révolution dans le rugby : World Rugby approuve le principe du droit de naissanceOFFICIEL. Révolution dans le rugby : World Rugby approuve le principe du droit de naissance

C'est un changement majeur qu'a validé World Rugby ce mercredi : désormais, le changement de sélection pour un joueur sera autorisé sous différentes conditions. Comme expliqué dans un précédent article, cela ne pourra se faire que si le principal intéressé n'a plus été sélectionné dans son équipe nationale d'origine depuis 36 mois et qu'il est né dans le pays pour lequel le joueur souhaite évoluer, ou qu'il a un parent ou un grand-parent né dans ce pays. Ainsi, de nombreuses "mutations" pourraient être opérées en vue du Mondial 2023. Voici une liste non exhaustive de quelques anciens tricolores et autres stars internationales qui pourraient switcher :

Sofiane Guitoune - Algérie

Le saviez-vous ? Sofiane Guitoune est né en Algérie, à Alger plus précisément. Arrivé en France durant son enfance, l'ancien agenais est devenu international tricolore finalement peu de temps après avoir connu la première division. De fait, on ne sait pas s'il a vraiment déjà songé à représenter son pays de naissance. Toujours est-il qu'avec cette nouvelle règle et une équipe des Fennecs toujours en course pour sa qualification au Mondial en France, cela pourrait lui passer par la tête. À 32 ans, au sortir d'une grosse blessure et vu le renouveau du XV de France, la plus belle mèche de l'Hexagone sait qu'il y a autant de chance de retrouver le maillot bleu un jour que Tomas Lavanini n'en a de ne pas prendre de carton pendant plus d'un mois... Du coup, alors qu'il aura 34 piges en 2023, pourquoi pas le retrouver avec le numéro 13 de l'Algérie dans le dos prochainement ? Récemment, il déclarait d'ailleurs qu'il trouverait magnifique de voir les Fennecs et les Bleus s'affronter à Marseille lors cet évènement. Y'a plus qu'à, comme on dit. 

Top 14. Stade Toulousain. Sofiane Guitoune prêt pour décoiffer à nouveau ses adversairesTop 14. Stade Toulousain. Sofiane Guitoune prêt pour décoiffer à nouveau ses adversaires

Alivereti Raka - Fidji

Vous le savez, Raka fait partie de ces éléments qui ont pu jouer sous le maillot de l'équipe de France grâce à la naturalisation. Sauf que s'il performe de nouveau avec l'ASM, le natif de la province de Naitasiri se semble plus vraiment dans les plans du staff des Bleus, qui dispose déjà d'un noyau dur aux ailes. Alors Raka pour les Fidji en 2023, c'est possible ? Intrinsèquement pourquoi pas, lui dont on ne peut pas nier les qualités exceptionnelles de finition (44 essais en Top 14 à 26 ans...), et ce même si les Fidji sont déjà bien équipés à son poste. Sauf que le Clermontois a disputé son dernier match en Bleu en décembre 2020, et serait donc juste pour postuler en 2023 avec son pays d'origine, en respectant les 36 mois de non sélection préalables...

Noa Nakaitaci - Fidji

Pour Nakaitaci, reprenez le texte concernant Alivereti Raka, vous lui ajoutez deux variantes et votre équation est toute faite. En fait, à la différence de son compère, le Lyonnais sera lui éligible pour les Fidji à compter de 2022 mais, contrairement à lui, soigne actuellement une longue blessure et rien ne garantit qu'il sera au niveau des autres ailiers fidjiens en 2023, à 33 ans. Mais bon, cela ne coûte rien de l'imaginer sous un maillot blanc en train d'exécuter le Cibi et de faire 12 offloads à la minute...

Morgan Parra - Portugal

Et ça, vous étiez au courant ? Que Morgan Parra était éligible avec le Portugal du fait de ses origines ? En tout cas, et puisqu'il n'a plus été sélectionné en Bleu depuis mars 2019, vous imaginez un peu si la légende clermontoise s'offrait un dernier tour de piste avec les Loups pour accrocher le Mondial 2023 ? Fantastique, non ? Attention tout de même, certes le Portugal impressionne ces dernier temps, mais il devrait également être en concurrence avec l'un de ses anciens adversaires de Top 14 à la mêlée : Samuel Marques. Objectif, savoir qui sera le plus fort des deux dans 2 ans et surtout, lequel aura le plus de cheveux. Rien d'évident, en somme...

RUGBY. VIDEO. Personne n'en parle, mais le Portugal a failli réaliser l'exploit de l'annéeRUGBY. VIDEO. Personne n'en parle, mais le Portugal a failli réaliser l'exploit de l'année

Charles Piutau - Tonga

On vous le dit d'ores et déjà, il faudra à nouveau se méfier des Tonga en 2023. Bien qu'en perte de vitesse depuis le dernier Mondial, les Aigles des Mers vont, grâce à la nouvelle législation de World Rugby, pouvoir bénéficier de renforts tels que Charles Piutau. L'ancien All Black (30 ans) est l'une des stars de Premiership aujourd'hui et comme Fekitoa, a toujours clamé son envie de pouvoir jouer un jour pour son pays d'origine. Si le centre aux 24 sélections avec la NZ a déjà fait le nécessaire pour être éligible en passant par une étape à 7 avec les Tonga, l'arrière ou ailier, lui, le sera à compter de l'année prochaine. Deux suppléments de poids, qui devraient probablement en appeler d'autres...

Auraient également pu être cités : Francis Saili, Israel Folau, Ngani Laumape, George Moala...

VIDEO. Charles Piutau aspire l'âme d'un adversaire avec un cad-deb fulgurantVIDEO. Charles Piutau aspire l'âme d'un adversaire avec un cad-deb fulgurant

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • P243151
    5272 points
  • il y a 1 semaine

Marques en 9 et Parra en 10 comme en 2011 (Parra) ce serait pas mal pour les lobos

⚠️ Désolé mais il se plante Sofiane dans cet article "l'equipe des fennecs" c'est au ⚽️⚽️⚽️ et ils jouent dans un stade surnommé "le tribunal" oh Sofiane réveille toi.

Au 🏉 l'équipe d'Algérie est surnommé: l'équipe Aux DEUX LIONS ou LES LIONS ou LES VERTS. Et ils jouent à Oran.

C'est aussi le surnom d'un village appeler les lions indomptables.💙💚💛. Voila pour un peu d'histoire 😉, Sofiane.

Sinon Sofiane çe serait bien effectivement👍non seulement que tu viennes jouer pour l'Algérie mais aussi que tu t'impliques dans le rugby la bas en transmettant ton expérience et en etant un icone pour les jeunes interresés par ce sport merveilleux. Tu as beaucoups reçut à toi de donner, a ce niveau là.

  • Manu
    15143 points
  • il y a 1 semaine

Pour l'Algérie est ce que si tu as un parent ou grand parent né en Algérie française (avant 1962) ça compte ?
car, dans ce cas là, l'Algérie pourrait avoir de la gueule à condition que les fils ou petit-fils de "pied-noirs" acceptent de jouer avec ce pays avec lequel la relation est complexe.

@Manu

Toute personne née sur le territoire algérien avant le 19 mars 1962 a le choix de sa nationalité, française ou algérienne.

On parle beaucoup des joueurs du Pacifique que les Néo-Zélandais ont "vérouillé" avec une poignée de sélection sans qu'on ne les revoit sous le maillot noir, mais il doit également y avoir quelques cas intéressants dans les iles britanniques avec la multitude de joueurs qui ont des grands-parents irlandais, écossais ou gallois. Je pense par exemple à Mercer avec l'Écosse. Rodd vient d'être capé avec l'Angleterre mais nul doute que l'Écosse continuera de le suivre.

Pour revenir aux plus crédibles, Piutau et Fekitoa ont beaucoup milité pour cette réforme et on devrait les voir avec les Tonga. Israel Folau en a pas mal parlé aussi donc il est possible qu'il rejoigne ses deux compères. Si on ajoute Laumape qui, a priori, ne rejouera pas pour les All Blacks, soudainement les Tonga font beaucoup moins rire.

Côté Samoa on attendra certainement la décision de joueurs comme Sopoaga, Solomona ou Savea qui ne devraient plus rejouer avec leur première sélection nationale. Savea semblait dire qu'il franchirait le pas.

Les iles Fidji semblent avoir moins besoin de ces nouveaux joueurs disponibles. Pas sûr qu'un Nakaitaci, Raka ou même Kuridrani leur apportent davantage que ce qu'ils ont déjà, à part de la profondeur d'effectif. Peut-être Naiyaravoro ou Nathan Hughes, à la limite.

Plus étonnant mais sait-on jamais, Lozowski n'a pas connu de sélection avec l'Angleterre depuis 2018 et il devient éligible pour l'Italie. On rigole avec Parra pour le Portugal mais Jordi Murphy pourrait jouer avec l'Espagne dès l'an prochain, lui qui est né à Barcelone. Sachant que les Espagnols étaient à deux doigts de se qualifier pour la dernière CdM, il pourrait se laisser tenter.

@Imanol votre idole

La ou c'est plus genant a mes yeux c'est quand le joueur a bien plus qu'une poignee de selections en debut de carriere, par exemple un folau a plus de 70 selections avec l'australie, c'est quand meme pas pareil qu'un mec qui en a eu 3 pendant une obscure tournee ou il manquait du monde. Certains de ces joueurs ont compte et ete membres assez longtemps d'une autre selection. J'aurais ete en faveur d'un nombre limite de selection afin de pouvoir en changer, un truc comme 15 ou 20

@Yionel ma star

Je pense que c'est pour cela que World Rugby se réserve le droit du faire du cas par cas, en plus des critères déjà évoqués.

Fekitoa, 24 caps avec les All Blacks jusqu'en 2017, et Piutau, 17 sélections jusqu'en 2015, sont les deux principaux joueurs actifs à avoir milité et négocié pour pouvoir rejouer avec les Tonga, donc un plafond de 10 sélections ne les aurait pas satisfaits.

World Rugby souhaitant éviter l'opportunisme, on peut se questionner de savoir si les demandes de Julian Savea, presque recordman d'essais avec les All Blacks mais aujourd'hui loin dans la hiérarchie des ailiers, et de Folau, banni de la sélection australienne mais pour laquelle il jouerait toujours s'il le pouvait, seront validées.

Après, Piutau et Fekitoa n'ont plus été sélectionnés car ils sont partis en Europe. Si on était mauvaise langue, on pourrait se demander s'ils souhaiteraient toujours jouer pour les Tonga s'ils étaient encore éligibles pour la N-Z.

@Imanol votre idole

Ca peut aussi devenir un vrai probleme pour les blacks, certains joueurs hesiteront pas a partir tot en europe puisqu'ils sauront qu'ils pourront toujours aller jouer pour une autre selection. La je pense a un mec commr aumua qui risque de se sentir un peu barre

Je sais pas trop quoi penser de cette nouvelle législation. Y'a du bon, notamment pour les îliens naturalisés et sélectionnés en masse dans les écuries européennes et néo-Z, mais elle est aussi facilement contournable.
Prenons Raka, par exemple. Si Galthié souhaite le garder en réserve, dans une liste élargie, il lui suffit de l'aligner quelques minutes au prochain Tournoi pour l'empêcher de retourner dans la sélection de son pays d'origine en vue de la CDM 2023...

@lebonbernieCGunther

Ça n'est pas pire que ce qui se fait déjà.
Odogwu a été convoqué avec l'Angleterre deux semaines après que la presse a rappelé qu'il est éligible avec l'Italie.

Et Jones est coutumier du fait. Le fils Lynagh est éligible avec l'Australie et l'Italie, il le convoque. Cameron Redpath était éligible avec l'Écosse, il l'a convoqué aussi.
On peut au moins reconnaître qu'il ne les vérouille pas totalement puisqu'aucun d'entre eux n'a été capé, ce qui a permis à Redpath de s'engager avec l'Écosse, mais il s'assure que ceux qui sont éligiblent à d'autres sélections restent en périphérie du groupe anglais, juste au cas où.

Toujours mieux que les Néo-Z qui donnent 2-3 sélections et passent à autre chose.

Ensuite, World Rugby souhaite faire des changements au cas par cas. La démarche doit rester exceptionnelle et les raisons du changement légimitimes.
Si Raka, par exemple, était convoqué par Galthié et qu'il allait aux rassemblements sans pour autant jouer avant de postuler finalement pour les Fidji, il y a fort à parier que World Rugby refuserait le changement de sélection, prétextant l'opportunisme plutôt que le réel désir de jouer pour son pays de naissance.

@lebonbernieCGunther

Je disais en-dessous du précédent article sur le sujet que le plus pertinent aurait plutôt été de fixer un plafond de sélections (au foot c'est 5 je crois) au-dessus duquel les joueurs ne peuvent plus switcher, plutôt que de mettre une limite de temps, ce que je trouve un peu hypocrite dans la mesure où la sélection "Plan B" se retrouve à récupérer un joueur dont les meilleures année sont déjà derrière lui. Par exemple, si la règle avait déjà existé par le passé, je pense aux Fidji il y a quelques années qui auraient signé des deux mains pour récupérer Rokocoko et Sivivatu en 2011 (date de leurs dernières capes avec les Blacks), mais 3 ans plus tard en 2014 (date à laquelle ils auraient du coup été éligibles), quand bien même ils évoluaient encore à un niveau plus qu'honnête (titus en TOP 14 tout de même), auraient-ils réellement apporté une plus value par rapport à des Nagusa, Nadolo, Waisea ou Talebula (il faut avoir en tête leur niveau de l'époque, surtout Nadolo)? Pour moi, ce n'est vraiment pas sûr.

Derniers articles

Réseaux Sociaux
News
Transferts
News
News
Sponsorisé News
Transferts
News
News
Transferts
News