Guitoune, Piutau, Saili... ces stars qui pourraient jouer pour un autre pays en 2023
Guitoune, Piutau et Saili pourraient jouer pour leur pays d'origine en 2023.
World Rugby a annoncé un bouleversement ce mercredi : cela pourrait permettre à de nombreux anciens internationaux de jouer pour une autre sélection.

OFFICIEL. Révolution dans le rugby : World Rugby approuve le principe du droit de naissanceOFFICIEL. Révolution dans le rugby : World Rugby approuve le principe du droit de naissance

C'est un changement majeur qu'a validé World Rugby ce mercredi : désormais, le changement de sélection pour un joueur sera autorisé sous différentes conditions. Comme expliqué dans un précédent article, cela ne pourra se faire que si le principal intéressé n'a plus été sélectionné dans son équipe nationale d'origine depuis 36 mois et qu'il est né dans le pays pour lequel le joueur souhaite évoluer, ou qu'il a un parent ou un grand-parent né dans ce pays. Ainsi, de nombreuses "mutations" pourraient être opérées en vue du Mondial 2023. Voici une liste non exhaustive de quelques anciens tricolores et autres stars internationales qui pourraient switcher :

Sofiane Guitoune - Algérie

Le saviez-vous ? Sofiane Guitoune est né en Algérie, à Alger plus précisément. Arrivé en France durant son enfance, l'ancien agenais est devenu international tricolore finalement peu de temps après avoir connu la première division. De fait, on ne sait pas s'il a vraiment déjà songé à représenter son pays de naissance. Toujours est-il qu'avec cette nouvelle règle et une équipe des Fennecs toujours en course pour sa qualification au Mondial en France, cela pourrait lui passer par la tête. À 32 ans, au sortir d'une grosse blessure et vu le renouveau du XV de France, la plus belle mèche de l'Hexagone sait qu'il y a autant de chance de retrouver le maillot bleu un jour que Tomas Lavanini n'en a de ne pas prendre de carton pendant plus d'un mois... Du coup, alors qu'il aura 34 piges en 2023, pourquoi pas le retrouver avec le numéro 13 de l'Algérie dans le dos prochainement ? Récemment, il déclarait d'ailleurs qu'il trouverait magnifique de voir les Fennecs et les Bleus s'affronter à Marseille lors cet évènement. Y'a plus qu'à, comme on dit. 

Top 14. Stade Toulousain. Sofiane Guitoune prêt pour décoiffer à nouveau ses adversairesTop 14. Stade Toulousain. Sofiane Guitoune prêt pour décoiffer à nouveau ses adversaires

Alivereti Raka - Fidji

Vous le savez, Raka fait partie de ces éléments qui ont pu jouer sous le maillot de l'équipe de France grâce à la naturalisation. Sauf que s'il performe de nouveau avec l'ASM, le natif de la province de Naitasiri se semble plus vraiment dans les plans du staff des Bleus, qui dispose déjà d'un noyau dur aux ailes. Alors Raka pour les Fidji en 2023, c'est possible ? Intrinsèquement pourquoi pas, lui dont on ne peut pas nier les qualités exceptionnelles de finition (44 essais en Top 14 à 26 ans...), et ce même si les Fidji sont déjà bien équipés à son poste. Sauf que le Clermontois a disputé son dernier match en Bleu en décembre 2020, et serait donc juste pour postuler en 2023 avec son pays d'origine, en respectant les 36 mois de non sélection préalables...

Noa Nakaitaci - Fidji

Pour Nakaitaci, reprenez le texte concernant Alivereti Raka, vous lui ajoutez deux variantes et votre équation est toute faite. En fait, à la différence de son compère, le Lyonnais sera lui éligible pour les Fidji à compter de 2022 mais, contrairement à lui, soigne actuellement une longue blessure et rien ne garantit qu'il sera au niveau des autres ailiers fidjiens en 2023, à 33 ans. Mais bon, cela ne coûte rien de l'imaginer sous un maillot blanc en train d'exécuter le Cibi et de faire 12 offloads à la minute...

Morgan Parra - Portugal

Et ça, vous étiez au courant ? Que Morgan Parra était éligible avec le Portugal du fait de ses origines ? En tout cas, et puisqu'il n'a plus été sélectionné en Bleu depuis mars 2019, vous imaginez un peu si la légende clermontoise s'offrait un dernier tour de piste avec les Loups pour accrocher le Mondial 2023 ? Fantastique, non ? Attention tout de même, certes le Portugal impressionne ces dernier temps, mais il devrait également être en concurrence avec l'un de ses anciens adversaires de Top 14 à la mêlée : Samuel Marques. Objectif, savoir qui sera le plus fort des deux dans 2 ans et surtout, lequel aura le plus de cheveux. Rien d'évident, en somme...

RUGBY. VIDEO. Personne n'en parle, mais le Portugal a failli réaliser l'exploit de l'annéeRUGBY. VIDEO. Personne n'en parle, mais le Portugal a failli réaliser l'exploit de l'année

Charles Piutau - Tonga

On vous le dit d'ores et déjà, il faudra à nouveau se méfier des Tonga en 2023. Bien qu'en perte de vitesse depuis le dernier Mondial, les Aigles des Mers vont, grâce à la nouvelle législation de World Rugby, pouvoir bénéficier de renforts tels que Charles Piutau. L'ancien All Black (30 ans) est l'une des stars de Premiership aujourd'hui et comme Fekitoa, a toujours clamé son envie de pouvoir jouer un jour pour son pays d'origine. Si le centre aux 24 sélections avec la NZ a déjà fait le nécessaire pour être éligible en passant par une étape à 7 avec les Tonga, l'arrière ou ailier, lui, le sera à compter de l'année prochaine. Deux suppléments de poids, qui devraient probablement en appeler d'autres...

Auraient également pu être cités : Francis Saili, Israel Folau, Ngani Laumape, George Moala...

VIDEO. Charles Piutau aspire l'âme d'un adversaire avec un cad-deb fulgurantVIDEO. Charles Piutau aspire l'âme d'un adversaire avec un cad-deb fulgurant

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • P243151
    14895 points
  • il y a 2 ans

Marques en 9 et Parra en 10 comme en 2011 (Parra) ce serait pas mal pour les lobos

Derniers articles

Transferts
News
News
News
News
Transferts
Vidéos
News
News
News
Transferts