RUGBY. L'Afrique du Sud écœure la Nouvelle-Zélande et remporte la Coupe du monde
Au Stade de France, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande se sont affronté en finale pour conclure cette Coupe du monde de rugby 2023. (Photo de Michael Steele - World Rugby)
Au Stade de France, l'Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande se sont affronté en finale pour conclure cette Coupe du monde de rugby 2023.

Après une cérémonie d’ouverture chantante et pyrotechnique, le vrai spectacle commence ! Ce samedi 28 septembre, l’Afrique du Sud et la Nouvelle-Zélande s'affrontent au Stade de France pour la finale de la 10ᵉ Coupe du monde de rugby. Une affiche qui n’appelle pas à la nouveauté. Les deux nations triples championnes du monde ont remporté l’intégralité des éditions du mondial depuis le sacre de l’Angleterre en 2003.

Coupe du monde. La folle stratégie avec Antoine Dupont en cas de finale du XV de France face aux All Blacks !Coupe du monde. La folle stratégie avec Antoine Dupont en cas de finale du XV de France face aux All Blacks !

Les défenses s'envoient, Cane dans le rouge

Les hostilités prennent vie par un duel en tribune dans un premier temps. À travers un duel d’hymne et une ferveur palpable, les supporters des deux camps s’époumonent. Sur la pelouse, un haka chargé en émotion précède le coup d’envoi. Ce dernier sera introduit via le sifflet de Wayne Barnes, l’arbitre anglais dispute ici ce qui devrait être l’ultime match de sa carrière.

Par ailleurs, le Britannique a du pain sur la planche dès les premières minutes de jeu. À la deuxième minute, Shannon Frizell essaye de faire basculer Mbonambi dans un ruck. L’unique talonneur sud-africain de l’effectif voit le Néo-Zélandais tomber sur son genou. Le troisième ligne All Black sort pour quelques minutes via un bunker qui lui est favorable, le numéro 2 des Springboks quitte le pré sur blessure. Un scénario qui rappelle la sortie prématurée de Kyle Sinckler en finale du mondial 2019.

Pendant la première vingtaine de minutes, les deux équipes se jaugent. En supériorité numérique dans un premier temps, les Springboks enchaînent les charges d’avant et Handre Pollard lance ses trois-quart avec des chandelles qui tutoient les cieux. Les Néo-Zélandais plient, mais ne laissent que quelques minuscules brèches à leurs adversaires. Aussitôt comblées, elles amènent cependant à des erreurs défensives que le buteur vert se charge de bonifier. Les Springboks mènent la danse sur le score 3 à 9 à la 20ᵉ minute.

Dans un duel défensif acharné, les deux formations tentent de marquer les corps. Eben Etzebeth, Faf de Klerk et leurs coéquipiers font le choix d’une défense agressive. Les All Blacks, eux, tentent de s’aligner à la hauteur de l’évènement, mais leur capitaine leur fait défaut. Emporté par son élan, Sam Cane plaque haut Jesse Kriel. Le centre sud-africain touche son premier ballon en plus de 100 minutes cumulées sur la demi-finale et la finale et parvient à réduire les All Blacks à 14 pour l’occasion. Initialement envoyé au bunker, le TMO estime que la faute relève d’un haut degré de danger et qu’il n’y a aucun facteur atténuant. Carton rouge pour le capitaine des Néo-Zélandais.

COUPE DU MONDE. Symbole du jeu des Springboks : La statistique effarante de Jesse Kriel face à l’Angleterre !COUPE DU MONDE. Symbole du jeu des Springboks : La statistique effarante de Jesse Kriel face à l’Angleterre !La première période continue sur l’échange des buteurs. Richie Mo’unga et Handre Pollard alignent 3 points de plus chacun. Néanmoins, ce sont bel et bien les All Blacks qui mettent le plus souvent la main sur le ballon. Les hommes de Ian Foster ne mènent pas, mais repartent au vestiaire avec 65% de possession. Ils réalisent également environ trois fois plus de passes et deux fois plus de courses ballons en main que leurs adversaires. Les Springboks ont eu chaud avec 2 occasions d’essais très franches sauvées de justesse. Score à la mi-temps : 12-6 en faveur de l’Afrique du Sud.

Springboks - All Blacks : l'histoire du suspens

Dès le retour des vestiaires, l’Afrique du Sud montre qu’elle veut accélérer le rythme. Offensivement, les Africains harcèlent les All Blacks dans leurs 22 mètres. Après un beau mouvement, Kurt-Lee Arendse est tout proche de marquer le premier essai de la rencontre. Si l’ailier se jette bien sur le cuir, il retombe d’abord en touche et ne contrôle pas le ballon. Après ce coup de chaud, le froid retombe très vite alors que le capitaine Siya Kolisi réalise un plaquage haut sur Ardie Savea. Envoyé au bunker, le Springbok ne va pas connaître le même sort que son homologue. Le carton reste jaune, grâce à des facteurs atténuants.

À la 54ᵉ minute de jeu, Richie Mo'unga est pris d'un élan magnifique. L'ouvreur de l'Aotearoa part sur l'extérieur et une accélération bien sentie lui permet de mettre la défense sud-africaine sur la bande d'arrêt d'urgence. Le bon soutien de ses coéquipiers permet à Aaron Smith de plonger en Terre promise. Cependant, un en-avant néo-zélandais au début de l'action invalide ce petit bijou de rugby. Mais Scott Barrett et ses coéquipiers n'en démordent pas, ils conservent la balle et enchaînent les courses en direction de l'en-but sud-africain. Finalement, c'est Beauden Barrett qui bonifie cette domination, avant l'heure de jeu. Validé, il est précédé d'une magnifique sautée de son frère Jordie, suivie d'un très beau travail de Telea qui se casse plusieurs plaquages.

VIDÉO. Petit par-dessus, passe au pied et essai : Regardez-moi ce bijou de Beauden Barrett en Super RugbyVIDÉO. Petit par-dessus, passe au pied et essai : Regardez-moi ce bijou de Beauden Barrett en Super Rugby

Après une transformation ratée du buteur néo-zélandais, les All Blacks restent à un point d'écart des champions du monde en titre. Pour ne pas se faire peur, les Springboks continuent leur impressionnant travail en défense et leur couverture minutieuse des quelques coups de pieds adverses. Néanmoins, ce sont eux qui dominent les débats au pied et ciblent sans s'arrêter le fond du terrain adverse. Willemse, Pollard et de Klerk ont un malin plaisir à renvoyer la gonfle dans le dos des Océaniens. À l'heure de jeu, ils culminaient déjà à plus de 30 coups de pied dans le jeu.

Alors que les All Blacks deviennent de plus en plus remuants dans les 10 dernières minutes de jeu. Ils tentent de profiter de chaque turnover et Cheslin Kolbe ne se met pas en valeur. Coupable d'un en-avant volontaire à la 73ᵉ minute, il récolte un carton jaune et offre une précieuse pénalité à Jordie Barrett. Cependant, le canonnier noir n'envoie pas le ballon entre les perches. Les Springboks finissent le match à 14, Kolbe se morfond sur le bord du terrain et les All Blacks veulent croire à une victoire arrachée au dernier moment. Néanmoins, comme face à la France et l'Angleterre avant elle, la Nouvelle-Zélande tombe de haut. Du plus petit des écarts, les Springboks l'emportent après une dernière mêlée pleine de panique.

COUPE DU MONDE. Retour de Pollard avec les Springboks, une arme fatale face aux Bleus ?COUPE DU MONDE. Retour de Pollard avec les Springboks, une arme fatale face aux Bleus ?Siya Kolisi et toute la nation arc-en-ciel souffle. Après 1995, 2007 et 2019, l'Afrique du Sud remporte la quatrième Coupe du monde de son histoire. Elle devient la seule nation à afficher ce palmarès dans le monde du rugby.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Il y a un décalage étonnant entre l'engouement du public pour cette compétition et le faible niveau du jeu proposé.
On est en droit de se démander si l'intérêt du public ne se porte pas essentiellement sur la compétition dont le principal attrait serait de connaître le vainqueur ....la qualité du jeu passant bien après.
Pour preuve, les avanies arbitrales, l'organisation foireuse et les erreurs stratégiques de FG n'ont pas découragé le public qui plébiscite ce dernier et qui a été nombreux jusqu'à la fin de la compétition.
Autant les premières CdM gardaient le côté "à part" du rugby, autant les dernières éditions et celle-ci en particulier se rapprochent des grandes messes cathodiques que sont les JO ou les compétitions de football.
Spectacles où la performance, le décompte des médailles et le nom du vainqueur importent plus que l'intérêt porté a la qualité du sport proposé.
Nous-mêmes nous nous sommes fait prendre au jeu de la compétition, mais on voit bien que plus elle avançait moins cela nous plaisait. Et l'équipe qui a gagné est celle qui a le mieux maîtrise le temps dans cette compétition.
Je suis donc assez d'accord pour dire que c'est celle qui a le moins joué au rugby qui a gagné.
Donc tant que la compétition et son enjeu prendront le pas sur la volonté de faire bien évoluer le jeu, la WR continuera à faire de la m.....

Je me souviens d'une Une de l'équipe, "chic revoilà le Tournoi".
Il y a 25 ans
Alors si la CdM version Lapasset a beaucoup fait pour le rugby, ce temps est révolu. Pour le moment nous retrouverons l'attrait pour ce sport dans des formats courts.

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
News