6 Nations. Montées agressives, ballons hauts... Ce qui avait fonctionné pour nos Bleus face à l'Irlande
Sans Charles Ollivon, les Bleus auront fort à faire face à des Irlandais en quête de revanche.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

En attendant la rencontre de ce week-end, on a essayé de comprendre comment l'équipe de France avait battu l'Irlande lors du dernier Tournoi des 6 Nations.

Après une mise en bouche face à de valeureux Italiens, l'heure est désormais au plat de résistance pour nos Bleus. En effet, et pour la deuxième journée de ce Tournoi 2022, les hommes de Fabien Galthié vont affronter l'un, voir le favori de cette compétition, l'Irlande. Et ce statut n'est pas volé puisque les coéquipiers de Sexton sont sur une forme incroyable ! Invaincus lors de la dernière tournée d'automne, ces derniers ont notamment battu les Blacks, mais ont également infligé une correction à des Pumas sans solution. Plus frappant encore, l'Irlande n'a plus perdu depuis le 14 février dernier, soit près d'un an. Et son bourreau n'était d'autre que... la France !

RUGBY. 6 Nations. Equipe de France. Danty blessé, quelle paire de centres face à l'Irlande ?RUGBY. 6 Nations. Equipe de France. Danty blessé, quelle paire de centres face à l'Irlande ?Souvenez-vous de ce match âpre, disputé sur les terres irlandaises, et finalement remporté par des Bleus survoltés (13-15). Et pour ce faire, on a donc décidé de revoir cet affrontement au sommet, pour ressortir ce qui avait fonctionné pour nos Bleus face aux hommes d'Andy Farrell. Des axes de jeu qui, même un an après, pourraient bien se retrouver à nouveau décisif si le XV de France arrive à les maîtriser.

Des montées agressives qui ont perturbé le jeu irlandais

L'un des premiers points qui nous a frappé lorsque nous avons revisionné la rencontre, c'est tout d'abord l'attitude des Bleus en défense. Au-delà d'une efficacité au plaquage digne du niveau international (94 % de réussite), les hommes de Galthié ont avant tout réussi à gêner un maximum le plan de jeu irlandais, grâce à des montées rapides sur le premier porteur de balle. Un rôle que Matthieu Jalibert et Antoine Dupont ont rempli à la perfection, empêchant l'ouvreur du jour Burns (Sexton étant blessé) de déployer correctement les offensives. Souvent croqué, ce dernier n'avait que très peu de solution, et l'Irlande était ensuite obligée de repartir avec des cellules d'avants.

Bien entendu, il arrivait que les joueurs irlandais se défassent de cette marée bleue, notamment lors des ballons de récupération. C'est d'ailleurs lors de ces phases de jeu que l'on a vu le plus les coéquipiers d'Ollivon en danger, devant gérer des surnombres offensifs. Mais la plupart du temps, les ailiers Gabin Villière et Damian Penaud coupaient les extérieurs, empêchant le XV du Trèfle à trouver de la continuité dans leur jeu. Et quand on combine montées sur les extérieurs et pression sur le premier receveur, on obtient habituellement quelques balbutiements de la part des attaquants, ne trouvant pas la solution. Cette stratégie a d'ailleurs permis à nos Bleus de ne pas se retrouver souvent en difficulté, malgré une possession de balle largement à l'avantage des locaux.

Tournoi des 6 Nations. Pourquoi faut-il plus craindre l'Irlande que les Blacks ?Tournoi des 6 Nations. Pourquoi faut-il plus craindre l'Irlande que les Blacks ?Un Dulin impérial et une bataille des airs remportée

Comme vous le savez sûrement, l'Irlande maîtrise à la perfection la gestion des jeux au pied, ainsi que la pression sous les ballons hauts. Cette stratégie leur permet de ne pas prendre énormément de risque en attaque, tout en gagnant du terrain. Et même si ces derniers temps, le XV du Trèfle utilise moins cette arme qu'auparavant, elle reste une partie intégrante du plan de jeu de Farrell. Mais voilà, en ce 14 février 2021, les coéquipiers de Ringrose sont tombés sur un os : Brice Dulin. Quasi-parfait sous les ballons hauts (seulement deux de perdus sur 10 coups de pied de pression, un exploit face aux Irlandais), le Rochelais s'est également montré très précieux dans l'occupation du terrain, trouvant souvent les zones libres en fond de terrain. Cette performance XXL a mis à mal les vainqueurs de l'édition 2018, qui ont souvent reculé suite à cela. Nul doute que la performance de Melvyn Jaminet sera l'un des points clés ce samedi, face à une équipe d'Irlande qui voudra certainement le mettre sous pression.

STATISTIQUES. Face à l'Irlande, les Bleus devront régler le problème de la disciplineSTATISTIQUES. Face à l'Irlande, les Bleus devront régler le problème de la disciplineLes retours (intérieurs) gagnants

Jusqu'à présent, nous avons analysé la performance des Bleus d'un point de vue défensif. Mais avec deux essais inscrits face au pays du Connemara (Ollivon et Penaud), l'attaque française n'avait pas été en berne. Et ce qui avait (énormément) fonctionné ce jour-là, ce furent les retours intérieurs. En effet, les extérieurs ont souvent bien été bloqués par les arrières irlandais, ne laissant que peu de choix à Jalibert. Fickou a souvent avancé, mais force est de constater que ce sont surtout les avants qui ont trouvé les brèches dans la défense adverse. On a vu notamment Marchand, Baille ou encore Alldritt percer le premier rideau, grâce à de bons retours inférieurs effectués tantôt par l'ouvreur bordelais, tantôt par Antoine Dupont. Ceci a pu amener du jeu debout à plusieurs reprises, comme sur l'essai du capitaine des Bleus. À voir si les Irlandais ont réglé ce problème de défense, qui leur avait coûté cher l'année dernière.

RUGBY. 6 Nations. Michael Lowry, l’atout caché de l’Irlande face à l'équipe de France ?RUGBY. 6 Nations. Michael Lowry, l’atout caché de l’Irlande face à l'équipe de France ?Le défi physique remporté par les Bleus

Enfin, l'un des points d'orgues de cette rencontre fut l'abattage des avants français. Avec des joueurs comme Le Roux, Willemse, ou encore Atonio en sortie de banc, le pack français a souvent fait reculer les Irlandais, notamment en défense. Le deuxième ligne du Racing a d'ailleurs souvent coffré les locaux en haut, afin de ralentir le jeu et permettre aux Français de se replacer défensivement. Une puissance physique qui a également permis de mettre à la faute les Irlandais (9 pénalités), et donc de pouvoir se dégager plus sereinement de notre camp. En revanche, cette densité chez les avants bleus a eu son revers de la médaille : avec l'absence de joueurs comme Cretin (qui est entré en fin de rencontre) ou Woki, le XV de France a perdu énormément de touche (5), laissant échapper de nombreuses munitions. L'ironie du sort voudra que sur l'un des seuls lancers irlandais piqués par nos Bleus, le talonneur Kelleher se saisit (avec chance) du ballon pour inscrire le seul essai des locaux. Le défi de Galthié sera donc d'aligner un pack très dense pour contrer la puissance des avants de Farrell, tout en conservant de nombreuses options en touche.

6 Nations. Equipe de France. Dusautoir pas convaincu par les Bleus, Chabal se veut rassurant6 Nations. Equipe de France. Dusautoir pas convaincu par les Bleus, Chabal se veut rassurantUn an après ce succès à l'extérieur, beaucoup de choses (et de joueurs) ont changé : les plans de jeu ont pu évoluer, et il ne serait pas bon de vouloir copier à l'identique la performance du dernier tournoi. En revanche, certains axes cités ici pourraient bien être des points clés de cette rencontre, que beaucoup annoncent comme la finale de cette édition 2022.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Iyhel
    26260 points
  • il y a 3 mois

Le jeu de l’Irlande s’est bien affuté depuis un an (depuis l’automne même !) alors que côté français, pas sûr qu’on ait du neuf à proposer.
Difficile de juger, sur le match face au Pays de Galles, si les Irlandais sont déjà capables de mettre (et d’encaisser) une grosse pression physique (comme contre les NZ) tout en gardant leurs velléités offensives.

C’est pas encore tout à fait huilé mais la transformation entreprise par Farrell est admirable ; et pour une fois ils ne vont pas atteindre leur pic de forme un an trop tôt pour la Coupe du Monde.

Jaminet et la pluie a couter un essais contre l'italie
Vont il le bombarder ? Oui
Osera t-il Mettre Dulin qui lui a coûter une partie de sa prime ? Non j'en ai pas l'impression.
Faites vous jeu.

On peut surtout compter sur le retour de Galthié ?

Ce serait peut-être le bon match pour faire revenir Dulin et Leroux.
Dulin pour les ballons hauts et Leroux Willems dans les rucks.

  • O'Livey
    10519 points
  • il y a 3 mois

Très bon article. Un point à noter c'est que l'année dernière, malgré toute leur possession, les Irlandais n'étaient quasiment pas rentré dans les 22 français. A 2 reprises en fait je crois: sur l'essai casquette de Kelleher, et sur celui refusé à Lowe. Si on peut imputer ça à l'efficacité défensive Française, il faut aussi noter que l'attaque Irlandaise était complètement inepte. Et a effectué de très gros progrès depuis: je pensais qu'ils allaient prendre une rouste contre les AB à cause de cette attaque qui n'avait aucun tranchant, force est de constater que je me suis trompé, justement parce que cette attaque est à présent excellente.
Un autre point non négligeable c'est l'arbitrage dans les rucks, un point clé pour les deux équipes, qui pour mettre en place leur attaque nécessitent des libérations très rapides et propres. On avait était arbitré par Pearce, excellent arbitre mais qui n'intervient quasiment jamais sur cette phase là, à part pour siffler les fautes les plus évidentes. Ce qui a tendance à privilégier l'attaque, et donc l'équipe qui a le plus la possession. Un style d'arbitrage différent, en étant par exemple plus strict sur les rucks, pourrait changer la donne.

  • Pianto
    44805 points
  • il y a 3 mois
@O'Livey

bien d'accord sur tout et en particulier : très bon article.

Sans cet essai "chanceux" des irlandais, l'écart au score aurait été plus important...Cela a entrainé une fin de match des plus crispantes
Sinon, s'il y a une équipe que connait bien Galthié, c'est l'Irlande.
Rappelez vous ses commentaires dithyrambiques sur le jeu des "vert" quand il commentait sur fr 2
Ce qui ne veut pas dire qu'on va l'avoir facile, loins de là, mais je pense que le staff sait bien comment les jouer

@pascalbulroland

La seule équipe qu'ils ne savent pas jouer c'est l'Ecosse 😀

@Timmaman

C'est la seule équipe qu'ils n'ont pas battu en 2 tournois...

@pascalbulroland

C'est bien pour ça que je dis ça

  • Amateur
    10513 points
  • il y a 3 mois

Très bon article.
Merci

@Amateur

Oui, quand c'est bien, il faut le signaler aussi !!!

On ne peut pas se passer de l'abattage de LEROUX, particulièrement en défense, pour ce match.

Le soucis c'est la touche, si on garde WOKI et CRETIN, sachant qu'ALDRITT est incontournable en huit, il y en a un, qui n'a pas démérité, qui va devoir être sacrifié.

@Kalou38

À choisir, je sacrifirais Cretin.

@RUGBYDEOUF

Un seul sauteur en touche, c'est beaucoup plus facile à contrer

@Kalou38

Flament et Cros sont de bons sauteurs, tout comme Aldritt

@Kalou38

Flamant et Jelongh peuvent faire l'affaire.

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News