Rugby Amateur : nouveau décès d'un joueur après un choc reçu lors d'un match
Rugby Amateur : nouveau décès d'un joueur après un choc reçu lors d'un match.
Le monde du rugby est une nouvelle fois touché par le décès d'un joueur ayant reçu un choc lors d'un match.

Il s'appelait Nathan. Quelques semaines après le décès de Nicolas Chauvin (Stade Français), ce joueur amateur, qui évoluait au sein de son école d'ingénieur de Dijon, a perdu la vie suite à un choc reçu sur le terrain. Un choc intervenu avant la trève, comme l'explique un ami sur les réseaux socieux : après avoir reçu le choc, Nathan s'est "battu pendant plus de 40 jours dont 10 dans le coma."

Le monde du rugby rend hommage à Nicolas Chauvin, et appelle à une évolution des règlesC'est déjà le quatrième décès suite à un match de rugby sur le territoire français, en moins d'un an. Dans son message, l'ami de la victime "persiste à dire que notre sport n’est pas dangereux. Non il n’est pas dangereux, ce sport est beau, ce sport est technique mais nous se savons plus y jouer."

Il est grand temps que les instances de World Rugby et de la FFR se posent très rapidement les bonnes questions sur les règles à appliquer pour que le rugby redevienne le rugby, un sport où les parents veulent inscrire leurs enfants sans crainte, un sport où on ne peut plus se permettre de voir partir nos amis.

Le Rugbynistère tient à témoigner tout son soutien et ses plus sincères condoléances à la famille du défunt ainsi qu'à ses proches.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • AKA
    43365 points
  • il y a 4 mois

@Silkerin Je te reprends car ta remarque est intéressante, je ne sais pas de quelle génération tu est, mais de mon temps les rencontres universitaires étaient relevées! Dans bon nombre de ces équipes jouaient des garçons de niveau nationale seniors ou Reichel ou du moins un niveau juste dessous. Les CRESP surtout étaient bien "outillés". Ton intervention donc me fait venir une réflexion, au delà de terrible accident la "désertification" du rugby scolaire et universitaire n' est il pas responsable, dans une part assez importante, du déclin sportif et du nombre de licences au niveau national? De plus cela induit les écarts de niveau et de gabarits qui peuvent être la cause de pareils drames!!

  • Yoyo2a
    1891 points
  • il y a 4 mois

Dans mon dernier post lire pécuniere et non pepiniere

  • Yoyo2a
    1891 points
  • il y a 4 mois

Le seul et unique commentaire qui me vient c est quelle tristesse.....combien encore ??? Le rugby est un sport noble mais comme je l ai déjà écrit à de multiples reprises les sanctions doivent être exemplaires, pépinières et suffisamment importantes pour le joueur que cela pousse à la réflexion l ensemble des joueurs et entraîneurs. Une pensée très émue pour sa famille, ses amis et camarades de club. RIP

  • Pianto
    28043 points
  • il y a 4 mois

C'est d'une tristesse absolue.
Je n'en peux plus de ces accidents.
Je n'en veux plus.

On ne connait pas les circonstances de ce drame-là donc je me garderai de toute analyse de la dangerosité du rugby mais je dois avouer que ce weekend j'ai eu peur en regardant le top14.
Et derrière, ça.

  • tropico
    9465 points
  • il y a 4 mois

allah y rahmo
on va pas se mentir les accidents du genre ont toujours existé dans le rugby c'est juste que ce n'était pas médiatisé mais actuellement avec les reseaux sociaux etc on entend beaucoup plus parler c'est tt

@tropico

Ils ont tjrs existé oui, mais 4 en moins d'un an cela fait beaucoup et les réseaux sociaux ne date pas de cette année...

Et de quatre en moins d’ an !
Combien à la fin de la saison ?
Que font les instances nationales, les arbitres, les entraîneurs les éducateurs ?
Allo...

@Philou9364

Laporte bouffe du foie gras a longueur de jiurnee et passe son temps au tribunal. Le sac a vin de Simon doit pas etre loin et les presidents du top 14 jouent au monopoly avec les joueurs pour satisfaire spectateurs et gamins devant canal le week-end. Ah si... les éducateurs en chient pour la plupart mais ils sont bénévoles et ne connaissent rien donc on s'en fout.

Je ne sais pas si on touche à une malédiction, un malheureux concours de circonstances, une accélération des déviances qui impactent si durement notre pratique quoi qu'il en soit la famille du Rugby s'en trouve à nouveau endeuillée. Je n'ose imaginer l'immensité de la tristesse & désarroi qui tenaillent aujourd'hui famille et proches de ce jeune homme. C'est terriblement injuste de partir aussi jeune. Condoléances à tous les proches de Nathan.

J'aimerai savoir combien d'accidents de ce genre ont ils lieu dans les autres pays.
Et qu'on ne vienne pas me dire que les autres nations cachent les chiffres, je n'y crois pas un instant.
1- C'est pareil ou plus que nous il faut donc réagir au niveau mondial
2- C'est différent (moins d'accidents) alors c'est nous qui avons un problème

@Latruffeduperigord

Les morts des jeunes d'Aurillac et du SF ont ete commentees dans les journaux et les sites sportifs ici en Irlande. J'imagine donc que si l'inverse se passait - un decès à l'etranger - le Rugbynistere, RR ou le Midol au moins en parleraient. J'ai le souvenir que l'Equipe mais aussi d'autres sites plus generalistes avaient par exemple mentionne le decès d'une joueuse italienne l'ete dernier. Tout ca pour dire qu'à mon avis le problème semble plus important en France - sans etre absent ailleurs. Il ne faut aussi pas oublier qu'on doit etre sur le podium mondial en terme de licencies (pour l'instant) donc statistiquement plus de risques qu'en Finlande par exemple.

@Silkerin

C'est difficile de parler juste après la mort du mec, mais tout de même.
Je crois que tu as raison de souligner que le phénomène semble frapper la France particulièrement. Je crois que ce qui fait la différence, c'est la politique menée.
Aux débuts du professionnalisme, sur la fin des années 90, on faisait le constat que le rugby français s'imposait au niveau mondial. En 95, l'équipe de France est un client sérieux au titre. On ne va pas refaire la demi-finale, mais...
En 99, finalistes et battus par le jeu rigoriste australien après avoir flamboyé mais laissé du gaz contre les blacks. Et là, on passe à l'ère Laporte. Ce serait trop facile de réduire la responsabilité à sa seule personne.
A la maison, on sort de la décennie toulousaine à peu près à la même période. On va passer à la décennie biarrot-stadefranciste, avec un championnat plus hétérogène que jamais où on connait les demi-finalistes dès la première journée.
A cette époque, le rugby français se dit : "notre lacune par rapport à l'hémisphère sud, elle est physique."
Et là, on se met à favoriser un rugby de plus en plus restrictif où la différence se fait non plus tactiquement ni techniquement mais sur la dimension physique. Les piliers se sont mis à avoir des abdos et les trois-quarts à jambes de criquet et épaules de serpent ont disparu. La fin des années 90, c'est la période où j'étais en fin d'adolescence. Je faisais pas le poids pour jouer devant, j'étais pas assez rapide pour passer derrière. Que je lise le jeu ou pas, que je maitrise la technique, que je sache me placer, les entraineurs s'en foutaient. Il fallait du gaillard, rien que du gaillard. Dans les années 2000, j'ai essayé de tâter du niveau espoir et un entraineur m'a clairement écarté parce que je ne faisais pas le poids. J'ai pris 10 kg en un an, j'ai pas joué alors que j'avais jamais été aussi affuté.
Et aujourd'hui, on paie cette politique là. C'est même pas la faute à Camou, à mon avis. Les mauvaises décisions ont déjà été prises sous Lapasset.
Aujourd'hui, le constat est simple. On a mis à haut niveau des mecs qui ont été sélectionnés avant tout sur leur gabarit au détriment de leur savoir-faire rugbystique. Donc le niveau tactique s'est appauvri. On n'est plus foutu de trouver un vrai bon dix en EDF et on prend des leçons face aux blacks, on perd face aux bocks, face aux anglais, face aux australiens. Et les gars qu'on fait jouer à haut niveau, qui n'ont pas envie, légitimement, de perdre leur place, ils jouent avec leurs points forts. Donc ça tape fort, ça casse. Et ça finit par tuer.
Quant à notre existence sur la scène internationale, c'est pas compliqué : on joue pas mieux, mais toutes les équipes nationales comptent aujourd'hui des mecs qui jouent en pro ou pré-pro. Donc qui sont prêts à venir nous chercher (voir Fidji).

Mais le problème, il est aussi qu'on a voulu développer le produit top 14 pour que les gens suivent le spectacle. Donc il fallait ouvrir les portes massivement aux non-connaisseurs. Le non-connaisseur, il ne comprend pas une mêlée, il n'admire pas une passe bien faite, il ne peut pas trop comprendre un bon mouvement collectif. Il veut du gladiateur, le pas-connaisseur.

@Silkerin

Merci de ta réponse. Plus de licenciés plus de risque mais le pourcentage doit être le même d'un pays à l'autre si il est identique c'est un problème mondial.Si le pourcentage est disparate, comparer avec les pays qui serait similaire en termes de licenciés, et essayer de comprendre pourquoi. Tout a fait d'accord vis à vis de la Finlande, mais est ce qu'ils jouent au rugby ?

Le rugby universitaire, c'est ma pire experience en tant que joueur. A l'epoque dans mon equipe on avait des espoirs du FCG et quelques gars de Federale. Face a des debutants complets c'etait la boucherie. Vous ajoutez l'absence de coach et d'arbitre et vous obtenez des matchs qu'on a du arreter faute de jouers valides restants.
Quand on voit les spectateurs et les commentateurs qui se touchent sur les percus pleine poire de Yato ou encore des attentats seulement sanctionnes d'un jaune à Agen et Nanterre, comment voulez vous que les choses changent? Aujourd'hui on a les morts sur le terrain et je suis pret à parier que demain peu de pros se feront vieux. En football americain par exemple il a ete estime il y a quelques annees que l'esperance de vie des pros n'atteignait pas 50 ans, en cause les chocs à la tete... On a une generation perdue, sacrifiee. Si ca continue comme ca le rugby à XV va disparaitre en France - et ca sera tant mieux si rien ne change.
Dans tous les cas courage à sa famille et ses proches.

  • Aurel
    2182 points
  • il y a 4 mois
@Silkerin

J'ai adoré le rugby universitaire, j'ai trouvé l'ambiance absolument incroyable et je conseille à tout le monde d'essayer.



Cela dit, je crois que tu résumes un certain nombres de problèmes de ce championnat :

- Des écarts de niveau monstrueux.

En dessous de mon travail, s’entraîne l'INSA lyon. Ils ont je pense un niveau Fed 3, Fed 2. Quand tu joues contre des équipes avec un nombre de débutants significatif, c'est dangereux.

- Des problèmes d'arbitrage, perso je refusais de jouer les matchs sans arbitre. C'est trop dangereux, les mecs sont 2 m en hors jeu sur chaque action et tu prends des timbres de l'espace. Parfois les arbitres on 60 ans et ne sont plus capables de courir à la fin du match, ça devient n'importe quoi.

- Parfois pas de coach comme tu dis et pas de suivi médical, donc si le mec veut jouer blessé ou après un KO pour aider les copains, c'est possible.

@Aurel

Petit bémol : le rugby universitaire c'est le pied (probablement les années les plus dingues de ma vie) par contre l'association internationale de protection du foie ne recommande pas trop. Le rencontre de deux des plus grands groupes de consommateurs d'alcool du monde (étudiants et joueurs de rugby) donne un résultat assez inquiétant. Et comme dans mon cas j'appartiens en plus à un autre groupe de poivrots (les Bretons), ce n'était pas très beau à voir.

  • Grok
    1773 points
  • il y a 4 mois
@Silkerin

J'ai vécu la même chose dans l'autre sens. Joueur au sein d'une équipe de débutants complets dans laquelle le talonneur devait peser 70 kilos tout mouillé, quand il s'agissait de se cogner des équipes composées de golgoths évoluant pour la plupart dans des clubs de fédérale à côté, ce n'était pas drôle.
Bon, comme on en prenait en règle générale 40 dans les 25 premières minutes les mecs d'en face comprenaient vite qu'on ne représentait pas un grand danger et levaient le pied, mais il y avait toujours un "intellectuel" pour qui c'était l'extase d'aller défoncer une crevette lui rendant 60 kilos et n'ayant aucune technique donc ça aurait pu très mal se finir, même si à l'époque on se paluchait beaucoup moins sur le jeu de percussion.
Quoi qu'il en soit c'est une bien triste nouvelle 🙁

@Silkerin

Le foot US nous apprend tout ce qu'il y a à savoir sur les conséquences du "spectacle" avant la sécurité des joueurs (chocs violents à répétition et dopage), malheureusement il semblerait qu'on n'ait pas compris qu'il fallait s'y intéresser pour apprendre de leurs erreurs et non pas pour appliquer exactement la même recette qu'eux.

Le discours de Quentin est assez ambigu; le rugby n'est pas devenu plus dangereux aujourd'hui mais il a déjà tué 4 personnes en 1 an.
Comprends pas...
Quoi qu'il en soit, courage à la famille.

@Marc Lièvre Entremont

Il est un peu maladroit dans la formulation mais je comprends plus ou moins ce qu'il essaie de dire. Ce n'est pas le sport en lui-même qui est devenu plus dangereux, c'est ce qu'on a fait des joueurs et la façon dont on joue. Si l'on regarde sur les 20 dernières années il n'y a pas eu de modifications des règles allant vers plus de danger, le cadre du rugby est resté le même. C'est à l'intérieur de ce cadre que l'on a fait n'importe quoi en privilégiant la puissance à la technique, le rentre-dedans à l'évitement, le nombre de matchs pour plus de billets au repos des joueurs, le "spectacle" au respect des règles (même si je me demande ce qu'il y a de spectaculaire à voir des mecs essayer d'en tuer d'autres à grands coups d'épaule), en fermant les yeux sur le développement physique spectaculaire des joueurs et tout ce que cela implique.
Si l'on était beaucoup moins cons, on pourrait jouer au rugby beaucoup plus sainement avec les règles existantes. Mais du coup avec une hypothèse aussi improbable, on se retrouve obligé de changer les règles existantes.

@Team Viscères

@Team Viscères Je pense qu'il y a un autre point. pour ce qui est des niveaux non professionnels, tu trouves maintenant au niveau régional des joueurs ayant évolués en Prod2 / Fed1 et qui sont a des années lumières des joueurs "locaux".

Quand je regarde les joueurs jouer en Honneur ou promotion d'honneur ce sont déjà des athlètes qui n'ont rien a voir avec ce que j'étais, la muscu est passé plus que dans les clubs pro !

Donc on risque fort d'avoir des accidents plus fréquents avec les amateurs hélas.

@virilmaiscorrect

La muscu et pitêt les à-côtés de la muscu...

@virilmaiscorrect

C'est très juste, et le niveau universitaire en est l'exemple le plus frappant. Tu peux y croiser de futurs pros et des mecs qui viennent jouer juste pour tuer le temps. Quand je jouais en universitaire on avait récupéré un 10 qui venait de Massy, le mec venait en universitaire parce qu'il voulait juste s'éclater sans se prendre la tête. Il est passé de remplaçant en réserve là-bas à titulaire chez nous tellement la marche était haute, et quand il parlait de la marche entre lui et le top du top à Massy c'était la même. Et tout ce beau monde peut se rencontrer sur des terrains un jour, parce que ceux qui visent le top niveau viennent souvent jouer en universitaire en plus de leur parcours en club. D'ailleurs ce 10 nous avait parlé d'un centre prometteur dont il jurait qu'il finirait pro... 6 mois après on découvrait que le type s'appelait Bastareaud, qu'il signait au Stade Français et était à deux doigts de faire une tournée avec les Bleus. Avec mon hygiène de vie d'étudiant et nos pauvres entraînements à l'arrache une fois par semaine, si j'avais rencontré Basta sur un terrain je serais ressorti sous un drap et cela même s'il ne m'avait qu'à moitié percuté (ce qui aurait été dommage pour lui, en étant moins technique et mobile que lui sur le terrain je l'aurais mis en valeur).

@virilmaiscorrect

C'est aussi pour ca qu'on a connu des epidemies de ligaments petes dans mon club en honneur et promotion d'honneur. Les mecs se filent à la muscu mais vu l'hygiène de vie - assez discutable dirons nous - et les chocs de plus en plus violents, les genous et les epaules petent comme du pop corn. J'ai connu un paquet de mecs champion des salles et de l'infirmerie à la fois. Mais forcement les rares fois où ils sont sur le terrain, ils font du degats surtout à un niveau où il y a un enorme ecart de gabarit, technique ou de preparation.

  • Aurel
    2182 points
  • il y a 4 mois

C'est vraiment une triste nouvelle, surtout à un niveau où on joue pour s'amuser avec les amis, pour la convivialité, pour l'ambiance. Plein de courage à ses proches.



On n'en sait pas plus sur les circonstances, mais le championnat universitaire contient lui aussi son lot de danger, bien éloignés de ceux du top14. On a parfois des joueurs qui jouent en Fédérale 1 le weekend contre des joueurs débutants, avec des arbitres d'un niveau parfois proches du 0 absolu. Certains joueurs jouent sans visite médicale appropriée. Peut être qu'il y a là aussi une réflexion à avoir.



Mais au delà ce ça, je suis profondément en colère parce que c'est toujours la même histoire qui se répète, et cela donne l'impression qu'on aimerait éviter que tout cela change. Il suffit de regarder l'arbitrage ce weekend de top14 : Quand je vois le pilier du Racing qui cumule sur un même plaquage, le plaquage haut, à retardement, le bras armé, sans ceinturer et qui s'en sort, que dire??

Mais au delà de ça, il faut voir le nombre de joueurs qui plaquent systématiquement au niveau des pectoraux, qui percutent coude en avant, qui déblayent à la limite du plongeon lancés comme des sourds.



Certes les cartons rouges tuent le match pour les téléspectateurs, mais je suis persuadé qu'en mettant rouge sur tous les gestes dangereux, les joueurs feraient naturellement l'effort de plaquer/percuter/déblayer dans les règles pour éviter de pénaliser leurs équipes.



Les accidents arriveront dans notre sport, mais 4 morts la même année ce n'est pas acceptable.

Triste pour Nathan et pour le rugby. Je n'ai ni envie de voir mon sport se déliter, ni envie de ramasser des copains morts sur un terrain.

Je n'ai rien à ajouter à ce qui a déjà été dit ici sur ces drames. Il y aura les commentaires habituels de ceux pour qui "il n'y a pas a pas de risques zéro, c'est un accident malheureux" et des "quand prendra-t-on enfin des mesures efficaces pour éviter ces drames". Ni les uns ni les autres n'auront vraiment tort ou raison de s'exprimer ici. Quant à moi, je crois simplement que ce n'est pas le moment de monter à la tribune pour défendre son opinion, juste celui d'exprimer sa profonde tristesse pour tous les proches de Nathan et le monde du rugby.
Bien entendu il n'y aura pas de sourire du jour aujourd'hui.

Derniers articles

Vidéos
Vidéos
Amateur
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News