Top 14. ARBITRAGE. Will Skelton méritait-il vraiment un carton rouge face au Stade Toulousain ?
Le bras de Will Skelton entre directement en contact avec la tête de Richie Arnold
Si Toulouse s'est imposé à La Rochelle grâce à une maîtrise supérieure, le carton rouge adressé à Skelton a faussé la fin de match, et fait beaucoup de bruit.

Certes, la victoire de Toulouse à Deflandre ce dimanche ne fait pas grand contest, tant La Rochelle a eu les opportunités de l'emporter sans jamais les saisir. Les Rouges et Noirs ont pu jouir d'une fiabilité de leur buteur ainsi que d'une efficacité générale bien meilleures, et à la fin, dans des rencontres aussi accrochées, c'est ce qui fait la différence. Pourtant, nombreux sont les observateurs à arguer une nouvelle fois que sans le rouge distillé au deuxième ligne Will Skelton à l'heure de jeu, le résultat final aurait été différent.

Et ils n'ont probablement pas tort, car à s'y souvenir de plus près, les Maritimes étaient jusqu'alors relativement dominants sur les impacts, confiants en leur jeu et davantage entreprenants. Et qu'à l'instant même où la montagne australienne de 2m03 pour 140kg est sortie, il y eut comme un "pschiiit" qui résonna au-dessus de Marcel-Deflandre. C'est bien simple, dans la foulée, Thomas Ramos en profitait pour ramener les siens à quatre points (16-12) et c'est à compter de ce moment-là que les Toulousains reprirent la main sur le match, se faisant plus incisifs, plus pressants, plus corrosifs même, emmenés par leur leader in extenso Antoine Dupont, une nouvelle fois énorme. 

Bien sûr, l'action du plaquage haut de Skelton sur Arnold ressemblant plus à un accident qu'autre chose, et l'image étant assez vive mais sans laisser apparaître de grande violence non plus, certains comme Sébastien Chabal se sont dits "gênés" par la décision arbitrale et auraient préféré un carton jaune. D'autres, comme Marc Lièvremont, ont été plus mesurés et ont reconnu qu'il y avait bien un contact direct avec la tête et une forme de violence dans le geste de Skelton sur son compatriote australien, et que cela méritait donc bien un rouge, même si cela faussait la fin de match et frustrait tout le monde.

VIDEO. Champions Cup. Botia exclu de la finale après un plaquage ultra dangereux sur MédardVIDEO. Champions Cup. Botia exclu de la finale après un plaquage ultra dangereux sur Médard

L'ancien sélectionneur a vu juste, car dans ce genre de situation, notre expert Dédépuildébut nous rappelle que les directives de l'arbitrage sont aujourd'hui de se poser ces questions :

Y-a-t-il Contact à la tête ?  OUI

Est-ce une charge à l'épaule ou un plaquage ? Charge à l'épaule (considérée comme telle car le bras est fermé)

S'il s'agit d'une charge à l'épaule, il est demandé aux arbitres de ne pas analyser les circonstances atténuantes. Le carton rouge est donc conforme aux directives.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • ARI
    11057 points
  • il y a 2 ans

Je pense que les cartons distribués sur ce match ont permis de modérer d'autres fautes. Toulouse et la Rochelle en ont bénéficiés. Mais il y a une chose qui m'a marqué. C'est le comportement de Bourgarit... Il a passé son match à remettre en doute les décisions de l'arbitrage et il aurait dû être remis à ça place par l'arbitre. Il a été énorme sur ce match mais je pense qu'au bout d'un moment ce comportement l'a desservi. C'est ce qui manque à mon avis à ce joueur pour arrivé en EF. Moins de parole et plus de concentration.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Sponsorisé News
News
News
News