Une fondation anglaise souhaite changer les règles pour réduire les commotions cérébrales
La fondation Drake a mené une enquête sur les risques des commotions cérébrales.
Une enquête anglaise a montré que 29% des anciens joueurs de plus de 75 ans avaient une fonction cognitive dégradée. Cette dernière s'inquiète à l'avenir pour la génération actuelle.

D'années en années, le rugby essaye de lutter contre les commotions cérébrales avec notamment la mise en place d'un protocole depuis quelque temps maintenant. Certaines langues se délient sur les effets de ces fameuses commotions à long terme. C'était d'ailleurs le cas de Steve Thompson, ancien talonneur champion du monde avec l'Angleterre qui souffre de démence et avouait ne plus souvenir de la finale remportée face à l'Australie. Aujourd'hui au cours d'une étude reprise par la BBC, des experts britanniques ont tiré le bilan des conséquences de ces commotions une fois passé 75 ans.

Victime de démence précoce, Steve Thompson ne se souvient pas d’avoir été champion du mondeVictime de démence précoce, Steve Thompson ne se souvient pas d’avoir été champion du mondeLauren Pulling directrice générale de The Drake Foundation a estimé que les risques sur le cerveau les inquiétait et pourrait en grande partie pousser des joueurs à abandonner la pratique du rugby : ''Nous sommes préoccupés par les risques sur la santé du cerveau, tout comme les parents et les joueurs amateurs. Sans action urgente, nous pourrions voir des joueurs abandonner à tous les niveaux.'' Les résultats de cette étude appelée BRAIN, concernent en majeure partie les joueurs qui ont pratiqué le rugby avant qu'il devienne professionnel, soit avant 1995. Chez les personnes de plus de 75 ans, on note un lien entre les chocs à la tête et les risques de maladie comme la maladie d'Alzheimer. En revanche, aucun lien n'a été établi avec les personnes de 50 ans. La Fondation, qui lutte depuis 2014 sur les commotions dans le sport et leurs impacts souhaite que les changements au cours d'une rencontre soient réduits. Le but ? Réduite l'intensité des impacts au fil du match. Car James Drake, président et fondateur de la fondation s'alarme, notamment sur le fait que les joueurs soient bien plus costauds que par le passé : ''Il faut changer les règles pour refléter la façon dont le sport était pratiqué avant 1995, je pense que nous serons dans un bien meilleur endroit. Je suis vraiment inquiet si la tendance actuelle se poursuit, cela fera beaucoup plus de dégâts. Nous n'avons pour l'instant pas de données comparable au rugby moderne, nous n'avons donc pas une image complète. Mais nous savons que dans le rugby moderne, les joueurs sont généralement plus gros, plus forts, plus rapides, il y a donc plus de force sur le cerveau lors des impacts à la tête''. 

COMMOTION. Une nouvelle enquête jette un froid sur l'avenir du rugby et la santé des joueursCOMMOTION. Une nouvelle enquête jette un froid sur l'avenir du rugby et la santé des joueurs

La fondation s'inquiète donc pour les générations futures et souhaitent des ajustements. De son côté, World Rugby a répondu à la BBC : ''Le rugby est une famille mondiale qui se soucie profondément du sport. World Rugby se félicite de la poursuite des recherches et des points de vue qui informent et soutiennent l'élan positif généré par notre stratégie en six points récemment lancée pour cimenter le rugby comme le sport le plus progressiste sur le bien-être des joueurs.'' Concernant le résultat de l'enquête de la fondation Drake : sur 150 joueurs, aucune fonction cognitive n'a été observée dans le groupe des moins de 75 ans. En revanche, plus de 29 % des plus de 75 ans qui avaient subi au moins trois commotions cérébrales liées au rugby au cours de leur carrière, ont une fonction cognitive amoindrie, y compris une perte de mémoire. Le professeur Neil Pearce conclut : ''Les preuves s'accumulent sur les risques possibles pour la santé à long terme chez les anciens athlètes de sport de contact. Cette étude ajoute à cette lacune de connaissances et montre que jouer au rugby d'élite peut affecter la fonction cognitive chez les personnes âgées.'' 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

"Sur 150 joueurs aucune fonction cognitive n'a été observée" !? Encéphalogramme plat ??? 😊

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
Vidéos
News
News