RUGBY. Des pros aux amateurs, la cocaïne est un tabou devenu banal
Dans le monde du sport professionnel, la cocaïne semble être devenu une habitude depuis de nombreuses années. Derrière les troisièmes mi-temps et le stress des carrières, le rugby n'y échappe pas.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Selon un dossier paru le 15 avril, L’Équipe dresse le portrait de la cocaïne dans la France du rugby. Une poudre blanche loin d’être banale.

L’information surprendra les plus innocents : de nombreux rugbymen se droguent à la cocaïne. C’est en tout cas ce qu’affirme L’Équipe dans un dossier issu de son magazine. Intitulé “Comment la cocaïne gangrène le monde du rugby”, le long papier présente anonymement les habitués de la poudre blanche se baladant sur le rectangle vert. Cette drogue dure est présente “uniformément, aussi bien au niveau professionnel qu'amateur.” C’est ce que déclare Jérémy Roubin, le secrétaire général de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD).Valence Romans dans l'incompréhension totale après la suspension pour dopage d'un de ses joueursValence Romans dans l'incompréhension totale après la suspension pour dopage d'un de ses joueurs

Le quotidien sportif déclare même que 5 rapports d'analyse “anormaux comportant de la cocaïne” impliquant des joueurs de rugby ont été saisis par l’institution en 2021. L’un d’entre eux serait un international, un dossier classé sans suite. Les analyses du joueur en Bleu ne dépassent pas les seuils de l'agence mondiale antidopage. En Fédéral, deux dossiers n'ont cependant pas connu ce destin. Un joueur de Pro D2 déclare : “Dans certains coins de France, après un match, c'est cocaïne party”. Le journal précise que les légendaires derbys, tant attendus par les villes et villages, font parfois l’objet d’écarts.

Une drogue aux habitudes installées

L’organisme explique notamment que la cocaïne ne reste dans les urines que durant “48 heures maximum”. Une durée qui permet aux sportifs d’en prendre en début de semaine sans subir de conséquences sportives. Car oui, la “coke” n’est interdite que lors des compétitions officielles. Plus exactement, être positif à cette substance durant les périodes d’entraînement ou de repos ne fera encourir qu’une faible sentence. Ainsi, la très grande majorité des consommateurs ne connaissent aucune suspension liée à cela durant leur carrière. Les contrôles se faisant généralement les jours de matchs. Le secrétaire général de l’AFLD développe : “Si un sportif est testé positif à la cocaïne en compétition et qu'il établit que la prise de cette substance est hors compétition et qu'elle est sans lien avec la performance sportive, la suspension est réduite (entre un et 3 mois). Il encourt deux ans, sinon. C'est un allégement significatif.”JAPON - La Top League suspendue à cause de... la cocaïneJAPON - La Top League suspendue à cause de... la cocaïne

Au-delà d’un aspect festif, l’utilisation de cette substance serait également un malheureux atout. L’aspect euphorisant et l’illusion d’énergie supplémentaire serait un moyen de stimuler certains joueurs. Christian Bagate, ancien chargé de la lutte antidopage à la FFR, explique que la cocaïne est “le dopage du lundi, mardi, mercredi”. Si son utilisation serait la plupart du temps cantonnée aux troisièmes mi-temps et aux débuts de semaines, certains tenteraient d’en acquérir les avantages à l’occasion des matchs. Anonyme, un contrôleur de l’AFLD détaille : “Avant, nous arrivions avant le début du match. Du coup, les joueurs étaient alertés et ne prenaient rien. Maintenant, nous devons, dans la mesure du possible, nous présenter en début de deuxième mi-temps, car on sait que certains attendent la mi-temps pour en prendre.” 

L’impact sociologique et psychologique du rugby de haut-niveau

En 2015, le nageur Amaury Leveaux, champion olympique en 2012, avait déclaré que la consommation de cette drogue était récurrente chez les sportifs de haut-niveau. Il abordait le rapport à la poudre blanche, qu'il avoue avoir consommé, dans son livre Sexe, drogue et natation. Selon des paroles relayées par BFM TV, le médaillé évoquait une drogue qui "permet de repousser les limites et de se transformer en guerrier prêt à tous les combats". Spécialisé dans le dopage, le Dr Jean-Pierre de Mondenard parlait "d'hypocrisie du milieu sportif" la même année. Toujours pour BFM TV, il déclarait : "La cocaïne est interdite pendant les compétitions, mais elle n'est pas sanctionnée à l'entraînement. C'est une absurdité de la lutte anti-dopage. [...] La cocaïne diminue le temps de réaction, joue sur l'effort, ce qui facilite l'entraînement. Le jour de la compétition, même si le sportif n'est pas sous cocaïne, il va garder les réflexes qu'il a acquis lors de l'entraînement."

Rugby. Fin de carrière prématurée pour la star du XIII James Maloney, après un contrôle positif ?Rugby. Fin de carrière prématurée pour la star du XIII James Maloney, après un contrôle positif ?

Un champion de France de rugby “dont le palmarès commence à dater” a donné quelques explications à L'Équipe. Dans les colonnes du magazine, il déclare :

Je souhaite à n'importe quel mec lambda d'être un jour sportif professionnel, de gagner plein d'argent et d'être sous pression du matin au soir. C'est compliqué à vivre au quotidien. Personne ne peut comprendre tant qu'il ne l'a pas vécu, tant qu'il n'a pas joué et été applaudi par des milliers de personnes. Quand tu dois bien manger toute ta vie, t'entraîner, faire tout ce qu'on te dit, être à 800 % du matin au soir, sept jours sur sept, à un moment, il faut sortir, s'amuser, relâcher la pression. Certains font de la marche, d'autres prennent de la drogue. Pareil quand tu te retrouves en tribunes et que tu ne joues pas : tu retrouves cette adrénaline avec la coke.”

Pour combattre la consommation de drogue dans la vie courante, mais aussi le dopage dans le monde du sport, des numéros sont mis en place par l’État. Ces derniers sont confidentiels et anonymes. En voici un :

  • Drogues info service : 0 800 23 13 13 (Disponible tous les jours de 8h à 2h)

Certaines autres structures sont spécialisées en addictologie. Plus d’informations disponibles en cliquant ici.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News