RUGBY. ''Dans l’ADN de ce club, se faire des passes n’est pas la priorité'', Etcheto sans langue de bois sur le MHR
Vincent Etcheto n’a pas mâché ses mots en évoquant son passage au MHR. Crédit image : Screenshot Canal +
Vincent Etcheto revient sans langue de bois sur son expérience à Montpellier. Incompréhensions tactiques et putsch interne ont marqué son passage.

Ancien entraîneur des trois-quarts du MHR, Vincent Etcheto, a récemment été remercié à l'instar de Patrice Collazo. Suite au maintien des Cistes en Top 14, le technicien a partagé ses réflexions sans filtre sur son passage au club. Il confie au Midi Olympique que ses convictions et valeurs ne trouvaient pas écho au sein du MHR, un club où, dit-il, "se faire des passes n’est pas la priorité". Dès sa première réunion avec les arrières, il a proposé un style de jeu plus basé sur la possession et la circulation du ballon, mais s'est heurté à une résistance féroce.

RUGBY. Top 14. ''Mission remplie'' pour Patrice Collazo, remercié par Montpellier après le maintienRUGBY. Top 14. ''Mission remplie'' pour Patrice Collazo, remercié par Montpellier après le maintien

Un groupe divisé et sceptique

Le climat au sein de l’équipe était loin d’être serein et homogène. Plusieurs joueurs ont soutenu en privé les idées d'Etcheto, mais ils ont souligné que leurs coéquipiers n’étaient pas prêts pour ce style de jeu. Cette situation a révélé une profonde fracture au sein du groupe, que l’entraîneur n’a pas su combler, un échec qu'il reconnaît lui-même.

Je leur ai proposé de se faire plus de passes, de tenir plus le ballon, d’arrêter avec ce jeu de dépossession perpétuel. J’ai l’impression d’avoir parlé chinois, ce jour-là. 

Malgré ces difficultés, Etcheto garde un bon souvenir de son travail avec le reste du staff, composé de Bernard Laporte, Christian Labit et Patrice Collazo. Leur cohésion a été un point positif dans cette saison tumultueuse. Collazo, qui avait refusé de travailler avec Etcheto à Toulon, a finalement changé d’avis, avouant avoir apprécié leur collaboration. "On arrivait le matin au bureau de bonne humeur."

Le coup d'État des anciens

Les véritables tensions se sont révélées il y a un mois, lorsqu’un "putsch" a été orchestré par d’anciens joueurs du club. Etcheto accuse clairement des figures emblématiques comme Paillaugue, Caudullo, Ouedraogo et Picamoles, de vouloir reprendre le contrôle. "Ils ont été élevés au biberon Altrad et ont envie de continuer à téter," a-t-il déclaré sans mâcher ses mots.

RUGBY. TOP 14. Louis Picamoles de retour au MHR après l'échec de sa reconversion ?RUGBY. TOP 14. Louis Picamoles de retour au MHR après l'échec de sa reconversion ?Le Bayonnais regrette l'absence de liens personnels avec ces anciens joueurs, les accusant d’avoir saboté les efforts du nouveau staff pour maintenir le MHR à flots. "Le bilan est positif comptablement mais humainement très faible," ajoute-t-il. Soulignant la toxicité des ambitions internes qui ont miné la cohésion de l’équipe.

Le futur du MHR en jeu

L'entraîneur ne cache pas son scepticisme quant à l’avenir du club sous cette nouvelle direction. Il espère que les nouveaux entraîneurs feront mieux, sinon, le spectre de la relégation en Pro D2 plane sur le MHR. Pour lui, il aurait été bénéfique pour ces anciens de commencer leur carrière d’entraîneur en Pro D2 avant de reprendre les rênes d’un club de Top 14.

Au final, Vincent Etcheto quitte Montpellier avec des sentiments mitigés, appréciant les relations positives avec certains membres du staff mais regrettant les profondes divisions internes. Son expérience au MHR souligne les défis de transformer un club aux méthodes bien ancrées et la difficulté d’imposer un nouveau style de jeu dans un environnement réfractaire au changement.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

En lisant cela, je regrette encore plus que Grenoble ait perdu : comme quoi et comme parfois ce ne sont pas les meilleurs qui ont gagné !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos