RUGBY. Avant de défier la France, la Presse écossaise s'enflamme (déjà) autour de Russell et de ses funambules
Le 26 février prochain, France - Écosse décidera du principal outsider à la victoire finale de ce 6 Nations 2023 derrière le colosse irlandais.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Le 26 février prochain, France - Écosse décidera du principal outsider à la victoire finale de ce 6 Nations 2023 derrière le colosse irlandais.

Ce sont deux équipes qui ont montré de belles choses en ce début de compétition, mais qui doivent encore prouver pour espérer taquiner l’Irlande au classement. De son côté, la France doit assurer un sans faute lors des prochaines rencontres. Ils ont été bousculés par des problèmes de discipline dans un premier temps en Italie et un plan de jeu contestable à Dublin ensuite. Ainsi, les hommes de Fabien Galthié devront glaner le maximum de points avant la fin de la compétition. Une équation compliquée, mais pas insurmontable, avec deux réceptions prévues et un déplacement à Twickenham.

6 Nations. “La France rit bien, mais l'Irlande rit en dernier” : la presse en extase sur ce match fou, mais critique son arbitrage6 Nations. “La France rit bien, mais l'Irlande rit en dernier” : la presse en extase sur ce match fou, mais critique son arbitrage

Pour les Écossais, le début du Tournoi a eu des airs de mirage. Du côté de Londres, leur partition a été fabuleuse et haute en rebondissement. À domicile, ils ont dominé largement les Gallois lors de la deuxième journée, notamment grâce à une maestria de Finn Russell en seconde période. Actuellement, ils sont co-leaders du Tournoi 2023. Les coéquipiers de Stuart Hogg sont devancés par le XV du Trèfle de 3 unités à la différence de points.

En Écosse, la Presse livre une ode à son XV

Face à un mois de février canon, comme le XV du Chardon n’en a plus connu depuis longtemps, le nord de la Grande-Bretagne ne veut pas se réveiller de ce doux rêve. Si possibilité il y a, il se verrait bien gagner au Stade de France comme en 2021. Pour préparer les hostilités, le média national écossais The Scotsman commence déjà à encourager ses troupes. Selon lui, le début de Tournoi 2023 a la capacité de briser la spirale incessante de défaites encourageantes connue par la sélection ces dernières années. Dans un papier dédié, il met en avant les qualités de ses lignes arrières. En clair, le journal explique que si “Finn Russell est le marionnettiste, les arrières écossais sont parmi les plus grands de tous les temps”.

6 Nations 2021. Découvrez Matt Fagerson, le nouveau 8 surpuissant de l'Ecosse6 Nations 2021. Découvrez Matt Fagerson, le nouveau 8 surpuissant de l'Ecosse

Des éloge qui ont de quoi en faire rougir certains mais qui concerne aussi, plus globalement, le pack écossais. Souvent pointé du doigt comme la faiblesse de l’équipe, malgré ces excellents plaqueurs, la donne a changé selon le média britannique. Autre faiblesse récurrente de l’Écosse, une paire de centres complémentaires semble enfin s’être trouvée de l’autre côté de la Manche.  Ainsi, The Scotsman déclare ceci : 

Il se pourrait bien que celle de cette saison puisse être meilleure que toutes les précédentes. C'est évidemment en partie parce que Finn Russell est à son meilleur niveau, quasi-magique, tirant les ficelles comme un marionnettiste. Mais tous les arrières ont marqué ou créé des essais, et Darcy Graham attend toujours dans les coulisses. Après des années d'espoir, d'essais et d'erreurs, il semble que nous ayons enfin trouvé le partenariat idéal au centre. Sione Tuipulotu et Huw Jones se comprennent et se complètent idéalement.[...] La combinaison de Tuipulotu et Jones est assez spéciale. Ils offrent une menace qui doit rendre les défenses prudentes lorsqu'elles tentent d'isoler Russell.[...] Gregor Townsend est dans d'heureuses dispositions, lui permettant de choisir ses forces plutôt que de devoir essayer de couvrir ses faiblesses. Les joueurs offensifs se sont suffisamment bien comportés pour justifier une nouvelle sélection commune. Aucun joueur écossais, pas même Huw Jones, n'a autant progressé l'année dernière que Matt Fagerson, qui a été formidable contre l'Angleterre et le Pays de Galles. Et bien sûr, Richie Gray, un géant endormi ou somnolent, a retrouvé sa santé et sa vigueur. Si l'on considère que l'on avait tristement et à contrecœur jugé sa carrière terminée il y a un an ou plus, ses brillantes promesses n'ayant jamais été réalisées, c'est un pur plaisir de voir le géant se rafraîchir et retrouver toute sa vigueur."

En parallèle, le média écossais ne sous-estime pas pour autant les Bleus. Derrière ces compliments se cache par ailleurs un message de prévention. Ainsi, le canard écossais pointe du doigt les rencontres à venir en France et en Irlande. Il les décrit comme “deux matchs s'annonçant beaucoup plus difficiles” que les affrontements face à l’Angleterre et le Pays de Galles. Dans ses colonnes, il décrit même les deux formations comme les toutes meilleures de la planète. Le match du 10 février dernier entre les deux premières nations au classement mondial est alors pris en exemple, en précisant : “Leur rencontre à Dublin était de la plus haute qualité possible. Dans ces conditions, on aurait pu parier sur l'Irlande pour battre n'importe quelle équipe du monde et sur la France pour battre n'importe qui sauf l'Irlande.

VIDÉO. C’est quoi encore cette passe de barjo de Finn Russell pour libérer l’Écosse ?!VIDÉO. C’est quoi encore cette passe de barjo de Finn Russell pour libérer l’Écosse ?!

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Doux Jesus! La presse écossaise s'enflamme pour leur équipe!! Quels beaux parleurs!!
Ont ils décrété que :
Leur 1, 2, 4, 7, 8, 9, 10, 13, 14 sont les meilleurs du monde avec des articles dithyrambique chaque semaine ??
Leur staff le plus genial le plus beau le plus fort au pierre/feuille/ciseau
On ne dirait pas
Mais passons
Malveillance mise a part
Bravo et merci pour cette initiative de traduire et partager les analyse de la presse étrangère, cela peut ouvrir l'esprit de nos casques épais (et allègera le fardeau de Yonolan et d'un autre membre dont le nom m'échappe)
J'espère que vous persiserez dans cette voie.

On célèbre notre équipe, mais c'est qu'on vient de très loin.

Après on ne se fait pas d'illusion, la France (et l'Irlande derrière) demeure favorite.

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
News