RUGBY. Après le Crunch, Wayne Barnes a-t-il défendu les Bleus face à ses compatriotes anglais ?
Quelques jours après un Crunch polémique pour son ultime pénalité, Wayne Barnes est venu défendre la décision scellant la victoire du XV de France. (England Rugby)
Quelques jours après un Crunch polémique pour son ultime pénalité, Wayne Barnes est venu défendre la décision scellant la victoire du XV de France.

Thomas Ramos s’élance et frappe un cuir. Ce dernier parcourt l’air bouillant de la banlieue lyonnaise et vient se loger entre les perches. Résultat des courses, la France remporte le Crunch (33-31) et termine deuxième du Tournoi des 6 Nations 2024. Oui, mais voilà, l’emplacement de ce ballon à ce moment-là, sur son tee, n’a pas convenu à tout le monde.

6 Nations. Trop dure ou logique ? Pourquoi la pénalité qui offre la victoire au XV de France a fait débat6 Nations. Trop dure ou logique ? Pourquoi la pénalité qui offre la victoire au XV de France a fait débat

En cause, plusieurs personnalités du monde anglo-saxon ont dénoncé une pénalité sévère. Parmi eux, on compte le consultant de la télévision britannique Ugo Monye. Selon lui, Angus Gardner aurait crucifié des Anglais prêts à arracher une victoire dans la capitale des Gaules.

En début de semaine, l’ancien arbitre international Wayne Barnes est venu analyser la décision de son homologue. Durant une tribune signée dans le journal The Telegraph, l’officiel de la dernière finale de Coupe du monde a confirmé que cette pénalité pour la France n’avait rien d’une injustice.

RUGBY. 6 nations. Laurent Labit juge le XV de France et les choix de Galthié : ''C’est plus facile à voir après''RUGBY. 6 nations. Laurent Labit juge le XV de France et les choix de Galthié : ''C’est plus facile à voir après''

Dans sa déclaration, l’Anglais explique que les observateurs expliquant que ce plaquage sans les bras n’est pas une première, mais est sifflé contrairement à d’autres, font un amalgame avec le règlement. En effet, Wayne Barnes affirme que “le règlement n’évoque pas directement la notion de plaquages sans les bras, mais explique qu'un joueur ne doit pas renverser un adversaire porteur du ballon sans essayer de le saisir.

Ainsi, selon l’ancien arbitre international, la position des bras lors d’un plaquage doit être appréhendée en fonction de si le plaqueur essaye de saisir ou non le porteur de balle. En confirmant des propos prononcés par d’autres observateurs auparavant, il décrit “une situation vraiment délicate.

RUGBY. 6 nations. Laurent Labit juge le XV de France et les choix de Galthié : ''C’est plus facile à voir après''RUGBY. 6 nations. Laurent Labit juge le XV de France et les choix de Galthié : ''C’est plus facile à voir après''

Cependant, Wayne Barnes explique que cette attitude anglaise n’était pas une première durant la rencontre. Il donne un exemple d’une action similaire ayant eu lieu durant le Crunch :

À la 34ᵉ minute du même match, Ellis Genge a tenté d'arrêter Uini Atonio alors qu'il portait le ballon dans ses 22 mètres. Angus Gardner a accordé une pénalité. À ce moment-là, tout le monde a constaté que, lorsque Genge a plaqué le géant français avec son épaule droite, son bras droit était près de son corps. Il n'a manifestement pas essayé de saisir le pilier français.”

En complément, il avoue que “le plaquage de Ben Earl était moins évident” à juger, mais ne contredit pas la décision de son homologue. Voir un Anglais venir à la rescousse de Français face à ses compatriotes, en voilà une attitude très ©ValeursDuRugby.

RUGBY. ''Ramos est le 10 le plus similaire à Wilkinson'' chez les Bleus pour ce journaliste étrangerRUGBY. ''Ramos est le 10 le plus similaire à Wilkinson'' chez les Bleus pour ce journaliste étranger

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Jak3192
    76476 points
  • il y a 1 mois

Wayne Barnes ?
Pour moi il est comme Moumou de la rade: il n'est plus dans le rugby, faudrait cesser de parler de lui.
Voila

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News