RUGBY. 6 Nations. Le XV de France de Galthié est-il hanté comme la génération 2011 ?
L'ancien sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André a livré au Midi Olympique son analyse sur ce début de cycle du XV de France dans le 6 nations. Crédit image : screenshot France 2
L'ancien sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André a livré au Midi Olympique son analyse sur ce début de cycle du XV de France dans le 6 nations.

Le deuxième mandat de Fabien Galthié n'a pas démarré sous les meilleurs auspices. Un revers déroutant contre l'Irlande, une victoire poussive en Écosse puis un nul alarmant contre l'Italie, ce n'est pas ce qu'avaient imaginé les supporters du XV de France après la déception du Mondial. C'est dans ce contexte que l'ancien sélectionneur du XV de France, Philippe Saint-André a livré au Midi Olympique son analyse sur ce début de cycle. RUGBY. Déroute, victoire étriquée et tension : La France au bord de l'effondrement dans le 6 Nations ?RUGBY. Déroute, victoire étriquée et tension : La France au bord de l'effondrement dans le 6 Nations ?Ses mots résonnent avec un écho particulier, rappelant que les plaies de la Coupe du Monde ne se referment pas au coup de sifflet final. Saint-André connaît bien la mélodie du désir inassouvi, lui qui, en 2011, avait hérité d'une équipe marquée par l'échec d'un titre mondial qui leur avait échappé de peu face aux All Blacks

"Le groupe est traumatisé", confie-t-il, une réalité amère mais partagée par de nombreux acteurs du ballon ovale. Cette frustration, lourde comme un ballon sous une pluie battante, est difficile à dissiper. "Moi aussi quand je prends l’équipe de France, j’ai subi ce temps, où les joueurs ressassaient ce point qui nous avait manqué pour gagner la finale 2011. Parce qu’il y a eu de la frustration face à l’Afrique du Sud, on ne peut pas effacer tout d’un coup d’éponge."

Pour PSA, le temps est un allié précieux mais capricieux. Il évoque la nécessité de laisser les joueurs respirer, digérer, pour enfin pouvoir se projeter. "Les 80% de victoires du premier mandat nous avaient bercés d'illusions", admet-il, soulignant la difficulté de tourner la page quand l'espoir a été si palpable.RUGBY. 6 Nations. Meafou vers un baptême de feu contre le Pays de Galles avec le XV de France ?RUGBY. 6 Nations. Meafou vers un baptême de feu contre le Pays de Galles avec le XV de France ?La décision de Fabien Galthié de s'appuyer sur les mondialistes pour le tournoi post-Coupe du monde suscite le débat. Saint-André de pointer du doigt le risque de l'épuisement physique et mental des joueurs, déjà mis à rude épreuve par une saison à rallonge. "Ils sont au bout du rouleau", selon lui. Une image forte qui interroge sur l'équilibre entre continuité et renouvellement.

Le parallèle avec 2011 est frappant. À l'équipe, PSA avait privilégié les finalistes mondialistes pour leur offrir une belle sortie. Retardant ainsi un renouvellement sans doute nécessaire. Aujourd'hui, il observe les conséquences d'un choix un brin similaire de Galthié, entre la fierté des performances passées et les défis immédiats posés par la fatigue et les blessures.RUGBY. 6 Nations. Choix tactiques : Quel ouvreur pour le XV de France pour redresser la barre ?RUGBY. 6 Nations. Choix tactiques : Quel ouvreur pour le XV de France pour redresser la barre ?Certes, le sélectionneur actuel avait envie de poursuivre le travail entamé en 2020 en donnant encore plus de sélections et de vécu commun au coeur de son groupe en vue de 2027. Mais de l'avis de beaucoup, il aurait dû sans doute plus ouvrir son équipe à de jeunes pousses. Quitte à tirer un trait sur un éventuel gain du Tournoi au profit d'une progression pour globale de l'équipe. Les critiques auraient sûrement été moins acerbes en cas d'échec. 

Sans doute y avait-il chez lui comme chez les internationaux cette volonté d'effacer rapidement l'amertume du Mondial. Et cela s'est vu sur le pré avec des Bleus voulant marquer à tout prix pour chasser la pression, en particulier face à l'Italie. Ce Tournoi 2024 sera très certainement riches en enseignements pour les joueurs et le staff actuel mais surtout pour ceux qui suivront. Espérons cependant que ce deuxième mandat ressemblera plus au précédant qu'à celui de PSA.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Depuis le COVID, on est devenu sensible à ce type de propos donc il y a blocage.

On reste bloqué sur la violence, la brutalité de l'inversion.

On est sur une inversion de chronologie.

Une équipe se prépare. Elle éprouve sa force. Les victoires apportent de la confiance, amènent des certitudes.

Le XV de France de la CdM était fort et conscient de sa force.

La défaite par un point ne retire rien à cette période. Encore moins quand on accepte et ne nie pas le poids de l'arbitrage dans ce résultat.

De là, ré écriture à rebours du passé récent: il ne fallait pas voir dans cette période une période propice à gagner des certitudes, de la confiance, il fallait y voir une période où on se berçait d'illusions.

Les propos sont graves et témoignent d'une mentalité.

Alors que ce XV de France était avec le XV de 1995 le plus fort à se présenter à une CdM, on arrivera peut-être à le décrire comme un XV fumiste, qui se voyait trop beau et se dégonfla comme une baudruche.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News