RUGBY. Déroute, victoire étriquée et tension : La France au bord de l'effondrement dans le 6 Nations ?
Brian O'Driscoll pointe du doigt le manque de confiance criant au sein du XV de France, exacerbé par une série de performances décevantes dans le 6 Nations. Crédit image : Screenshot France 2
Brian O'Driscoll pointe du doigt le manque de confiance criant au sein du XV de France, exacerbé par une série de performances décevantes dans le 6 Nations.

Au cœur d'un Tournoi des 6 Nations 2024 tumultueux, l'équipe de France est pour l'heure loin du niveau affiché pendant les quatre premières années du mandat de Galthié. Les questions fusent chez les supporters et les observateurs. Sans que des réponses précises aient été apportées. Chacun a son avis sur la question. Brian O'Driscoll pointe du doigt le manque de confiance criant chez les Bleus, exacerbé par une série de performances décevantes. Selon lui, la pression monte inévitablement sur les épaules du sélectionneur tricolore.

La déroute inaugurale contre l'Irlande a été un coup dur. Puis il y a eu une victoire étriquée contre l'Écosse, grâce à une décision favorable du TMO, et une confrontation haletante contre l'Italie, où le sort du match s'est joué sur une pénalité manquée de Paolo Garbisi à la dernière seconde. Des contre-performances qui s'accumulent et font peser une certaine pression sur les joueurs et le sélectionneur.

La déception a vraiment pesé sur eux. On a l’impression, non pas qu’elle s’est effondrée, mais qu’elle est en train de s’effondrer. La France a été à son meilleur sous Galthié. En particulier en 2022, ils ont joué avec une confiance et une conviction énormes et, oui, il y avait une bonne part d’improvisation, mais on avait l’impression qu’il y avait une certaine forme de structure. (O'Driscoll via Rugby Pass)

O'Driscoll, dans ses commentaires à Off The Ball, ne mâche pas ses mots : la France semble perdre pied, trahie par une confiance vacillante et une cohésion d'équipe ébranlée. Les critiques ne visent pas seulement le sélectionneur mais s'étendent aux joueurs, notamment à des figures clés qui semblent égarer leur éclat habituel.

 Jonathan Danty, que je voyais en joueur du tournoi au début, a été invisible – il s’est pris un carton rouge. Avant ça, il avait reçu un carton jaune contre Leinster en Champions Cup, plus tôt dans la saison, pour un geste similaire. Vous ne pouvez plus arriver au contact avec cette vitesse de cette façon. (O'Driscoll via Rugby Pass)

Les blessures et les absences, comme celles d'Antoine Dupont et de Romain Ntamack, expliquent en partie les difficultés rencontrées, mais O'Driscoll suggère que le problème est bien plus profond, touchant à la stratégie et à l'état d'esprit global de l'équipe. Il aurait aimé que le staff injecte du sang neuf comme l'a fait l'Irlande. Sans parler de révolution, certains éléments de l'équipe de France U20 auraient à son avis mérité de jouer.

"Il n’est pas nécessaire de procéder à des changements radicaux, mais de conserver la même ligne arrière que celle qui a participé à la Coupe du monde, alors que d’autres joueurs commencent à se faire remarquer, en particulier Depoortère, ce trois-quarts centre qui évolue à Bordeaux – un très bon joueur, grand, puissant et polyvalent."

Le défi ne s'arrête pas là pour les Tricolores, avec des rencontres décisives contre le Pays de Galles et l'Angleterre à l'horizon. Ces matchs ne s'annoncent pas comme les promenades de santé espérées, surtout au vu de la forme actuelle de l'équipe. Pour BOD, Galthié doit être nerveux en ce moment. 

En ces temps incertains, l'équipe de France se trouve à la croisée des chemins, avec un besoin urgent de redéfinir son jeu et de raviver la flamme qui l'a autrefois portée. La suite du Tournoi sera déterminante, non seulement pour Galthié et son staff, mais pour l'ensemble de l'équipe, en quête de rédemption.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Theobit
    16939 points
  • il y a 1 mois

Comme certains, je pense qu’il ne faut plus rien attendre de ce tournoi. Le seul truc? Essayer de relever la tête pour ne pas finir la tête dans le seau en fin de compétition.

Par contre s’il y a un point où mettre l’accent, c’est la tournée d’été. Elle doit permettre de relancer la machine avec une nouvelle philosophie de jeu, de nouveaux talents (et NTK?).

Retrouver la victoire et le punch c’est lancer un cycle positif. A l’inverse, une été compliqué sera sûrement la fin de la galtoche

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News