Reprise de l'ASBH : ''depuis la première minute, j'ai une mauvaise intuition'', lance le coprésident
L'ASBH n'a rien à cacher aux éventuels repreneurs.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Le coprésident Cédric Bistué fait le point sur le projet de rachat de l'ASBH par des investisseurs. Pour le moment, il n'y a que des questions en suspens.

Pro D2 - ASBH. Dominici se demande si le club ne veut pas cacher des chosesPro D2 - ASBH. Dominici se demande si le club ne veut pas cacher des chosesOubliez Terre indigo ou Zodiaque, la sage de l'été 2020, c'est le rachat de l'ASBH. Dans le dernier épisode, Christophe Dominici se demandait si le club n'avait pas des choses à cacher par rapport à ses comptes. Du côté de Béziers et de son coprésident Cédric Bistué via Le Midi Libre, on explique n'avoir "rien à cacher". Il explique à ce titre qu'il y a juste "un déficit de trésorerie des cautions et des prêts en cours à reprendre." Soit 5 millions qui sont le cumul des résultats depuis 21 ans. Un déficit qui est comblé chaque année. Ce qui importe, notamment aux yeux de la DNACG, ce sont les fonds propres qui étaient de près de 900 000 euros en juin dernier. Aussi, le coprésident l'assure, l'ASBH n'est pas en danger, ni en cessation de paiement. "Comme chaque année financièrement, cela se passera dans la douleur mais sans difficultés majeures".

Mais jusqu'à quand cette situation pourra-t-elle durer ? Il semblerait qu'il y ait quand même une certaine usure mentale. Sans quoi le projet de reprise n'aurait pas retenu l'attention de la direction. "Les portes du club sont grandes ouvertes à toute bonne volonté". Mais c'est là où pourrait se situer le problème. Quelles sont les intentions des investisseurs intéressés par la reprise ? Après avoir proposé un euro symbolique et indiqué qu'ils avaient les moyens de "réinventer l'économie du rugby" sans pour autant avoir un projet pour le club, les investisseurs devaient faire une vraie proposition d'ici fin mai. Selon Cédric Bistué, elle se fait attendre. Et ce, alors qu'ils apparaissaient, eux, dans une certaine urgence. Il semble y avoir dans les négociations un manque d'informations mais aussi de confiance. "Cela n'engage que moi, mais depuis la première minute, j'ai une mauvaise intuition."

Le dirigeant de parler de bluff et d'expliquer que l'avocat de la partie adverse a déjà été impliqué dans des rachats ratés (clubs de football de Nice et Nantes). Il émet aussi des doutes sur la société de l'un des sauveurs du club, Sotaco, et les réelles capacités financières dont ils disposent. Et ce, bien que le registre de commerce de Paris où elle est enregistrée note un capital social de 6 500 000 millions. Il aurait aimé qu'ils prennent "le temps de nous connaître ou d'analyser la situation" en conduisant un audit, et ce alors qu'ils avaient approché la mairie en février 2020. Date à laquelle la société spécialisée dans le secteur d'activité de la location de terrains et de biens immobiliers aurait débuté son activité. "Les maigres informations récoltées ne sont pas encourageantes." Malgré tout, et si les deux parties parviennent à échanger les informations désirées, ce rachat pourrait bel et bien se faire. Et le rugby dans tout ça diront certains ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Jak3192
    58301 points
  • il y a 4 mois

La suite !
La suite !
La suite !
La suite !

si la société est bien SOTACO INVESTMENT (SIREN 879 877 991) au capital de 6,5M, il serait très étonnant que ce soit l'acheteur ! C'est une SCI...
Et encore plus surprenant -> si c'est cette société dont parle le coprésident, c'est effrayant qu'il n'ait même pas "tiqué" 🤔

  • AKA
    50045 points
  • il y a 4 mois
@amoureuxdubeaujeu

C' est sûr 6.5M€ c' est immense dans ma tirelire mais à ce niveau c' est pas grand chose! Ça commence à sentir le pâté 👃

@AKA

c'est surtout qu'une SCI (société civile immobilière) est faîte pour acheter des immeubles, des maisons, ou gérer des immeubles, des locations, des bâtiments... Interdiction de la moindre activité commerciale, comme par exemple un club sportif.

  • AKA
    50045 points
  • il y a 4 mois
@amoureuxdubeaujeu

C' est justement le coté immobilier qui me fait tiquer! Surtout vu la saga du BO ou les "chinois" ont mis la main sur le club pour mettre en place une juteuse affaire immobilière! De plus en quelques clics je vois que Dominici n' est que l' homme de paille d' un certain Y Pons qui est en réalité l "entremetteur" des Emiratis, et surtout l' entreprise de ce quidam, quelque peu sulfureux, a l' air de peser bien plus lourd que notre modeste SCI!!!

  • Yonolan
    78504 points
  • il y a 4 mois

@LaRédaction
Je pense qu'il y a une erreur : SOTACO INVESTMENT a un capital de 6.5 mE
sa division internationale de 1000 eur ...

"Après avoir [...] indiqué qu'ils avaient les moyens de réinventer l'économie du rugby sans pour autant avoir un projet pour le club"

Rien de révolutionnaire, c'est le modèle même économique du rugby : beaucoup plus d'argent que de projet.

@Team Viscères

ben nan, les joueurs y vont pour le projet, pas pour les sous! et puis pour le rouge du coin

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
Transferts
Transferts
News
News
News
Vidéos
Vidéos