Ecrit par vous !
On a rencontré le plus atypique des supporters du Stade Toulousain, basé à Singapour !
On a rencontré le plus atypique des supporters du Stade Toulousain, basé à Singapour !

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Il y a 20 ans, Thim tombe sur une photo de Diego Dominguez dans un journal italien. Depuis, sa passion pour le rugby n’a cessé de grandir.

Du Rossoneri au rouge et noir, il n’y a qu’un pas. C’est ce que nous montre Ching Weng Thim, que tout le monde appelle Thim, un Singapourien qui tient son amour pour le rugby d’une histoire unique. Pour commencer, il nous l’affirme : “le rugby est connu à Singapour mais n'est pas très populaire auprès de la population”. Selon lui, il serait le seul supporter du Stade Toulousain au sein de la petite nation asiatique. Cet homme de 57 ans a par ailleurs une histoire bien particulière quand à cet amour du Stade Toulousain. Pour vous, le Rugbynistère est allé à la rencontre de l’un, si ce n’est LE supporter le plus atypique des quintuples champions d’Europe.

Tout commence quand Thim est enfant. A 8 ans, il est déjà un grand fan de sport mais son coeur penche plutôt du côté du ballon rond. En 1988, il devient fan de l’équipe de l’AC Milan. Cette dernière venant de remporter le championnat d’Italie, au nez et à la barbe du Napoli de Maradona. Suite à ça, le jeune homme apprend l’italien, afin de lire et décortiquer la presse transalpine. C’est dans le magazine Guerin Sportivo qu’il aperçoit une photo de Diego Dominguez, ce dernier évoluait à l’Amatori Rugby Milan. Impressionné par le style et la stature du joueur, Thim se décide à s’intéresser à ce sport qui lui était quelque peu inconnu jusqu’alors : le rugby.

Le Singapourien se met alors en tête d’en connaître plus sur ce sport. Amoureux de la coupe des maillots de rugby d’époque, il achète un catalogue afin de s’en procurer au bout de quelques années de curiosité. Nous sommes à la fin des années 90 et Thim a maintenant plus de 30 ans, il scrute les différents maillots et choisit le Stade Toulousain. Il explique son choix ainsi : “J'ai commencé à recevoir le catalogue de rugby de rugbyshop.fr vers la fin des années 1990/début des années 2000. C'était l'époque où Toulouse était habituellement champion de France, ses couleurs étaient le rouge et le noir, comme l’AC Milan. Alors pour le plaisir, j'ai choisi le Stade Toulousain.

De la curiosité à la passion

C’est donc au fur et à mesure des années que la simple curiosité est devenue une passion. Aujourd’hui, Thim supporte le Stade Toulousain depuis plus de 20 ans et il assure qu’il fait tout son possible pour regarder “chaque match” de son équipe. Et ceci malgré des conditions parfois compliquées. Il y a dans un premier temps le décalage horaire : les matchs diffusés l’après-midi en France le sont le soir chez lui, les matchs de 21h eux sont à 3h du matin ! A cela s'ajoutent des problèmes plus techniques. Par exemple, vous vous en doutez sûrement, le Top 14 n’est pas diffusé à Singapour. 

Par conséquent, Thim est obligé de regarder les rencontres en replay ou sur des sites de streaming illégal. Parfois, la qualité est trop faible pour apprécier le match. Le fan aguerri décide alors de mettre à profit ses quelques notions de la langue de Molière afin de suivre la rencontre à la radio française. Malgré son acharnement, il ne peut s’empêcher de trouver la situation “triste”. Il déplore le fait que ni Canal +, ni le club ne mettent en place des solutions pour suivre les rencontres depuis l’étranger. Il espère qu’un jour, les rencontres seront disponibles pour les fans de l’étranger directement sur les réseaux ou sur la chaîne du club au même titre que les matchs des espoirs. Matchs également regardés par notre supporter absolu qui a suivi par exemple la finale espoirs opposant Perpignan au Stade Toulousain. Comme quoi, si vous n'êtes pas convaincu du dévouement de ce cher monsieur pour le club de la Ville Rose, vous l’êtes sûrement un peu plus désormais.

Le Singapourien, au milieu du désert rugbystique local, a ressenti le besoin de se rapprocher de ceux qui partageaient sa passion. Il y a 15 ans, il rentre en contact avec le club de supporters du Huit Toulousain après un voyage en France pour assister à plusieurs matchs des rouges et noirs. Contacté par email, Jerome Chassard, secrétaire du Huit, répond au fan. En 2008, ils se rencontrent au cours d’un match à Bayonne. Thim nous raconte ce souvenir inoubliable : 

C'était en mars 2008, nous sommes donc allés (sa femme et lui) à Toulouse et avons pris le bus des supporters jusqu'au Pays Basque. Nous avons passé une journée fabuleuse. Je me rappelle, Christophe Deylaud était là aussi !

Depuis, il se rend régulièrement en France pendant ces vacances pour voir des matchs. Il vient également à chaque finale disputée par le Stade Toulousain depuis 2005. La seule exception étant la finale de Champions Cup 2021.

Aujourd’hui et malgré la pandémie, il continue de vivre sa passion comme au premier jour. Il nous livre quelques mots sur sa vision du Stade Toulousain : “Je n’ai qu’une seule équipe : c’est le Stade Toulousain. Je suis aussi le XV de France pour voir les Toulousains y performer. [...] Voir les joueurs rouges et noirs saluer tout le monde puis faire le tour du terrain après une victoire est incroyable pour moi. C’est tout ce que j’aime dans le rugby. Le respect de l’arbitre et la camaraderie omniprésente. Il n’y a pas de faux semblants.”

Erwan Harzic
Erwan Harzic
Cet article est rédigé par Erwan Harzic, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Jak3192
    60243 points
  • il y a 1 mois

Ya même un furieux la bas si loin.

Attachant le bonhomme

  • Desman
    1114 points
  • il y a 1 mois

Belle histoire, et originale ! Merci !
Et qui au passage met le doigt sur un sujet sensible : la retransmission à l'étranger. Si les instances veulent continuer à faire "grandir" le Top14, il faudrait proposer une offre en streaming, accessible depuis n'importe quel pays où les droits n'ont pas été optés par une chaine tv. On est au XXIe siècle quand même 😉

  • Manu
    13378 points
  • il y a 1 mois

Impressionnant
la mafia cassoulet jusqu'à la Suisse d'Asie !!!

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
Transferts
News
News
Transferts
News