''Je serai candidat'' : Florian Grill réaffirme son engagement pour le rugby français en vue des élections
Florian Grill a annoncé sa volonté de briguer un nouveau mandat à la tête de la FFR. Crédit image : Screenshot Youtube FFR
Lors d'une conférence de presse, Florian Grill a confirmé son intention de se représenter à la présidence de la FFR. Déterminé et ambitieux, il prépare sa campagne pour les élections d'octobre

Ce mercredi, lors d'une conférence de presse à Boulogne-Billancourt, Florian Grill a annoncé sa volonté de se représenter à la présidence de la Fédération française de rugby. Si l'annonce officielle est prévue pour mi-juillet, Grill a d'ores et déjà confirmé ses ambitions via RMC. "Je ne vais pas me cacher derrière mon petit doigt, je serai candidat," a-t-il déclaré sans détour.

Président depuis juillet 2023, succédant à Bernard Laporte, Grill a rapidement mis en place un projet ambitieux, axé sur un rugby sportif, éducatif et citoyen.

Près d'1 milliard sur la table : Le Qatar à deux doigts de conclure un accord historique avec World RugbyPrès d'1 milliard sur la table : Le Qatar à deux doigts de conclure un accord historique avec World RugbyEn un an, il a effectué 142 déplacements pour partager sa vision et échanger avec les acteurs du rugby français. "Je ne suis pas encore en campagne et je ne veux pas polluer le congrès," a-t-il précisé, indiquant que sa campagne débuterait après le congrès de la FFR.

Grill a souligné l'importance de cette élection pour la continuité de son projet à long terme. "Nous avons un projet sur dix ans," a-t-il rappelé, insistant sur la nécessité de stabiliser et de développer le rugby français sur la durée.

Interrogé sur ses ambitions et son bilan, Grill n'a éludé aucune question, affirmant que son équipe et lui restent concentrés sur leurs tâches actuelles. "Aujourd’hui, on est dans le boulot, on fait notre mandat," a-t-il insisté, tout en reconnaissant que sa candidature était un "secret de polichinelle".

Didier Codorniou : Un ancien joueur de Toulouse et du XV de France en course pour la Présidence de la FFRDidier Codorniou : Un ancien joueur de Toulouse et du XV de France en course pour la Présidence de la FFRLes élections à la présidence de la FFR se tiendront le 19 octobre prochain. Face à lui, Didier Codorniou, ancien international français et adversaire déclaré, est déjà en lice. Le soutien de Bernard Laporte à Codorniou ajoute une dimension supplémentaire à cette élection, promettant une bataille électorale intense.

L'annonce officielle de sa candidature et de la liste qui l'accompagnera est attendue mi-juillet, moment clé où sa vision pour l'avenir du rugby français sera pleinement dévoilée. Les trois mois de campagne promettent d'être déterminants pour l'avenir de la FFR.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Yonolan
    190435 points
  • il y a 1 mois

Plus que cette volonté d’être candidat qui effectivement ne faisait aucun doute, cette conférence de presse était liée à la première année de travail de cette équipe et dans ce point ce que l’on attendait avec impatience était bien sur le point financier

Et là on est bien sûr dans le droit-fil de ce que l’on pouvait attendre

Déficit d’exploitation

Là on parle du fonctionnement annuel de la FFR

Et bien le déficit structurel est de 17 millions d’euro annuel hors recettes et dépenses exceptionnelles sur cette saison

La première raison étant l’augmentation inconséquente de la masse salariale sous l’époque de Bernie

Ce qui donne si on enlève les recettes exceptionnelles de CVC un montant du déficit de -5 millions

Au moins pour les deux saisons qui arrivent car ensuite on serait à ce montant de 17 Millions

Donc 2 ans pour compenser ce montant

Et puisqu’on parle de CVC on a appris deux choses qui chargent encore la barque du sieur Bernie

Tout d’abord que celui qui a négocié avec CVC en tête de pont

Devinez qui ? l’ami de tous les jours bien sur Claude Atcher

On s’était déjà étonné à l’époque qu’il représente la FFR (alors que non élu on le rappelle) aux 6 nations

Et bien maintenant on sait pourquoi

Ensuite et là aussi plombant pour les finances que dans le contrat signé avec CVC il est prévu que ce fonds prélève 14% des revenus du VI nations

Autant qui n’ira pas dans les caisses des fédérations

Ça aussi on s’était bien gardé d’en parler lors du vote…

Et bien sûr on a oublié de déduire ces montants ponctionnés du prévisionnel.


Autre point qui charge la barque cette saison c’est la FFR n'ait pas obtenu de compensations financières quand le stade de France fut en travaux

Quand ce sujet fut abordé à l’époque ce cher Bernie nous expliqua avec Martinez qu’il engagerait des procédures contre le consortium qui gère le Stade de France

Bon on apprit très rapidement que Bernie avait lui-même signé le contrat qui stipulait bien lors de la non utilisation du Stade de France il n’ y aurait pas de compensations

Interdisant toutes procédures et rajoutant un petit 1.5/2 Millions au trou béant

Pas joli ça ?

Mais cela ne doit pas vous etonner de la part de cette bande là


Concernant la coupe du Monde on arriverait à un deficit pour la FFR de l’ordre de 19 Millions d’euro

A rajouter bien sur

Attendons l’audit financier (prévu pour juillet au plus tard) pour valider les compte d’Helias

Bon il semble que les tentatives de Grill pour essayer de faire participer ceux qui vont en retirer un bénéfice aient échouées


Enfin pas tout à fait puisqu’il a pu obtenir que 5 millions d’euro dans l’escarcelle de l’état de les villes soient alloués aux équipement pour le rugby amateur

Oui y en a qui y pense quand même.

Ceux qui suivent mes hors sujet doivent se dire que le trou de la CDM pour la FFR a augmenté selon Helias

Un loup de plus ?

Non car la FFR ne touchera pas un centime des bénéfices du GIP

En effet selon la convention signée par Bernie aucun retour vers la FFR…


Le mot de la fin pour Grill


"L’accord signé entre CVC et les nations du Tournoi, ce fut un piège. C’est Claude Atcher qui avait négocié ce dossier-là, à l’époque. On a touché de l’argent à court terme mais en contrepartie, on se fait prélever chaque année 14 % des revenus des 6 Nations. En somme, c’est devenu le tournoi des sept nations… De toute façon, chaque fois qu’on soulève un bout de moquette (à Marcoussis), on découvre des choses nouvelles. C’est affligeant, en termes de gestion."




Juste qu’à la lie

Derniers articles

News
News
News
Transferts
News
News
News
Vidéos
News
News
News