Développement du niveau scolaire, nouvelles règles pour l'école de rugby : la politique innovante de l'Île-de-France
L'Île-de-France innove pour l'école de rugby.
L'évolution du rugby inquiète, mais la ligue Île-de-France n'a pas l'intention de se résigner.

"J'ai peur qu'on n'apprenne plus les subtilités de ce jeu aux enfants de 8 à 12 ans. Que l'école, le collège, ne se désolidarisent d'un sport devenu trop dur, trop engagé. Et c'est pourtant à cet âge là que s'apprennent les choses !" Dans les colonnes du Midi Olympique, André Boniface est revenu sur l'évolution du rugby et son développement dans le monde scolaire. L'ancien international, aujourd'hui âgé de 83 ans, est inquiet. Et son discours est entendu. Membre du comité directeur de la FFR, Florian Grill remportait en décembre l'élection pour la présidence de la Ligue régionale Île-de-France. 

Le rugby scolaire et l'évolution des règles en école de rugby sont deux de ses combats. Entretien.


De manière générale, en quoi êtes-vous inquiet comme André Boniface ?  

Il souligne qu’il a peur qu’on n’apprenne plus les subtilités de notre jeu aux enfants, craint aussi que l’école et le collège ne se désolidarisent d’un sport devenu trop dur. Je pense que nous avons les outils pour réagir aux justes remarques d’André Boniface, mais il est urgent de réagir. Pas seulement en mettant plus de cadres sportifs autour de nos écoles de rugby - ce qui est positif bien sûr - mais aussi en travaillant le contenu. Ce qu’on voit sur les terrains à tous les niveaux est clair : les joueurs sont physiquement forts, mais faibles sur la capacité à déplacer le ballon, à jouer au contact, à assurer la continuité ou pour choisir les zones à attaquer. Dès que le jeu s’accélère, tout devient problématique. 
 
Boniface parle d'un côté presque abrutissant : pourquoi le rugby a-t-il pris ce tournant ? 
 
Parce qu’on a trop longtemps privilégié le physique. Mais une fois que tout le monde est au top physiquement, on en revient pour faire la différence aux fondements de notre jeu, qui correspondent d’ailleurs à notre ADN et à notre histoire : à savoir la passe et l’évitement ! Il faut repartir à la base à la fois dans le monde scolaire en suivant l’exemple néo-zélandais, et dans nos écoles de rugby. 
 
Venons-en aux réformes mises en place en Île-de-France pour le monde scolaire, et ceux dès la maternelle ?
 
Sophie Andreu est élue bénévole de la Ligue Île-de-France. Après avoir été professeur en maternelle, elle est maintenant conseillère pédagogique. Elle a inventé une méthodologie pédagogique innovante pour les élèves de maternelle primée par l’Education Nationale qui s’appuie sur le rugby pour les aider dans leurs apprentissages (compter, reconnaitre les couleurs etc..). Aujourd’hui, elle assure la formation d’enseignants pour aider des enfants de 3 à 6 ans à réussir au travers de la découverte du rugby. 
 
Il y aussi le développement du Rugby à 5 dans les classes primaire. 
Le rugby à 5 est une formidable solution pour les classes primaires. Quand vous discutez avec des professeurs du primaire, ils préfèrent les pratiques sans choc et facilement mixtes. Ils sont aussi confrontés au problème des installations, car tous n’ont pas un terrain en herbe à proximité. Le Rugby à 5 apporte une solution qui change tout. Sans choc et sans plaquage, il lève les freins des parents et des professeurs ; il permet de jouer sur toutes les surfaces (dans un préau ou dans une cour d’école) et les professeurs des écoles peuvent facilement se l’approprier pour faire eux mêmes des cycles rugby.
Ce dernier point est absolument fondamental car les clubs n’ont pas assez d’éducateurs formés ou de moyens pour organiser eux-mêmes ces cycles rugby. En Île-de-France, nous avons diffusé un livret avec une quinzaine d’exercices clés en main de Rugby à 5 rédigés avec des professeurs d’école et nous multiplions les conventions !

Que pouvez-vous nous dire sur la démarche Planet Ovale pour les collèges et lycées ? 
Il faut bien se rendre compte que dans le monde scolaire, au niveau collège et lycée, nous sommes en concurrence avec 57 activités sportives. Un programme comme Planète Ovale - qui aide par exemple au financement de quelques AS sportives - est un énorme plus. Maintenant, il faut trouver les leviers pour le dynamiser encore plus : il faut par exemple motiver les professeurs, travailler à une meilleure articulation avec les clubs, monter des opérations avec les clubs professionnels ou à l’occasion des matchs de l’équipe de France. C’est un très gros chantier. 
 
Quid du niveau universitaire ? 
 
Là aussi, le chantier est considérable. Les liens entre le rugby universitaire et nos clubs ne sont pas assez forts. On l’a vu par exemple quand on a lancé notre plan d’actions francilien en 15 points sur le rugby féminin. L’idée, c'est que toutes les féminines qui pratiquent dans le monde universitaire puissent continuer en club. Cela ne marche que si on renforce les liens entre les clubs et les universités, ou les grandes écoles. 
 
L'Île-de-France met en place de nouvelles formes de jeu sur les plateaux des écoles de rugby, spécifiques à cette ligue. De nouvelles formes de jeu, c'est-à-dire ? 
 
Il y a trois ans, nous avons fait un constat très simple en le mesurant sur des plateaux de nos écoles de rugby des - de 6 ans au - de 14 ans. Entre 70 et 80% des actions sont des rucks, des mauls ou des pertes de balle… Autant dire qu’il n’y a aucune continuité au contact, et on en revient aux justes remarques d’André Boniface. Le gamin plus fort physiquement avec un casque enfoncé sur le crâne qui traverse le terrain pour un essai à 0 passe cela ne présente aucun intérêt !
Nous avons donc mis en place de nouvelles règles pour les - de 14 ans et depuis cette année, nous l’avons étendu au - de 8, - de 10 et - de 12 ans. En - de 14 ans, la règle est de jouer au contact : lorsque le porteur de balle entre en contact avec l’adversaire, le ballon ne peut plus toucher le sol. In fine, nous avons trois fois plus de passes et un temps de jeu augmenté de 20 à 40% ! Toujours en - de 14, avant de faire des rencontres à 15, nous faisons des rencontres à effectif réduit 7 contre 7 en organisant des oppositions qui tiennent compte du gabarit des joueurs. Tout le monde touche plus de ballons et le plaisir est au rendez-vous ! On est bien sûr ravis si ces démarches sont reprises au niveau national : on transmettra tous les éléments. 
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Pour ma part, je trouve ces initiatives intéressantes, mais connaissant la question de près, je reste dubitatif sur un jeu de balle ovale d'où sont exclus le plaquage, et même l'arrachage de ballon des mains de l'adversaire. A la base, je trouvais, et ne devais pas être le seul, le rugby à XV, le sport collectif le plus riche pour l'école, car il permettait de travailler de larges pans du programme d'EPS, comme le jeu collectif avec une balle, mais aussi le combat au corps à corps et l'opposition physique (du coup, pas besoin d'explorer les autres sports de combat-> temps d'apprentissage optimisé).

Il est clair qu'avec ces initiatives, on évacue la question de l'opposition physique et de l'affrontement physique au corps à corps, ce qui rassure les familles ET l'Institution, qui veut le moins d'accidents corporels possible, mais on ne fait que l'évacuer, c'est à dire qu'on en prive les élèves, qu'on ne la travaille ni ne la contrôle.

  • spir
    15544 points
  • il y a 1 an

Quand l'intelligence est au pouvoir, tout est possible !

  • Delair
    1509 points
  • il y a 1 an

Merci Flo ! il faut rebâtir le rugby et repartir sur des bases saines pour retrouver notre jeux de mouvements, d'évitements, de passes etc.. Le French Flair bordel ! Te connaissant, tu es comme un 2eme ligne lorgnant sur le tibia du demi-mêlée, tu arriveras a tes fins !
La Loutre

  • ced
    96468 points
  • il y a 1 an

c'est magnifique mais je pense que c'est pisser dans un violon, j'espère me tromper mais pour que cela fonctionne (jusqu'au bout) il faudrait que ça parte d'en haut

  • Delair
    1509 points
  • il y a 1 an
@ced

Connaissant très bien Florian Grill, je peux te dire qu'il ne lâchera pas le morceau

Merci à mr Grill de tenir un tel discours, le jeu d’évitement à la Boniface et le plaisir du mouvement (cher à Villepreux) sont l’assurance vie de ce sport.

Que vive longtemps nos bénévoles, pour que le rugby puisse enfin renaître sous le signe du jeu.

Salut le ministere,
Serait-il possible d'avoir:
un article detaillant le plan d'action mis en place en Ile de France dnas les ecoles de rugby et pour les feminines
un article sur l'approche de madame Andreu en ecole maternelle
Merci

  • spir
    15544 points
  • il y a 1 an
@Le Haut Landais

+++

(et pitié assez d'articles de propagande comme celui sur le centre de déformation du MHR : y a pas assez de sujets intéressants ?)

@Le Haut Landais

Bonjour, passe un mail au Comité Ile de France de Rugby et on te passera 1/ le plan d'actions en 15 points pour développer le rugby féminin, 2/ un powerpoint qui décrit les nouvelles règles mises en place dans les écoles de rugby et 3/ une video qui explique la méthodologie innovante de Sophie Andreu. Tout cela a aussi été diffusé sur notre site internet et sur la page Facebook du CIFR.

  • spir
    15544 points
  • il y a 1 an
@florianrugby

ouais, mais ça empêche pas des articles ici sur le rugbyministère, hein ?

  • Delair
    1509 points
  • il y a 1 an
@florianrugby

Forza El Presidenté ! signé la Loutre 😉

@florianrugby

Merci l'ami!

commencons par le touch rugby avec les enfants et incorporons au fur et a mesure les regles du rugby

  • AKA
    44324 points
  • il y a 1 an

De belles paroles, quelques bonnes idées mais je suis assez circonspect...et c' est au niveau national qu' il faut faire! Mais il est vrai que là haut ils ont d' autres priorités!!!

@AKA

Pas d'accord. La solution ne vient jamais d'en haut.
Le but est de réformer le rugby français, de faire émerger des idées nouvelles. Il faut utiliser la trentaine de comités régionaux comme des laboratoires, pour créer de la diversité (types d'enseignement, adaptations des règles, publics cibles, ...), expérimenter différentes possibilités. Si quelques comités régionaux sortent une bonne idée, le rugby français évoluera vite, et cette évolution touchera en premier la base (les écoles de rugby), soit la très grande majorité des joueurs de rugby. Le rôle du comité national doit se limiter à sélectionner les idées novatrices imaginées et développées dans les comités régionaux. Il ne faut surtout pas donner trop de pouvoir au comité national.

  • AKA
    44324 points
  • il y a 1 an
@Le rugby est un jeu

Hélas c' est la fédé qui a les financements et les décisions et c' est sûr que l' on se demande souvent à quoi servent les DTN, DTR et consorts!!!

  • spir
    15544 points
  • il y a 1 an
@AKA

ouais, les béhèmes !

@AKA

pour le coup cela suit au niveau national. Le principe a été reproduit en test sur quelques Comités pour les - de 14 ans et est étendu à tous et à plus de catégories. L'Ile de France est fière d'avoir été pionnière.

C'est par là que passe l'avenir de ce sport, les enfants. Sûrement pas par le fric et des déclarations démago. Juste par le travail sur le terrain dans les clubs grands et petits.

Euh, les nouvelles règles des EDR sont en application partout en France maintenant... La FFR a publié les rugby digests depuis la rentrée! Il faut que ça rentre au niveau des éducateurs maintenant 😉

@david42fr

oui l'initiative lancée en ILe de France il y a 3 ans a été reprise au niveau national et on en est très contents 😉 et tu as raison il faut maintenant un travail de conviction auprès des éducateurs. Certains ont encore des freins, mais c'est vraiment l'avenir!

Ce sont des gens comme ça qu'il nous faut à la tête de la Fédération.

  • spir
    15544 points
  • il y a 1 an
@Rugby08

+++
ouais, de l'intelligence, des gens qui pensent, et pas qu'à leur cul, leur pouvoir, et leur compte en banque aux îles machin-truc
!!!

@Rugby08

Florian Grill, qui est déjà au comité directeur de la FFR, en a pleinement la capacité et la vision. En a t'il l'envie, c'est une autre histoire à laquelle je lui laisse le soin de répondre, n'est-ce pas @florianrugby ?

Il est indispensable de valoriser le rugby scolaire afin de pouvoir faire émerger nos talents de demain. Plusieurs pistes :
- en Nouvelle Zélande : chez les équipes de jeunes, on fait des équipes, non pas par âge, mais par poids...comme le rugby est un sport de combat, on se retrouve avec des gabarits équivalents : fini les essais à 0 passe avec un costaud qui marque 10 essais tout seul
- on demande souvent un certificat médical pour la pratique du rugby et pas forcément pour les autres sports en UNSS...cela peut être un frein pour recruter des gamins..
- inciter aussi les élèves à faire de l'athlétisme en + du rugby, et non pas essentiellement de la muscu comme c'est souvent le cas...l'endurance et la vitesse sont des qualités importantes en rugby
- un partenariat + poussé avec les profs d'EPS : ils sont souvent les premiers à "détecter " les futurs talents pour les orienter vers les clubs

@screamin777

L'approche mise en oeuvre en Ile de France prévoit bien des équipes qui sont organisées par gabarit. En fait un plateau à XV de - de 14 ans commence par du jeu à effectif réduit à 7 contre 7. les équipes sont constituées en tenant compte des poids . Tout le monde joue et travaille la passe et surtout, tout le monde s'amuse.

... sort la calculette...

- de 14, 2023-2018 = 5 ans, ça va être chaud d'aligner une équipe de mec de à peine/tout juste majeurs pour la CDM, Bernie a mal fait son calcul, c'était 2027 qu'il nous fallait...

  • CEVEN
    156516 points
  • il y a 1 an

Ne désespérons plus, il demeure plein de personnes désintéressées & dévouées à la cause de l'Ovale.

Excellente initiative, meilleurs vœux de réussite !

@CEVEN

C'est clair, heureusement que ces personnes sont là ! Merci à eux, tous ces hommes et femmes de l'ombre !

Derniers articles

News
News
Transferts
Transferts
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News