COMMOTIONS - Les précieux conseils de Rémi Bonfils : ''Il faudrait une liberté de parole totale sur le sujet''
Rémi Bonfils donne de précieux conseils aux joueurs de rugby.

Le Rugbynistère a besoin de votre soutien !

-70% de revenus pour le Rugbynistère avec l'arrivée du Covid-19. Aidez-nous à faire face à la crise !
Le talonneur du Stade Français Rémi Bonfils évoque la fin de sa carrière et invite les joueurs à s'écouter.

Stade Français : Rémi Bonfils raccroche les crampons... avec effet immédiat !Stade Français : Rémi Bonfils raccroche les crampons... avec effet immédiat !"Depuis 2010, entre les commotions déclarées et non déclarées, j'ai dû en faire entre 8 et 10." En janvier dernier, le talonneur du Stade Français Rémi Bonfils a finalement décidé d'écouter son corps et de raccrocher les crampons. Après les maux de tête et les problèmes de concentration, il a toujours des vertiges et a repris le sport avec modération. Mais ce qui est vicieux avec les chocs à la tête, c'est ce qu'on ne voit et ne ressent pas. "J’ai l’impression que dans l’inconscient des joueurs, s’ils ne font pas une grosse perte de connaissance qui les éteint pendant plusieurs secondes sur la pelouse, ce n’est pas une commotion. On peut avoir l’impression d’être juste sonné", confie Bonfils à L'Equipe ce jeudi.

Pour autant, il n'en veut pas au rugby ni à personne. Il encourage même les gens à y jouer. "L'histoire se termine mal mais je ressens plus de la tristesse que de la rancoeur. [...] Je sais que n'aurais pas joué jusqu'à 38 ans mais j'aurais aimé que cela dure quelques années de plus. Après, si c'était à refaire, sachant même comment l'histoire se termine, je recommencerais. En mettant la tête du bon côté sur les plaquages (sourire)". Il estime que dans un sport de contacts comme le rugby, il y a une certaine part de malchance. "On peut faire des commotions sur tout et rien". Abaisser la ligne de plaquage sous les pectoraux, "c'est du bon sens" mais il ne voit pas ce qui peut être fait de plus en matière de règle. Ce sont aux joueurs de s'écouter.

Ce qui est bâtard avec une commotion, c’est que, souvent, quarante-huit heures après, vous pouvez refaire du sport, alors que votre cerveau a besoin d’une véritable plage de récupération. Les joueurs ont le devoir de s’écouter, parce qu’une fois la mécanique négative enclenchée, cela devient difficile de s’en sortir. Et puis le neurologue va tirer des conclusions sur ce que le joueur lui dit. Or s’il ne lui dit pas tout…

Sans vouloir faire la leçon à qui que ce soit, il aimerait que son expérience aide ses coéquipiers et les futurs joueurs à jouer au rugby avec plus de sécurité et à ne pas être contraint de dire stop trop tôt. Pour cela, une meilleure prise en charge de l'athlétisation des joueurs visant à se renforcer au maximum est primordiale à ses yeux. À ce titre, le travail de renforcement des cervicales ne devrait pas seulement être effectué par les premières lignes, exposés à cause de la mêlée, mais "étendu du 1 au 15". Sans oublier la technique de plaquage. "Le message est vraiment que les joueurs prennent soin d’eux, qu’ils s’écoutent et que les staffs fassent de la prévention. Il faudrait une liberté de parole totale sur le sujet.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Cballo
    303 points
  • il y a 4 mois

Bien sur il y a la technique de l’autruche...
Je ne vois rien d’agressif dans les propos de Remi et encore moins de chasse à quoique ce soit.
On peut se voiler la face jusqu’aux accidents qui entraîneront des décisions dans l’urgence ou utiliser l’expérience de mec bien comme lui pour chercher des solutions.

@Yuldebegles
@duodumat
@amoureuxdubeaujeu
etc...
Suis un peu embêté en lisant vos commentaires. Si nous ne faisons pas un effort pour comprendre avant de réagir, nous allons devenir le forum de RR sans les insultes.
Yuldebegles s'est montré inutilement agressif envers Bonfils, et le terme de "chasse au sorcières" est bien sûr totalement inadapté.
Pour autant il expose des choses que nous ne pouvons pas réfuter :
- Le fait que l'on parle beaucoup des commotions parce que le rugby est plus médiatisé ne me parait pas stupide. Peut-être sont-elles plus graves aujourd'hui du fait de l'augmentation du poids et de la vitesse des joueurs mais à ma connaissance nous n'avons aucune statistique sur les problèmes neurologiques des joueurs de mon âge ayant pratiqué assez longuement il y a 50 ans (fréquence du Parkinson en particulier, perte de mémoire etc...) par rapport à la population lambda).
- Le fait qu'il y ait beaucoup plus de médiatisation sur les dangers du rugby par rapport à d'autres sports accidentogènes est réel, mais là aussi il faudrait une statistique sur la morbidité immédiate et à long terme et la mortalité rapportées au nombre de pratiquants pour voir où se situe le rugby..
- Dire que la pratique du rugby présente des risques est une évidence, mais maintenant s'ajoutent aux accidents les conséquences à long terme dont on ne parlait pas avant.
- Dire que ce n'est pas une raison de pratiquer ce sport lorsqu'on en est informé semble tout aussi évident. Mais être informé des dangers qu'il présente c'est déjà pouvoir réduire les risques.
- Ce qui me parait important c'est que Yuldebegles ne minimise pas le problème puisqu'il évoque un travail d'éducation dans les écoles de rugby. Il aurait pu évoquer aussi les mesures prises depuis peu : protocole commotion, règles de plaquage, lutte contre le jeu déloyal etc... Ce n'est certes pas suffisant mais c'est un bon début.
Tout ce laïus pour dire que si la forme est regrettable il y a beaucoup de choses dans son poste qui ressortent du simple bon sens et qui ne devraient pas offrir matière à s'insurger.

@lelinzhou

Tout à fait d'accord avec ta mise au point. Pourtant il est un fait établi que ces chocs encéphaliques ont des conséquences sur le moyen et le long terme. Pour parler de statistiques il faut une volonté d'étudier ces conséquences et on ne peut en parler que si l'on tente de lier chocs et morbidité. Rendez-vous dans 10 ou 20 ans pour prendre cette décision ???? L'attitude de la FFR et même de WR ne vont pas dans ce sens. On ne peut se contenter de baisser le niveau du placage ou de "prescrire" à titre d'essai un "casque révolutionnaire" qui n'empêchera pas le cerveau d'aller cogner contre les parois crânienne. Les médecins, qui ont cette conscience d'évolution dégénérative, ne peuvent pas prendre de décision seuls. Actuellement, sans cette volonté de collaboration entre les instances du rugby et une "vraie" commission fédérale, on ne peut parler que de "principe de précaution". Pour autant doit-on banaliser le risque et ce principe fondamental que l'on minimise si souvent ? Ou alors on continue à conduire après une 3ème mi-temps bien arrosée.
Lorsque j'évoquais le rugby universitaire j'évoquais l'inconscience que nous avions de continuer de la même manière alors que nous étions informés du risque. L'un de nous, était coutumier des KO à répétition qu'il soignait à grand coup de 3èmes mi-temps qui se prolongeaient tard. Il a pourtant fini ses études -à 35 ans (!)- avec la "complaisance" de certains maîtres admiratifs de son courage. Il est resté dans le milieu hospitalier, mais on lui "triait" des tâches sans responsabilité. Il est mort à 45 ans, complètement gaga, ne tenant plus debout ... Je sais que le niveau de preuve de cette triste anecdote est particulièrement bas. Pourtant combien avons-nous connu de ces gens autour de nous, certains très proches, d'autres connus et certains aujourd'hui bien médiatisés, qui n'ont pas la "lumière à tous les étages". Il y a des études prouvant l'implication des commotions cérébrales dans les troubles dégénératifs neurologiques pourquoi penser que celles liées au rugby sont différentes ?
Bien sûr, je l'ai déjà dit, je suis tout à fait d'accord avec l'éducation, la responsabilisation des personnes encadrantes en EDR, des parents, des règles visant à diminuer le risque, mais je pense qu'il ne faut pas attendre des résultats d'études statistiques avant longtemps. Leur valeur ne sera que statistique alors que nous connaissons déjà les risques ... Et je trouve que ce que dit Bonfils est frappé au coin du bon sens : il faut en parler partout haut et fort, surtout autour de nous en direction de tous les clubs, joueurs, entraîneurs, parents...
Bien que je ne me sente pas la compétence de parler de stratégie rugbystique, il y a ici de nombreux intervenants qui font ça très bien, je ne peux m'empêcher d'intervenir sur les choses que je connais.
Encore une fois j'apprécie ta mise au point et la possibilité que nous offre le Rugbynistère d'échanger à ce niveau-là avec plaisir et respect.

@lelinzhou

l y a beaucoup de choses dans son poste
"post" oeuf corse !

Le rugby est un sport de contact.
Par conséquent les commotions font partie des risques inhérents à sa pratique et doivent donc être pris en charge correctement (apprentissage d'une bonne technique de plaquage, entrainement spécifique renforcé des 1ères lignes, ...).
A titre personnel, nous essayons chaque saison de faire faire des sessions de judo à nos gamins, histoire de savoir tomber sans cogner la tête.
Une remarque pertinente que l'on m'a faite une fois est que les généralistes ne connaissent pas forcément les spécificités du retour à la compétition après une commotion.
Une suggestion était de leur faire parvenir, via le joueur ayant subi une commotion ou ses parents, la fiche SCAT5
https://casem-acmse.org/wp-content/uploads/2019/01/scat5-Frenchl.pdf
Celle-ci propose une grille d'évaluation en cabinet (p.3) ainsi qu'un protocole de récupération et de reprise du sport (p.8)
A vous (parents, éducateurs, joueurs) d'en faire ce que vous voulez

C'est ca Bonfils. Participe a la chasse aux sorcieres... Notre sport avait besoin de ca. Les ecoles de rugby se vident et on continue. Les footballeurs et tennismen pros n'ont plus de cartilage dans les genoux, les surfeurs se noient et se fracturent le rachis (40 surfeurs par ete en fauteuil roulant a vie en Aquitaine uniquement), les skieurs se tuent ou finissent en plante verte comme Schumacher (meme quand ils ne sont pas pro), les enfants qui font du cheval se tuent et finissent en fauteuil roulant (a hauteur de 700 morts par an en Europe et 6000 blesses dont des graves, selon l'assureur Equisure, et encore pas que les pros et champions olympique, mais le quidam qui fait du manege). Je ne parle pas des boxeurs (heureusement ils ne se plaignent pas autant dans les journaux des concussions... a titre d'experience personnelle, j'en faisait presque une par semaine a l'entrainement uniquement.. sans compter les fractures du nez, le tympan et la retine dechiree, traumatisme de l'articulation de la machoire etc).

Mais la menagere francaise de plus de 40ans va s'empresser de mettre ses petits Mozart en face de la Xbox toute la journee avec un pot de popcorne et un grand coca. Au moins il ne risquera que de mourir diabetique et obese, sans amis, voire accelerer le procede en se suicidant parce qu'il n'a pas d'amis.

@Yuldebegles

à mes yeux, ton message est incompréhensif, méchant, irréel et pathétique (je garde le reste pour rester poli) ; certainement à cause de tes commotions (1 par semaine dis-tu ?).
Va consulter, te soigner, cela te rendra peut-être moins agressif. Dommage que quelqu'un n'ait pas pu s'occuper de toi plus tôt...

@amoureuxdubeaujeu

Arrete de suivre le rugby si les risques de concussion te sont insoutenable. Quant au statistiques d'equitation, elles sont disponibles en ligne chez l'assureur Equisure, si tu me crois pas.

Oui, quand tu fais de la boxe et prepare une competition, tu vas faire du sparring plusieurs fois par semaine avec des adversaires de bon niveau. Donc a chaque entrainement, statistiquement, tu vas recevoir des chocs au crane qui vont pas tous te faire perdre connaissance, mais qui vont te provoquer un petit vertige, t'etourdir, car le cerveaux s'ecrase sur/dans la boite cranienne. Surtout les coups aux tempes et pointe du menton qui donne un sens giratoire a l'impact. Tous les boxeurs qui font au moins du sparring complet et serieux te le diront. J'ai eu une concussion (legere perte de connaissance d'une ou 2 secondes) en 10 ans de rugby et j'en ai vu tres peu autour de moi (pas niveau pro senior, mais selection regionales et juniors reichel). Donc a part en top 14 et pro D2 (qui touche une population maximum de 300 joueurs francais), je maintiens c'est de la chasse aux sorcieres. Bonfils en a fait a repetition et il a decide de s'arreter. Il en a le droit. Comme un joueurs de football ou tennis qui ne se retablit pas d'une operation du genoux va arreter, etc... Est ce qu'il a besoin d'aller faire une conference de presse pour aller demoniser ce sport? Et les medias de nous le bassiner en boucle pour effrayer toutes les meres de famille? Je prefere Stephane Delpuech (ex joueur de Colomiers quand ils etaient finalistes du championat de France), qui lui a aussi beaucoup charge avec de grave sequelles (normal vu comment il jouait) mais disait que si c'etait a refaire, il le referait demain.

On n'a plus de nouvelles du casque "miracle" présenté ici il y a quelques mois et qui devait être une avancée décisive dans la lutte contre les commotions. des nouvelles ?

@lelinzhou

Le casque au foot US est la source de nombreuses concussions et fractures de la nuque du fait des chocs tete contre tete (ils l'utilisent aussi expres). A mon avis baisser la ligne de plaquage sous la ligne des aisselles devrait etre suffisant. Les concussions sont pour la plupart des chocs tete contre tete sur plaquage haut (autrefois on se baissait plus pour les plaquages, mais aujourdhui ils prennent haut pour gener les offloads du porteur de balle). Le reste des concussions sont accidentelles (i.e. tombe sur le genoux d'un partenaire, etc... celles ci ne changeront peut etre pas beaucoup).

Moi j'insiste sur le travail de technique de plaquage des gamins. Le premier but est pour qu'ils soient de meilleurs defenseurs, mais aussi pour qu'ils reduisent les chances d'accident. Franchement, d'un point de vue statistique, les concussions - a part en top14 et prod2 peut etre - ca reste tres rare. J'ai joue toute ma jeunesse, jusqu'en Reichel, j'en ai quasiment pas vues. Peut etre une ou 2 par an grand maximum.

@Yuldebegles

Surtout que les gamins ne ferment pas les yeux quand ils vont plaquer, mais se forcent de regarder l'adversaire jusqu'a ce qu'ils mettent le contact d'epaule. Aussi qu'ils developpent des automatismes sur le choix d'epaule. S'ils assurent le plaquage a l'epaule en bas de la ligne pectorale, les risques de chocs du crane sont quasi inexistants.

@Yuldebegles

@BoBoB
Je pensais que le caractère ironique de ce post était plus évident...

  • BoBoB
    7965 points
  • il y a 5 mois
@lelinzhou

J'étais dans le doute par rapport à l'interprétation.
J'ai opté pour le 1er degré. Moins risqué. 😊

@lelinzhou

Excuse moi je t'ai pris au premier degre, parce que ca me faisait penser a autre chose. C'est un peu comme le ballon de rugby a poignees pour eviter les en avants.

  • BoBoB
    7965 points
  • il y a 5 mois
@lelinzhou

Aucun casque, sauf dans les fantasmes de la NFL (cf leur promesse d'investissement en R&D) ne pourra jamais absorber les 60 à 70G négatifs de la décélération à l'impact. Il faudrait un casque de la taille d'un capot de voiture !?!
Même si tu prends une Smart, ça risque de pas être très ... télégénique 😊.

La connaissance de la dangerosité du rugby ne date pas d'aujourd'hui. A la fin des années 60, je jouais en universitaire pendant mes études médicales, et un neurochirurgien parmi nos maîtres nous avait déjà parlé des conséquences à long terme des traumatismes crâniens répétitifs. Cela avait inquiété un certain nombre d'entre nous mais n'avait pas changé notre pratique sportive.

Quelques décennies plus tard on en a de nombreuses preuves anatomiques et on dispose d'examens complémentaires fins qui permettent des diagnostics. On sait aussi que, même sans preuve objective, et même sans KO avéré, le risque existe de développer ces pathologies dégénératives. Les décisions prises contre le jeu dangereux ne sont pas vraiment adaptées. Pire, on "fait taire" des gens qui ont une vraie compétence pour en parler. Pire encore, dans de nombreuses écoles de rugby on néglige ces aspects et on entend trop souvent des encadrants, et même des parents, inciter des gamins de 12 ans à durcir les contacts. De 10 ans à 30 ans, qui peut dire le nombre de commotions plus ou moins importantes, plus ou moins identifiées, qu'un joueur va subir et quelles vont en être les conséquences ?

Les décisions prises au plus haut niveau sont plus destinées, à mon sens, à se donner bonne conscience qu'à traiter le problème. L'apprentissage technique dès le plus jeune âge est une des solutions. Mais il faudrait aussi durcir la règlementation des repos post-traumatiques et surtout l'appliquer. Ce n'est pas en répondant à quelques questions que l'on évite les conséquences d'un choc. Les instances internationales testent le port d'un "nouveau casque" de protection. Cela n'a aucun sens et n'apporte aucune protection réelle quelle que soit la technicité du casque (il évite tout au plus les plaies du cuir chevelu).

Il faudrait aussi donner aux experts médicaux plus d'autorité et d'indépendance face aux dirigeants qui dépendent trop des impératifs économiques et politiques de la pratique de ce sport, pardon, de ce métier !

Bien entendu il y a eu des progrès, mais il me semble que l'on ne peut s'en contenter, il faut aller beaucoup plus loin.

Je suis sincèrement heureux que mes petits enfants qui n'aient pas choisi ce sport .. que pourtant je persiste à aimer !

@duodumat

Il y avait beaucoup plus de risques autrefois dans le rugby malgre l'idee recue. Parlez a des urgentistes. A Bordeaux ils reconnaissent qu'il y avait beaucoup plus d'accidents graves de fracture de nuque, etc.. a tous niveau. Ils s'accordent a dire que les nouvelles regles en melee semblent avoir ameliore la situation.

Les concussions, a part en Pro (top14 et D2) ne sont pas un vrai probleme. Et baisser la ligne de plaquage sous la ligne pectorale suffirait a regler la plupart des chocs craniaux. Le rugby est faussement accuse d'etre dangereux par mode mediatique et image du mec gaillard qui met un gros tampon a un autre. Il y a un vrai besoin d'etude serieuse des universites du sport et de la Fede, parce que tout le monde participe a ce message qui est statistiquement faux.

J'ai joue toute ma jeunesse jusqu'en reichel et selections regionales, etc. Des concussions, j'en ai vu une poignee sur toute cette periode. Mon fils de 11ans joue, il fait aussi du surf, du skateboard, du snowboard. Ma fille de 16 ans fait aussi de ces sports a part le rugby. Le surf est beaucoup plus dangereux que le rugby (les urgentistes en Aquitaine recoivent 40 types par ete - et beaucoup de debutants et amateurs, pas la poignee de Pro - qui finissent en fauteuil roulant a vie, sans parler des noyades). Est ce que vos petits enfants font du cheval? (700 morts / 6000 blesses par an en Europe). Les barotraumatismes en plongee? Schumacher en ski et beaucoup de victimes silencieuses... Allez vous empecher vos petits enfants de skier?? Est ce qu'il vaut mieux qu'ils se bourrent de chips et coca devant la tele et la playstation (bcp moins de chance de faire une concussion, par contre moins bon pour l'obesite/diabete et depression)?

Cette chasse aux sorcieres n'est pas basee sur des etudes reelles, mais sur le buzz mediatique. Dans les annees 90 la seule mention d'un accident etait le pauvre Britto avec la cote d'Ivoire pendant la coupe du monde. Ca ne veut pas dire qu'il n'y en avait pas a la pelle, mais tout le monde se foutait de notre sport, donc il n'y avait meme pas de statistiques. Des joueurs morts sur les stades de rugby, il y en a eu avant le professionalisme. Il y en a aussi dans d'autres sports.

@Yuldebegles

Une petite précision :
concussion , nom féminin
Délit qui consiste pour un fonctionnaire à percevoir des sommes non dues.
Synonymes : détournement, vol, malversation

Vous devez confondre, probablement à cause de vos nombreuses commotions.

@duodumat

Tu as dû regarder dans ton vieux Garnier-Delamarre et ne pas le trouver 😊
Plus sérieusement, bien que très peu usité de nos jours dans ce sens "concussion" signifie aussi choc, ébranlement, coup. (Du latin concussere, secouer)
Je ne l'ai pas vu utilisé dans ce sens en français depuis au moins 50 ans, où diable Yuldebegles l'a-t-il déniché ? Sans doute dans un ouvrage ou article en anglais, c'est un terme médical utilisé par les Anglo-Saxons.

@lelinzhou

Merci beaucoup, tu élargis ma culture générale. Effectivement l'âge m'aurait permis d'utiliser ce vieil ouvrage. Mais je me suis modernisé et j'ai regardé sur Google. Je ne pense pas que Yuldebegles ait ce genre de référence. Je n'ai pas dû lire jusqu'au bout de la définition. Et comme je suis allergique aux anglicismes ...
Au SC Laragnasse je pense que l'on n'utilise pas non plus ce terme. "Pet au casque" ? En tout cas je trouve que Yuldebegles est assez polluant, même si tout ce qu'il dit n'est pas faux notamment sur l'éducation des jeunes.

@duodumat

À Laragnasse on dit : ""Tain de Dieu Marcel ! T'as vu le 10, l'est méchamment secoué !

@Yuldebegles

Ma foi, je vous laisse à vos opinions de sportif de haut niveau. Pour ma part je préfère m'en tenir aux experts et spécialiste dont c'est la profession.
Une petite précision cependant sur la notion de "chasse aux sorcières" que vous évoquez, sans doute pour vous rassurer. Les commotions cérébrales n'ont rien à voir avec les traumatismes osseux du rachis cervical. D'autre part pouvez-vous me donner les capacités intellectuelles et mnésiques d'anciens joueurs commotionnés ? Voyez-vous dans les cas dont nous parlons il y a d'autres symptômes que les morts subites, les paralysies. Mais faites tout de même attention à votre gamin, vous rassurer aujourd'hui ne vous rassurera pas sur son avenir.
Attention je ne dis pas qu'il ne faut pas mettre les enfants au rugby il convient de leur apprendre au tant que possible à éviter les chocs. En revanche une meilleure éducation en EDR me paraît indispensable.

Mais je suis d'accord avec vous qu'il y a d'autres sports à risques... et aussi la conduite automobile !

Bonne journée.

Il y a un gros problème d'education/formation a faire auprès des joueurs, entraineurs, parents sur les chocs au niveau de la tete et cou.
Ayant forme a l'ancienne, j'ai bien trop souvent neglige de faire attention a ma tete, il fallait arrêter le mec en face avant tout.
A l'époque, on n'en savait pas autant que maintenant, un petit KO ca n'était pas bien grave mais maintenant on sait et il faut changer cette perception du rugbyman testosterone et male (on n'est pas des fiottes apres tout!) et insister sur la santé.
J'entraine des filles, c'est beaucoup plus facile pour elles de dire qu'elles pensent qu'elles doivent sortir ou ne pas s'entrainer pendant quelques temps pour récupérer.
Bon, les filles sont plus intelligentes mais si on a réussi avec elles, on devrait pouvoir le faire avec les garçons aussi.

  • Yonolan
    73891 points
  • il y a 5 mois

Sincèrement ce sujet est mis sous le tapis parce qu'on a peur des conséquences pour le rugby spectacle
Et ça c'est très grave et ça deviendra de plus en plus une des raisons pour lesquelles les parents n'ont aucune envie que leurs gosses fassent du rugby
Et pourtant on a juste à regarder ce qui se passe au niveau du foot américain
Bennet Omalu...
Voilà un nom qui parle à ceux qui se sont intéressés aux traumatismes crâniens et aux encéphalites traumatiques chroniques
Comme un film lui fut consacré en 2015 avec Wild Smith, son nom et son histoire ont eu une plus large audience
Il fut le premier à découvrir sur le cerveau d’un ancien joueur de rugby professionnel les séquelles de cette maladie (protéines Tau ) qu’il contribuera à nommer d’ailleurs en 2005
Et oui actuellement on ne peut diagnostiquer surement que…post-mortem même si en novembre 2017, le premier cas d'encéphalopathie traumatique chronique a été confirmé sur un patient vivant.
Lorsqu’il publia ses premiers comptes rendus il fut l’objet d’une chasse aux sorcières avec intimidations personnelles de la NFL (qui gère le foot américain) et qui livra un combat pour qu’on ne fasse pas le lien entre la pratique du sport et cette maladie
Des médecins spécialistes allèrent jusqu’à mentir …
Omalu évoquera un entretien avec un des dirigeants de la FNL qui lui expliquera l’importance de ne pas affoler les parents pour que ceux -ci continuent à amener leurs enfants dans ce sport…
Mais la vérité finit par éclater quand même et la NFL versera quasiment un milliard de usd aux familles pour éviter des procès …
On sait aujourd’hui que 3 commotions sévères sont la limite raisonnable à ne pas franchir dans la carrière d’un sportif pour minimiser le risque ultérieur d’ETC
Mais les commotions cérébrales ne sont pas les seules choses à bannir
Les coups sur la tête aussi même s’ils entraînent pas de commotions cérébrales mais qu’ils sont régulièrement répétés sont une cause des ETC
D’ailleurs lorsqu'on évoque les statistiques de la NFL qui font état d'une baisse de 35% du nombre de commotions cérébrales recensées sur les trois dernières années (grâce notamment à une modification des règles qui proscrivent désormais les chocs casque contre casque) Omalu rentre dans une colère froide
"C'est une manipulation de la science (...) Le nombre de commotions cérébrales n'est pas significatif si le nombre de coups reçus à la tête reste identique, et les dommages sont irréversibles"
Et en France me direz-vous ?
Et bien on à perdu 45000 licenciés en trois ans ; la faute selon Bernie aux mauvais résultats de l'EdF et au fait qu'on n'ait pas de joueur phare qui attirerait..
Et que le rugby n'est pas plus dangereux que la pétanque simplement parce qu'on déplorait le même nombre de décès en...2010
Bon on va y croire...
Et si vous tenez compte du rugby féminin qui se développe, le gap en masculin est plus fort
On nous dit que le nombre de commotions cérébrales diminue... les déclarés ou les pas déclarées au final ? et d'ailleurs les pas déclarées c'est le fait des joueurs seuls ?
Les spécialistes au message non accrédité par la FFR éliminés du débat tel le professeur Chazal
Mais au final si le rugby est avant toute chose un sport formateur qui revendique des valeurs haut et fort , est-il normal qu'il ne se préoccupe pas de la santé post-carrière des joueurs ?
Je le redis les commotions cérébrales sont le poison lent du rugby et ce sport ne peut pas se permettre que les joueurs aient une telle épée de Damoclès sur la tète

@Yonolan

Une petite précision , le Docteur Omalu , c'est sur une ancienne "star" de Foot US ( pas de rugby pro ) de Pittsburg qu'il découvrit des taches noires dans son cerveau , ce qui pour l'age de ce joueur , 50 ans , était très inhabituel...

  • Yonolan
    73891 points
  • il y a 5 mois
@pascalbulroland

c'est vrai et ce que j'ai voulu dire; merci d'avoir rectifié

  • BoBoB
    7965 points
  • il y a 5 mois
@Yonolan

Merci à toi pour ce post. Tu me soulages d'un post que je n'aurais pas aussi bien tourné.
Pas un excellent film pour moi mais un film (très) instructif que tout joueur de rugby devrait voir et que tout médecin de club DOIT voir.

Beaucoup de points développés dans les échanges ci-dessous sont le fruit du bon sens mais je crains que ce dernier ne fasse pas le poids devant les intérêts en jeu.
Je ne crois pas que la FFR ait la solution. Ce serait plus du côté de World Rugby qu'il faudrait aller chercher. WR avance, mais trop lentement face à l'urgence.
Je crains que la solution ne vienne des assureurs et de leur ... intérêt.

  • Yonolan
    73891 points
  • il y a 5 mois
@BoBoB

On dit qu'on votera de plus en plus avec sa carte bleue...cela me parait juste et c'est le seul moyen de faire évoluer des organisations qui font passer leur intérêt de développement ou financier avant le simple respect de l'intégrité humaine et de son avenir ; car c'est la seule façon de leur montrer qu'ils doivent prendre en compte ces problématiques ou qu'ils seront sanctionnés là où ça leur fait mal
Et ce dans tous les domaines y compris plus cruciaux qu'un sport
Je suis toujours aussi rageur même avec les années qui passent devant ce genre de comportement et surtout dans des sports qui se veulent formateurs et qui revendiquent des valeurs...
Le numéro 3 de la FFR Dullin nous expliquait qu'on n'est pas dans un monde de Bisounours ...
Alors il y a une forme de realpolitik et pour moi seule la baisse du nombre de licenciés est le déclencheur de véritables décisions après avoir tenté de minimiser le phénomène et des mesures "cosmétologiques "
La deuxième chose qui cadrera les choses sera la reconnaissance du lien entre certaines pratiques du rugby et ETC ; mais si on prend le foot américain comme référence , cela prendra un temps énorme et il faudra que les tribunaux soient saisis
Alors seulement les assureurs seront impliqués
La troisième chose qui pourra faire changer en profondeur les choses est que les dirigeants de notre sport mettent un cadre de référence inflexible à la pratique de ce sport et au dessus d’intérêts financiers à court terme et qui respecte cette notion de sport formateur et respectueux de ses pratiquants
Mais là je dois rêver

@Yonolan

Seul contre tous est un excellent film que je recommande !
je me souviens surtout d'une phrase du film "... ils se servent de leurs têtes comme armes ! " quand il voit un match de NFL et commence à s'inquiéter au début...
Plusieurs règles découlent de son travail : ne plus accrocher les casques, ne plus percuter avec la tête, plus strict encore sur des joueurs au sol...
pour le rugby comme tout autre sport, il doit y avoir une prise de conscience générale (cela commence) mais surtout une action globale des instances de l'IRB.
Après je suis très mal placé pour donner tel ou tel axe à suivre, je ne suis ni médecin, ni spécialiste du droit du travail : je suis toujours très triste de voir quelqu'un gravement blessé en faisant du sport co ; en me disant aussi que cela aurait pu être moi quand j'étais encore sur le pré, ou mon fils encore récemment.
Et cela n'arrive pas que chez les pros ou chez les autres...

@amoureuxdubeaujeu

Dans ce film , le moment où il montre à celle qui deviendra sa femme plus tard, les effets de chocs répétés sur le cerveau avec un oeuf baignant dans un liquide , le tout dans un pot en verre est assez explicatif...tout comme quand il explique à un neurologue réputé comment chez les animaux , s'organise la protection de leur cerveau quand ils prennent des risques ( il parle d'oiseau plongeant vite dans l'eau et buffles je crois quand ils combattent et se fracassent tête contre tête ) alors que notre cerveau n'a aucune de ces "protections"...

@pascalbulroland

oui je crois qu'ils parlent des fous de bassan quand il plonge pour pêcher/chasser.
pour les têtes contre têtes, c'est les boeufs musqués
Reparler de ce film me donne vraiment envie de le revoir !

  • Yonolan
    73891 points
  • il y a 5 mois
@amoureuxdubeaujeu

Je suis d'accord sur le fait qu'il faille une prise de conscience et cela commence par regarder les choses en face
Ensuite ce qui est pervers avec les ETC c'est qu'elles arriveront des années après la fin de la carrière d'un joueur et avec une gravité très variable selon le nombre et la gravité des commotions subies pendant la carrière du joueur mais aussi le nombre de chocs à la tête et le respect de plages de repos entre elles ; et c'est là que le bats blesse le plus car il faut que notre sport prenne en compte la vie du joueur après le rugby et en assure au maximum la qualité

  • CEVEN
    169953 points
  • il y a 5 mois
@Yonolan

Vos 2 posts posent clairement et avec justesse les axes de développement d'un sport qui souhaite se développer (ou du moins ne pas faire fuir ses pratiquants).
Quel sport, avec quels pratiquants et pour quel avenir ?

  • Yonolan
    73891 points
  • il y a 5 mois
@CEVEN

C'est exactement les questions dont la FFR ne peut pas faire l'économie de réflexion
Il ne faut plus être dans le refus de voir les choses en face ou de minimiser les faits car oui il en va de l'avenir que veut notre sport et par ricochet son expansion ou pas ( je parle du XV)
Il doit rester un sport formateur de mon point de vue
Et il faut que tous les courants de pensée soient associés à cette réflexion lourde de conséquences
Et c'est là que je suis le plus inquiet car Bernie a profondément divisée la famille du rugby et sa vision de la démocratie ( lui qui dit l'avoir instauré à la FFR...) est incompatible avec ce grand débat puisqu'il s'agit de la dictature de la majorité ...assumée et revendiquée

  • CEVEN
    169953 points
  • il y a 5 mois
@Yonolan

Vous citez plus avant à ce titre et justement les personnes que la FFR a souhaité faire taire, ou du moins ne pas (plus) écouter.
Et je vous rejoins quant à la capacité/volonté de l'actuelle gouvernance de créer une concorde sur ce sujet, comme sur bcp d'autres.

Mais, pas grave, NeFaisonsXV ... ne reste plus qu'à espérer un vote plus éclairé des Pdts de club lors des prochaines élections fédérales.
Il en va de l'avenir de notre jeu

  • Yonolan
    73891 points
  • il y a 5 mois
@CEVEN

oui c'est a souhaiter ...
Errare humanum est, perseverare diabolicum

@Yonolan

il faut que notre sport prenne en compte la vie du joueur après le rugby et en assure au maximum la qualité
rien à ajouter tu as tout dit !

  • cahues
    119657 points
  • il y a 5 mois

Un bon gros bouchon et tout un stade rugit de bonheur. L'envers du décor par contre, pas très rassurant pour les pratiquants.

Pas d'omerta, des clubs, des instances, des médecins... Et des actionnaires... Le sportif et donc la santé des joueurs doivent impérativement passer avant les intérêts financiers... On en est loin...

@ginobigoudi

Lui dit que la responsabilité incombe (décombe) aux joueurs avant tout qui ne sont pas transparents avec le corps médical.

Derniers articles

News
News
News
News
Transferts
News
News
News
News
News
Transferts