Bras de fer entre France 2023 et certaines villes-hôtes
La Coupe du monde aura lieu en France en 2023.
Claude Atcher, directeur général de la Coupe du monde de rugby 2023 en France, indique les négociations avec les villes-hôtes ne sont pas de tout repos.

France 2023 perd son président du comité d'organisation de la Coupe du mondeDésignée par World Rugby pour accueillir la Coupe du monde 2023, la FFR espère que la fête sera totale et que les retombées sportives et économiques seront à la hauteur des attentes et des estimations. Mais pour l'heure, l'instance française tente de fédérer les villes-hôtes. En janvier dernier, ces dernières avaient envoyé un courrier au Premier ministre Edouard Philippe afin d'indiquer qu'elles se sentaient "marginalisées [au sein] de l'actuelle mouture d'organisation d'un GIP (groupement d'intérêt public)," rapportait  lyoncapitale. Lyon comme Marseille, Paris, Bordeaux, Lille, Nantes, Nice, Saint-Étienne, Toulouse et Saint-Denis auraient voulu un pouvoir décisionnaire plus important comme cela avait été le cas lors de l'Euro 2016. À l'époque, la société privée qui s'occupait de l'évènement avait également versé 2 M€ à chacune des villes-hôtes.

"Le problème, c’est que nous devons détricoter la structure économique de l’Euro 2016 de football", confie ce mardi au Figaro Claude Atcher, directeur général de la Coupe du monde de rugby. France 2023 ne peut pas se permettre d'imiter la SAS Euro 2016 qui a dégagé 830 M€ contre une estimation comprise entre 50 et 60 M€ de bénéfices pour le rugby. "Il faut que ce soit gagnant-gagnant." Atcher doit donc négocier avec les villes-hôtes à qui il demande simplement de mettre leur stade à disposition gratuitement. "Pour quatre matches, ça revient à environ 800 000 euros…" Or, il indique qu'un seul match du Mondial pourrait rapporter entre 20 et 30 millions d’euros. Mais s'il est plus facile de discuter avec les villes qui sont propriétaires de leur enceinte comme Nantes ou Saint-Etienne, c'est plus tendu d'avoir à faire à des concessionnaires et encore plus difficile quand les stades sont privés comme c'est le cas à Lyon.

Claude Atcher au Figaro

Si certaines villes ne sont pas prêtes à dépenser un euro, ne manifestent pas l’envie d’accueillir de matches de la Coupe du monde, OK, on se passera d’elles. Et on redistribuera leurs rencontres aux autres villes qui seront ravies d’accueillir un match ou deux de plus.

France 2023, qui détient le programme d’hospitalités, est même disposée à "laisser aux villes une partie de leur exploitation, contre rémunérations". Pour faire économiser de l'argent aux villes-hôtes, la FFR a également vu avec World Rugby pour qu'elles ne soient pas obligées de mettre en place des fan-zones, soit 3,5 M€ d'économie par ville, à condition de mobiliser les supporters via d'autres moyens comme un village rugby ou des animations. De plus, selon un accord entre la Ligue et la Fédération, les villes-hôtes accueilleront forcément plusieurs matchs internationaux (XV de France, Barbarians) voire les demi-finales du Top 14 jusqu'en 2023. Si d'aventure les discussions devaient échouer, et quand bien même les villes "sont engagées par un acte juridique", une ville peut être exclue par un vote des deux-tiers du conseil d’administration du GIP ou bien par décision de World Rugby. Il reste un peu plus d'un an aux différentes parties (septembre 2020) pour tomber d'accord.Coupe du monde 2023 - Montpellier ne fait plus partie des villes hôtes

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

"Touche pas au Grisbi salope "!!!!!!

Si les villes françaises rechignent à mettre leur stade à disposition gratuitement, France 2023 peut éventuellement demander à délocaliser des matches en Irlande... 😉

À vrai dire j'étais persuadé que les villes qui accueillaient un événement comme celui ci faisait le pari des retombées touristiques, de la publicité télévisuelle en étant citée et vu dans un grand nombre de pays et que les stades étaient mis à disposition gratuitement.
Pour info la réception d'une étape du tour de France est payante pour la ville candidate et non pas l'inverse.

  • oZbeck
    26065 points
  • il y a 1 an

Il a tout compris le Atcher, il faut mutualiser les dépenses mais individualiser les bénéfices...

"Tu donnes ton stade ou on t'exclut" - certains ont un drôle de sens de la négociation.... ça doit être la marque Laporte (dans la face)

Ont vas allé au camping de laporte gratuits je pense qu'il ne sera pas d'accord.

  • Mich52
    3134 points
  • il y a 1 an
@Serge3105

Alors prend la porte et ne fait pas le gond

Comment prendre les supporters de rugby en otage et/ou les zapper complètement.
Ta ville ne veux pas prêter son stade pendant qu'on s'en met plein les fouilles ? Bah démerde toi, toi qui paie ton abonnement canal, ta place au stade où je ne sais quoi d'autre à longueur d'année.
Seul compte le billet.

Jean-Michel Aulasseu....

@MARCFANXV

On est venu se saouler chez toi ;o)

60M€ de bénéfice, on prend des paris ?

  • vevere
    45766 points
  • il y a 1 an
@lelinzhou

Les bénéfices seront (as usual) "privatisés" alors que le charges seront supportées par les collectivités locales...

Ils comptent sur 60M€ de bénéf. On a pas fini d'entendre gueuler pour le partage de ce gros gâteau.

Les charmes du capitalisme et de son auxiliaire le libéralisme débridé

@michelange

On est dans une situation de monopole, où celui qui négocie peut même arriver à faire exclure son partenaire... on est très très loin du libéralisme.

(Le libéralisme est une doctrine de philosophie politique qui affirme « la garantie des droits individuels contre l'autorité arbitraire d'un gouvernement (en particulier par la séparation des pouvoirs) ou contre la pression des groupes particuliers (monopoles économiques, partis, syndicats - Wikipedia dixit)

Nous on est candidats pour recevoir une rencontre, à 20 ou 30 millions par match, on se contentera d'un seul, on aime partager!

Donc on a monté notre candidature avant de savoir comment on allait gérer la situation. Ok.

  • Khris
    19611 points
  • il y a 1 an
@Team Viscères

On à gagné notre cdm 2024 en 2017, tu penses que les partenariats entre les villes ou les privés et la FFR étaient déjà signés avant d’avoir la Cdm et de plus 7 ans avant ? D’abord on gagne sur des principes d’accord et ensuite on négocie les accords dans le temps impartit, il’est normal que maintenant que la coupe du monde est’ acquise chacune des parties essayent d’avoir une plus grosse part.

@Khris

Demander la mise à disposition des stades gratuitement, c'est juste un détail? On n'est pas dans une négociation où quelqu'un essaie de gratter % de réduction...

  • vevere
    45766 points
  • il y a 1 an
@Team Viscères

Comme d'hab...et pour les JO de 2024 c'est encore pire!!!

@Team Viscères

Chut, ça nous a permis d'avoir un bon classement sur le critère financier...
Quand je pense que Laporte disait que le rapport de World Rugby etait plein d'amateurisme, je comprend mieux.

  • bernie
    7394 points
  • il y a 1 an

Chouette !! Un nouveau feuilleton !!

Derniers articles

News
News
Ecrit par vous !
News
News
Sponsorisé News
News
Vidéos
News
Vidéos
News
News