Amateur - Les plausibles propositions sur la suite des compétitions
Vers quoi se dirige-t-on ?
Pour le Midi Olympique, Patrick Buisson, vice-président de la FFR en charge du rugby amateur est inquiet pour la suite.

Les clubs amateurs sont dans la tourmente. Après une saison blanche et des montées/descentes, se retrouver sur le terrain était primordial pour la vie associative. Si se retrouver en dehors devient de plus en plus compliqué avec les mesures sanitaires de distanciation sociale. Rajouter à cela le couvre-feu à 21 heures imposé depuis plus d'une semaine dans plusieurs métropoles et départements français, et vous obtenez un flou total des équipes dirigeantes des clubs amateurs. Vers où va-t-on ? Avec quels moyens ? 

Patrick Buisson, vice-président en charge du rugby amateur à la FFR, ne le sait pas non plus. Si des discussions sont ouvertes et si la Cellule d'Urgence Covid (CUC) a été créée, ce dernier week-end ne rassure pas les hautes instances. Au Midi Olympique, ce dernier confirme que la FFR ne souhaite pas arrêter les compétitions. Mais les derniers chiffres donnent plus de 50 % des matchs reportés en Occitanie, ou 67 % en Fédérale 2. Pourtant, Patrick Buisson affirme que si 70 % des matchs arrivent à se maintenir, la situation reste acceptable. 

Bien évidemment, "sans entraînement, plus de matchs possibles", comme il l'affirme. Mais la différence entre les territoriaux et les fédéraux n'est pas que sur le terrain. Chacun a ses problèmes et si les clubs territoriaux risquent de voir s'envoler les championnats de France, les Fédéraux devront trouver des solutions pour maintenir au maximum leurs matchs de championnat. Par exemple, la Fédérale 3 n'a plus aucune date de reports possibles et ce sera un calcul vieux comme le sport qui rentrera en jeu : la péréquation. 

Comment calculer une péréquation ? Patrick Buisson nous donne un petit cours : "Dans une poule de 10, on doit disputer 18 matchs. Si un club n'en joue que 16 et compte 40 points-terrain au classement, on fait le calcul suivant : 40 divisé par 16 et on multiplie par 18". Donc ce club se retrouve à 45 points au classement final. Mais il est bien connu que la péréquation ne respecte pas toujours l'équité sportive. Patrick Buisson dévoile quelques pistes de travail et quelques hypothèses : "supprimer des phases finales pour libérer des dates, rallonger la saison, changer de format de la compétition (plus ramassée)". Le passage des poules de 10 à 12 clubs ne facilite pas la tâche des instances décisionnaires. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

au moins j'ai appris un mot

Derniers articles

News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News
News