RUGBY À 7 - FRANCE 7. Retour sur le tournoi mitigé des Bleus

RUGBY À 7 - FRANCE 7. Retour sur le tournoi mitigé des Bleus
Les Bleus ont réalisé un tournoi mitigé.
Après une treizième place au classement World Series, la bande à Dall’Igna avait à cœur de réussir sa Coupe du Monde.


Rugby à 7 - Coupe du monde. Forces et faiblesses de France 7

Des débuts prometteurs

Lors du premier match, ils rencontrent la Jamaïque (classée 22ème mondiale), match largement à leur portée sur le papier. Dès le coup d’envoi, les Bleus récupèrent le ballon et après un passage au sol, le jeu arrive jusqu’à l’aile de Jean Pascal Barraque qui décale pour le phénomène Tavite Veredamu en bout de ligne pour inscrire le premier essai de la partie. Quelques minutes plus tard, ce même Veredamu récupère un ballon pour envoyer Sacha Valleau marquer le premier de ses deux essais. Il sera ensuite immité par Jean Pascal Barraque, qui inscrit un essai juste avant la pause (26/0). À la mi-temps, les Jamaïcains n’ont quasiment pas eu de ballons pour s’exprimer. Après la reprise, et suite à un numéro de funambule de 60 mètres, Terry Bouhraoua inscrit le cinquième essai des Bleus (33/0). Boudehent, Barraque et Parez scellent le score de cette rencontre à sens unique. (55/0)

Sans trop forcer leur talent, les Français dominent le match de bout en bout et rejoignent les 1/8ème de finale face à l’Australie.

Classés quatrièmes du dernier circuit mondial, les Australiens sont favoris pour ce 1/8ème de finale. Ce match est un véritable chassé-croisé. En effet, les deux équipes se rendent coup pour coup. Dès la deuxième minute, les Australiens de Myers inscrivent deux essais. Mais Bly et Bouhraoua répondent à leurs homologues en passant par deux fois derrière la ligne d’en-but. Véredamu, véritable facteur X de l’équipe, inscrit alors un doublé. Les Bleus créent ainsi l’exploit en se qualifiant en ¼ de finale de CUP ce qui n’était pas arrivé depuis le tournoi du Cap en Décembre.

Des limites visibles

En ¼ de Cup la bande à Barraque rencontrent les Néo-Zélandais tenant du titre. En bon outsiders les Bleus peuvent créer la surprise. Dès l’entame du match, les Bleus dominent les Néo-zélandais et les poussent à la faute. Les Blacks Sevens écopent alors de trois cartons jaunes en première mi-temps. Malheureusement et malgré cette supériorité numérique, les Bleus n’inscrivent qu’un seul essai par Paulin Riva et ne mènent que 7 à 0 à la pause. La domination française n’est pas traduite par un important écart au score et cela coutera aux Bleus. Une fois les Blacks de Kurt Baker revenus à sept, ce dernier inscrit un essai leur permettant de revenir à hauteur (7-7) puis Ravouvou fini le travail en marquant le deuxième essai de son équipe (7-12). Les Bleus s’inclinent donc d’un essai et peuvent nourrir n’énormes regrets surtout dans les moments clés dû à un manque de maitrise.

Rugby à 7 - Coupe du monde. France 7 laisse passer sa chance face aux All Blacks Sevens

Ils basculent donc dans le tableau secondaire (places 5 à 8) et retrouvent les Argentins en demi-finale pour la 5ème place. Un match qui est à leur portée.

Ils ratent alors complètement la première mi-temps et encaissent trois essais en peu de temps à cause d’un manque d’implication défensive et laissent les Pumas prendre possession de leurs 22 mètres. Osadczuk ouvre le score dès la deuxième minute suivi de près par Velez qui gonfle le score (14-0). En manque de possession offensive, les Bleus encaissent enfin un troisième essai de Sabato juste avant la mi-temps. Les hommes de Jérôme Daret ont toutefois un sursaut d’orgueil et tentent de reprendre l’avantage grâce à une course de 50 mètres de Bly qui aplatit en bout de ligne. Les coéquipiers de Pierre-Gilles Lakafia rentrent enfin dans leur match malgré un carton jaune pour Paulin Riva. La sanction est immédiate puisque Alvarez inscrit le quatrième essai des Argentins qui mènent alors 26 à 5. Mais les Bleus ne sombrent pas, principalement grâce aux deux essais d’un Stephen Parez auteur d’une superbe rentrée.

Pour leur dernier match la bande à Valleau jouent face à l’Ecosse de Scott Riddel. Jean-Pascal Barraque et Pierre Boudehent écopent d’un carton jaune dès les premières minutes. Suite à cette infériorité numérique, les Bleus encaissent un essai de Jack Cuthbert (7-0) mais ils reviennent au mental grâce aux réalisations de Kevin Bly et Terry Bouhraoua. À la mi-temps, les Bleus n’ont que deux petits points de retard (12/14). La seconde période est complètement folle. Un véritable chassé-croisé se met en place, et Kévin Bly, auteur d’un bon tournoi donne l’avantage à son équipe dès la reprise. Mais Robbie Fergusson répond immédiatement et inscrit un essai pour les Ecossais. Gabin Villière passe de nouveau la ligne de marque pour les Bleus qui passent ainsi devant au score. Mais suite à une défense trop friable, les Bleus souffrent et Paul Bonnefond n’arrange pas la situation en écopant d’un carton jaune une minute avant la fin. Cette indiscipline de Bonnefond coute alors très cher à l’équipe. Ils encaissent dans la foulée un nouvel essai et les Écossais égalisent de nouveau. Cette fin de match est placée sous le signe des prolongations. L’équipe de France récupère le ballon sur le coup d’envoi et se crée quelques opportunités mais c’est finalement l’Ecosse qui l’emporte.

Les Bleus peuvent donc avoir de nouveau d’importants regrets car sans cette indiscipline, le scénario n’aurait pas nécessairement été le même.

INTERVIEW. Rugby à 7 - Coupe du Monde. Jonathan Laugel : ''Il manque de la régularité''

Un bilan contrasté

France 7 termine donc 8ème de ce Mondial. Au rang des satisfactions, notons le bon tournoi de Bly, Valleau et Parez mais aussi de Bouhraoua qui ont su faire parler leur vitesse et leurs qualités offensives. En revanche, Bonnefond passe encore une fois à côté. Peu impliqué dans la dynamique du collectif et réalisant de nombreuses fautes, (notamment celle qui coute la défaite pour la cinquième place) il devra être plus convaincant la saison prochaine.

Barraque, Dall’Ingna et Lakafia ont agi en leaders durant le tournoi. Très impliqués dans tous les secteurs, ils apportent une dynamique positive au sein du groupe. Pierre Boudehent lui a apporté toute sa puissance dans la ligne et en défense, et prend une importance grandissante au sein du groupe. Gabin Villière, qui n’avait joué jusqu’ici qu’un seul tournoi, a été décisif en attaque notamment face à l’Ecosse. Même s’il a montré de belles choses en étant bon plaqueur et en marquant un superbe essai, il lui faudra trouver de la constance dans la performance.

Paulin Riva malgré son carton jaune a bien été présent sur les cinq matchs disputés. Véritable impact player il est important dans l’équipe. Quant à Tavité Veredamu nommé dans l’équipe type de la Coupe du Monde il fait un tournoi exemplaire. Véritable facteur X à la fois puissant et décisif, il représente surement l’atout numéro 1 de cette équipe de France.  

Le bilan de cette Coupe du Monde est donc mitigé pour les Bleus de Manoel Dall'Igna. En effet, après de nombreuses contre-performance tout au long de la saison, les Bleus ont accroché les Australiens à leur tableau de chasse et auraient pu y rajouter les Néo-Zélandais, futurs vainqueurs de cette Coupe du Monde de San Francisco. La satisfaction d'une qualification en Cup et d'avoir existé face aux meilleurs contrastent avec la déception de ne pas avoir pu être meilleur lors des ces matchs finaux. Il faudra cependant que l'Équipe de France et son staff tirent tout le positif de cette édition afin de s'en servir pour la saison prochaine et ainsi, ne pas revivre une saison galère comme la précédente...

Rugby à 7 - La 8e place de la Coupe du monde pour France 7Coupe du Monde de Rugby à 7 : un Tricolore nommé dans la Dream Team de la compétition