VIDÉO. FLASHBACK. Quand Brian O'Driscoll mettait la misère à la France
Brian O'Driscoll s'est joué de la défense française lors du Tournoi 2001.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
L'ancien trois-quart centre international irlandais a longtemps malmené les défenses tricolores. Retour sur l'une de ses rencontres les plus marquantes face aux Bleus.

Dimanche les Bleus se déplacent à Dublin pour y affronter l'Irlande. L'occasion pour nous de ressortir notre boîte à souvenir et se remémorer les rencontres qui ont fait l'histoire de ces Irlande-France. Retour en arrière donc. Nous sommes le 17 février 2001. Pour le compte de la deuxième journée du Tournoi des 6 Nations, l'Irlande reçoit la France. Deux équipes qui ont alors négocié à la perfection leurs entrées en lice, les Irlandais balayant l'Italie qui venait de rejoindre un en avant le Tournoi, et la France disposant de l'Ecosse à Paris. Le nom d'un joueur est alors sur toutes les lèvres avant cet affrontement. Brian O'Driscoll. La raison ? Un an auparavant, le jeune trois-quart centre alors âgé de 21 ans, international depuis seulement quelques mois, embrase le Stade de France, s'amuse au milieu de la défense française pour inscrire un triplé devant les yeux ébahis des spectateurs devant un tel phénomène. Il offre la victoire à son équipe, qui n'avait plus gagnée sur le sol français depuis 1972. Une éternité. L'avènement alors d'une future légende du sport irlandais. 

Pour ce déplacement en Irlande, la France est donc prévenue, surtout que le joyau du XV du trèfle est titulaire au centre du terrain, numéro 13 dans le dos. Un homme averti en vaut deux dit-on. Et pourtant, là encore, ''BOD'' va faire parler la poudre. Dans un Lansdowne Road chauffé à blanc, O'Driscoll va martyriser la défense tricolore de par sa vitesse, son sens du jeu, et ses qualités d'appuis indéniables. On pense à ses innombrables coups d'éclats en première période, comme cette percée plein centre du terrain à la 26ème minute. Le score est de 9 à 3 en faveur des locaux à la pause. Un score qui va s'alourdir, quand bien servit sur les 40 mètres, O'Driscoll va résister à deux plaquages français, débouler le long de la touche pour inscrire un essai pas évident, malgré un retour désespéré de Xavier Garbajosa. Les deux réalisations tricolores de Fabien Pelous et Phillipe Bernat Salles n'y changeront rien. La botte d'O'Gara et le talent d'O'Driscoll auront fait le reste. Ce dernier est élu comme un an auparavant homme du match, et l'Irlande s'impose 22 à 15 et reste alors sur deux victoires consécutives face au XV de France. Chose qui n'était plus arrivée depuis 1973. O'Driscoll est alors un vrai cauchemar pour les Français. L'Irlande terminera d'ailleurs deuxième de cette édition derrière l'Angleterre, la faute à une défaite en Ecosse lors de la dernière journée, tandis que la France bouclera sa campagne hivernale à une triste cinquième place. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • rororo4
    5496 points
  • il y a 2 semaines

On a tendance à toujours oublier l' autre centre de la paire : Gordon D' Arcy , sans lequel BOD n' aurait peut-être pas atteint de tels sommets ...

  • Zakgabr
    7422 points
  • il y a 2 semaines

Les stats de BOD vs France ça donne : 3 essais en 2000, 1 en 2001, 2 en 2003, 1 en 2005, 1 en 2009.

Attention à celui qui porte le n° 13 en Irlande actuellement, Ringrose, qui a une intelligence de jeu assez remarquable et des qualités offensives indéniables. Difficile de le comparer à BOD mais je crois qu'il est un joueur de classe mondiale.

Si je me rappelle bien, le même jour débutait aussi benoit baby contre l'irlande en 2000. Il avait fait un bon match, mais pris un carton et n'avait pas rejoué ensuite.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Page facebook
News