XV de France. Désintox. Galthié sur la sellette ? L'étrange idée venue d'outre-Manche
Fabien Galthié n’est pas menacé à son poste, mais certains médias anglo-saxons ont fait planer le doute après le dernier match du XV de France. (France TV)
Fabien Galthié n’est pas menacé à son poste, mais certains médias anglo-saxons ont fait planer le doute après le dernier match du XV de France.

Si vous avez l’habitude de vous rendre sur les médias anglo-saxons pour vous ouvrir à d’autres formes de rugby, votre matinée a dû être ponctuée de questions. En effet, depuis la défaite d’hier, un site anglophone a mis en avant un possible départ de Fabien Galthié. Problème, aucun média français ne relaye une telle information. Alors, les journaux seraient-ils passés à côté du scoop de l’année de notre côté de la Manche ?

RUGBY. ‘‘Nullissimes’’, ‘‘méconnaissables’’, etc. La Presse incendie le XV de France et applaudit l’ItalieRUGBY. ‘‘Nullissimes’’, ‘‘méconnaissables’’, etc. La Presse incendie le XV de France et applaudit l’Italie

Fabien Galthié, sans inquiétude

Après la déconvenue de France - Italie (13-13), nous avons mené notre enquête afin de savoir si le destin du sélectionneur des Bleus était réellement menacé. Réponse : Non, Fabien Galthié ne doit pas s’inquiéter (dans l’immédiat) et on vous explique pourquoi !

À titre d’exemple, le média rugbystique référence du monde anglo-saxon Rugby Pass publiait un article baptisé : “Fabien Galthié risque d'être licencié avant la fin des Six Nations” (“Fabien Galthié faces sack before end of the Six Nations”), ce dimanche soir. Sans guillemets ou autre élément de titre, l'idée d'une affirmation factuelle parait alors légitime. Leur source ? Bernard Jackman, consultant pour la télévision et radio irlandaise RTE.

RUGBY. ‘‘La France est vraiment pauvre’’, O’Driscoll regrette le niveau du XV de FranceRUGBY. ‘‘La France est vraiment pauvre’’, O’Driscoll regrette le niveau du XV de France

Ancien international irlandais, il est un spécialiste reconnu du rugby français en outre-Manche. Pour cause, il a fait partie du staff du FC Grenoble de 2011 à 2017. Ainsi, ce dernier aurait déclaré : “Je serais surpris que Fabien Galthié soit là à la fin des Six Nations.

Contacté, Bernard Jackman nous assure que ses propos ont été sortis de leur contexte. En réalité, il expliquait que “Fabien Galthié serait frustré de lui-même”, selon lui. Il affirme qu'il ne voulait dire à aucun moment que le sélectionneur “pourrait être viré” prochainement.

RUGBY. 6 Nations. ‘‘Une défaite, c'est une crise’’, le XV de France au bord de la dégringoladeRUGBY. 6 Nations. ‘‘Une défaite, c'est une crise’’, le XV de France au bord de la dégringolade

Un XV de France en difficulté

En complément, nous lui avons demandé de développer sa pensée autour du XV de France. Il nous explique que les Bleus sont une équipe “talentueuse”. Le plan de Fabien Galthié s’étend “sur 5 ans et c’est un projet sur le long terme”, différent de celui qui peut être observé en Irlande.

Bernard Jackman explique que le projet irlandais est incomparable pour deux raisons. Premièrement, les Celtes “gagnent leurs rencontres”, ce qui est toujours plus simple pour construire quelque chose. Ensuite, Andy Farrell “va connaître une pause d’un an avec l’Irlande pour se consacrer aux Lions britanniques et irlandais”. Ainsi, le manager irlandais connaît une dynamique différente de celle de son homologue français.

RUGBY. RÉSUMÉ VIDÉO. Cataclysme, le XV de France concède le match nul contre une Italie solideRUGBY. RÉSUMÉ VIDÉO. Cataclysme, le XV de France concède le match nul contre une Italie solide

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Je ne tiens pas à défendre Galthié contre vents et marées, mais cette manie de chercher un bouc émissaire et la mémoire extrêmement courte du rugby français m'irritent.

Les torts sont partagés et Galthié en a certainement. Ne pas voir que certains joueurs ont besoin de repos (Danty et Fickou en tête), refuser la retraite de joueurs qui n'atteindront certainement pas la prochaine Coupe du Monde et ainsi ralentir la transition sur des postes où les talents ne se bousculent pas (Atonio, R. Taofifenua), sont, pour moi, ses erreurs principales.

Pour le reste, les concours de circonstances n’aident pas.
Le staff a changé. Je rappelle que les joueurs du XV de France n’ont que quelques entrainements ensemble et même si je présume que l’animation offensive d’Arlettaz n’exige pas un doctorat, il faut un peu de temps pour l’appliquer au plus haut niveau. Idem pour la touche avec Sempéré. On a tendance à oublier que le XV de France, ce sont 10 matchs par an (parfois 11) répartis sur trois fenêtres avec une semaine de préparation avant chaque match et un effectif largement remanié pour la tournée estivale. Les deux seules équipes avec un rugby fluide sur ce Tournoi sont celles qui ont conservé leur entraineur de l’attaque (Mike Catt pour l’Irlande, Peter Horne pour l’Écosse). La perte de Giroud est énorme. Personne n’était aussi athlétique que la France des dernières années. Si on peut mettre la condition physique médiocre des joueurs sur le compte de la Coupe du Monde, il ne faudrait pas que ça dure.

De nombreux absents. Certes on a de la profondeur, mais quand il vous manque Wardi, Gros, Flament, Jelonch, Alldritt pour ce dernier match, ou encore Dupont et Ntamack, ça commence à se ressentir. Ajoutons à ça le manque de confiance de joueurs clairement marqué mentalement par la défaite en ¼ et vous obtenez un cocktail bien triste. Les excès d’engagement (Willemse, Danty), les surnombres bouffés (Jalibert, Fickou, Penaud), les coups de pied et passes mal assurés (Lucu, Jalibert), tout ça par des joueurs qui hier encore faisaient partie de l’élite à leur poste, ce n’est pas la seule faute de Galthié. Je doute qu’il leur demande d’être imprécis et de jouer tête baissée.

Enfin, un dernier mot sur la fameuse dépossession qui déplait tant et qu’on remet sur la table à chaque coup de pied manqué, sachez que non seulement elle n’est plus d’actualité, mais qu’en plus il faudrait peut-être s’y remettre finalement.
La France est 5e au total des coups de pied (Écosse 1e, Italie 6e), tape 20 fois contre l’Irlande qui tape 33 fois, match perdu, 44 fois vs 41 contre l’Écosse, match gagné, 20 fois vs 22 contre l’Italie, match nul. Évidemment l’analyse se doit d’être bien plus complexe, mais vous pourrez toujours montrer ces statistiques à ceux qui veulent envoyer la balle à l’aile à chaque action.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News