Will Skelton : ‘‘La Rochelle est une petite ville, nous ne sommes pas censés jouer ces match-là’’
Les Rochelais ont rappelé le rugby à ce qu'il était, un sport de terroir et de passion !

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Selon Rugby Pass, Will Skelton s’est exprimé au sujet du titre européen obtenu par le Stade Rochelais et a souligné l'incroyable performance des siens.

Loin des capitales, la passion rochelaise a bouillonné d’année en année. Le samedi 28 mai, le couvercle a sauté. Il a laissé entrevoir l’amour d’un peuple à son club, lui qui remplit un stade Marcel-Deflandre aux allures de chaudron. Cette relation, les joueurs en ont pris conscience. La ferveur placée derrière leur équipe après les deux finales de l’an dernier en avait montré les prémices. La joie d’un trophée sur le toit du vieux continent qui a vu naître ce sport n’a fait que le confirmer. Surtout que certains cadres n'oublient pas la déception connue l’an dernier face à Toulouse. Ainsi, Will Skelton raconte ceci : “La défaite avait fait très mal l'année dernière face à Toulouse, mais parfois il faut perdre avant de pouvoir gagner le gros lot. Nous avons montré beaucoup de caractère et la façon dont nous avons gagné montre à quel point nous tenons à ce club, à la ville et les uns aux autres.Top 14. Le monstre Skelton et le flamboyant Leyds : conseil de classe des recrues rochelaisesTop 14. Le monstre Skelton et le flamboyant Leyds : conseil de classe des recrues rochelaisesDans un papier publié par Rugby Pass, l’ancien joueur des Saracens s’est prononcé au sujet de la victoire rochelaise. Avec les Sarries, le golgoth avait déjà connu par deux fois cette euphorie. Mais au milieu des nombreux fans rochelais, la saveur semble tout de même bien différente, il déclare : “Cela signifie tout pour ce club, les joueurs et pour moi. Nous ne sommes qu'une petite ville, nous ne sommes pas censés jouer dans ces grands matchs.” À travers cette prise de position, le deuxième ligne invite son club à la table des grands. Loin des Saracens et de la banlieue londonienne, de la capitale irlandaise de Dublin ou de la quatrième ville de France toulousaine, les Rochelais ont dicté leur loi. D’autant plus, le scénario homérique d’une finale qui semble inoubliable aura le loisir de s’inscrire au fer rouge dans les esprits.CHAMPIONS CUP. Les chiffres impressionnants de la domination de la Rochelle sur le Leinster en finaleCHAMPIONS CUP. Les chiffres impressionnants de la domination de la Rochelle sur le Leinster en finale

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Kad Deb
    33819 points
  • il y a 4 semaines

Vincent Merling devrait proposer une formation en gestion et développement de club de rugby pro. Cela pourrait intéresser certains présidents et propriétaires d'autres clubs...
Avec un recrutement intelligent des joueurs et entraîneurs, savant mélange entre talent, jeunesse et expérience, le tout en évitant la facilité du gros carnet de chèques qui achète tout à fonds perdu. Sans déclarations tapageuses dans les médias, lentement mais sûrement, il a construit une place forte du rugby français et européen. Respect !

@Kad Deb

Pour avoir travaillé chez Cafés Merling, il gère son club comme il gérait son entreprise... avec intelligence, gentilesse et clairevoyance

  • Yonolan
    140478 points
  • il y a 1 mois

Je peux comprendre cette réflexion sur la taille de la ville

Mais si elle peut avoir une forme de résonnance immédiate, elle ne correspond en rien la réalité du rugby

Et il en va de même dans le monde du rugby sur la taille d'un pays

Le PdG ne devrait pas être invité alors dans le concert mondial...

Si La Rochelle s'est invité durablement dans l'élite, c'est d'abord parce que c'est une terre de rugby

Quel autre club en France peut se vanter d'avoir un stade plein a quasiment tous ses matchs ?

Ensuite parce que ce club a un projet sportif construit patiemment depuis longtemps avec un président qui est la vraie cheville ouvrière de cette réussite avec intelligence et sans bruler les étapes

On est très très loin de certains présidents friqués qui pense que seul l'argent permet la réussite et qui mettent leur ego avant leur rôle de bâtisseur

Quand ils ont injectés quelques dizaines de millions , ils finissent par comprendre que l'argent est un bon serviteur mais un mauvais maitre

Mourad, expliquait il y a quelques années qu'il aurait du mal lutter contre Altrad ou Hans-Peter Wild...

Et bien non l'argent ne fait pas tout , même si il en faut, et LR comme Castres ne sont pas des clubs hors sols ou des David contre Goliath

Cs clubs sont fortement ancrés dans leur territoire et ont une vraie identité rugbystique

Et même si le rugby brasse de plus en plus d'argent, on est loin du monde des footeux

Et on peut mesurer là aussi l'importance du SC et la réelle nécessité de le faire respecter

Sans oublier le modèle rugbystique français qui est celui au monde ou les clubs sont les plus vivaces et les plus suivis

Et espérons que cela dure encore longtemps et que le rugby français puisse continuer ce chemin là

Et que LR fasse partie durablement de cette élite là

@Yonolan

Oui ce qui compte surtout pour la billeterie et les sponsors c'est le nombre de supporters fideles et, sans doute plus difficile a évaluer, le niveau de sympathie et/ou d'intéret suscité par le club au niveau national (qui conduira les non-locaux a regarder les matchs de cette équipe a la TV et donc donnera de l'exposition aux sponsors) - en gros le nombre de "suiveurs" réguliers ou occasionnels. Sur ces criteres, pas sur que le SR ait grand chose a envier au Racing ou au SF a l'heure actuelle, malgré la taille respective des villes. Apres c'est sur que le potentiel est plus grand a Paris, Lyon ou Bordeaux, mais encore faut-il le réaliser (je ne cite pas Toulouse parce que la bas le potentiel est déja réalisé).

C'est pour ca aussi que c'est probablement plus dur de développer un club de haut niveau a Marseille ou a Lille qu'a La Rochelle ou meme a Pau, Brive, Castres, Bayonne etc.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News