6 Nations U20 - Quels jeunes ont le plus de temps de jeu en Europe ?
Les U20 français ont été nombreux à goûter au Top 14.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Les chiffres montrent que les jeunes joueurs ont le plus de chance d'engranger du temps de jeu en France.

Oui, la formation française est bonne, et pas seulement parce que les U20 ont récemment été sacrés champions du monde. Selon des chiffres dévoilés par le compte Twitter Tier 2 Rugby, la France serait le pays européen qui permettrait le plus aux joueurs de -20 ans de s'exprimer avec les professionnels de leurs clubs. Un sacré retournement de situation pour une formation souvent critiquée. Au total, on comptabilise plus de 180 matchs pour ces joueurs depuis le début de la saison (dont plus de 80 en tant que titulaires). Des chiffres plus élevés que nos voisins anglais, pour lesquels les U20 auraient disputé un peu plus de 140 matchs (dont 60 en tant que titulaires). Les deux pays sont alors bien en avance sur leurs voisins européens, chez qui les U20 ne dépassent pas les 20 matchs en division professionnelle, et sont tous juste à plus de dix matchs au Pays de Galles et en Irlande.

Qui sont les joueurs les plus utilisés ?

Dans ces joueurs, on retrouve déjà pas mal de cadres dans leurs clubs. C'est le cas de Kilian Geraci (Grenoble, 11 matchs de Top 14), qui s'aguerrit en seconde ou en troisième ligne avec les Grenoblois, avant de rejoindre Lyon la saison prochaine. Vanté sur son excellent début de saison, le centre Julien Delbouis (Stade Français, 8 matchs) est également un joueur déjà inscrit dans la rotation de son club. C'est aussi le cas pour le pilier Jean-Baptiste Gros (Toulon, 8 matchs) qui fait le plein de confiance sur la Rade et pour le centre Arthur Vincent (Montpellier, 9 matchs).

Julien Delbouis (Stade Français) : ''J'en veux encore plus !'' [INTERVIEW]D'autres ne sont pas encore vraiment considérés comme des cadres, mais ont déjà goûté à plusieurs reprises à l'élite cette saison avec leurs clubs respectifs comme le demi d'ouverture Louis Carbonel (Toulon, 7 matchs) et le troisième ligne Jordan Joseph (Racing 92, 6 matchs). Mais ils doivent encore faire face à une forte concurrence à leurs postes. Pour d'autres, encore, il s'agit de croquer des bouts de matchs comme l'ailier ou arrière Mattis Lebel (Toulouse, 3 matchs), l'arrière Mathieu Smaïli (Toulon, 2 matchs), le pilier Alex Burin (Agen, 2 matchs), le deuxième ligne Gauthier Maravat (Agen, 2 matchs), le demi de mêlée Quentin Delord (2 matchs), le troisième ligne Florent Vanverberghe (Toulon, 1 match) et le pilier Giorgi Beria (Clermont, 1 match).

Certains U20 font eux pour l'instant le choix de la Pro D2 et engraînent de l'expérience dans cette division comme c'est le cas des troisièmes lignes Sacha Zegueur (Oyonnax, 12 matchs) et Mathieu Hirigoyen (Biarritz, 7 matchs), de l'arrière Alexandre de Nardi (Mont-de-Marsan, 7 matchs), mais aussi du pilier Demba Bamba (Brive, 13 matchs), ce qui a valu à ce dernier d'être appelé par Jacques Brunel pour la seconde fois.
Il emporte avec lui Romain Ntamack (Toulouse, 12 matchs), lui aussi international U20 et convoqué avec les grands pour le Tournoi des Six Nations par Jacques Brunel.

XV de France : le groupe pour le 6 Nations 2019 dévoilé, Romain Ntamack appelé !

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • to7
    14454 points
  • il y a 1 an

on a plus de clubs que n'importe quel autre pays et on choisit l'année post titre des u20 comme référence, encore heureux qu'ils jouent plus chez nous, le contraire serait absurde

la bonne chose c'est qu'on arrête de dire que la formation française serait la cause de tous les maux du rugby
sur les 10 dernières années en u20,sauf 2013 et 2010, on a gagné ou fini 2e du tournoi et on a été dans le dernier carré à pratiquement une cdm sur 2, des résultats qu'on aimerait bien retrouver avec l'edf

le problème c'est toujours le cran d'après alors tant mieux si les choses s'arrangent, mais je reste persuadé qu'il y a encore du boulot pour optimiser le vivier énorme du rugby français et retrouver un rang digne dans la hiérarchie mondiale

Le système JIFF porte ses fruits... On se focalise beaucoup sur ses inconvénients (JIFF non sélectionnables et inversement) qui ne concernent qu'une petite minorité de joueurs mais on oublie vite que c'est le seul moyen que l'on ait trouvé de détourner les règles visant à limiter la discrimination à l'embauche.

Quelque part ce n'est pas si surprenant et assez logique.

Nous ( la France ) est en recherche de nouveaux talents vu le rugby proposé par le XV national, ce qui n'est pas le cas des Irlandais, Ecossais et Gallois qui s'appuient sur des valeurs sûres.

On peu aussi ajouter le nombre de matchs plus ou moins importants dans les championnats respectifs.

@breiz93

C'est logique oui et non car ce n'est pas l'équipe de France qui choisit qui joue en top14... S'il n'y avait pas le règlement JIFF, je ne suis pas sur que les jeunes joueraient autant malgré le besoin de nouveaux talents...

@breiz93

Et en plus on a 30 clubs pro quand les anglais en ont 24, et les autres entre 2 et 4, alors forcément ça fait du monde ! C'est pour ça que l'excuse du réservoir français commence à sonner bien fausse !

@VivaRCF

Si on ne ramène pas ces chiffres au nombre de clubs, voire de licenciés, ça ne peut qu’etre en notre faveur

Honnêtement je ne m'y attendait pas. Bon maintenant y a plus qu'à espérer que cette génération arrivera à quelque chose en 2023 et plus.

Derniers articles

Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News