Il découvre le Top 14, qui est Max Spring, cet arrière si prometteur du Racing 92 ?
Max Spring est l'un des arrières les plus prometteurs du Top 14.
Né d'un père néo-zélandais, ancien rugbyman professionnel et d'une mère basque, Max Spring est l'un des arrières prometteurs de notre championnat.

Ce dimanche, les observateurs du Top 14 ont pu (re)découvrir sur la pelouse du Michelin une tête encore méconnue de notre championnat. Numéro 15 dans le dos, Max Spring était titulaire dans la ligne d'attaque du Racing 92. En vérité, ce ne sont pas les premières minutes dans l'élite du jeune joueur d'à peine 20 ans. L'an passé, à tout juste 19 balais, il avait disputé l'intégralité de la rencontre perdue contre le Stade Toulousain (24-30), avant de rentrer en jeu quelques semaines plus tard lors de la victoire dans le derby contre le Stade Français, à l'issue d'une rencontre au scénario hitchcockien. Sa titularisation contre Clermont n'était donc que sa troisième apparition au sein de l'élite du rugby hexagonal, au milieu d'une équipe du Racing mixte, mêlant jeune joueur prometteur (Le Garrec, Spring) ou joueurs expérimentés (Russell, Vakatawa). Mais alors qui est Max Spring, ce jeune arrière du Racing 92, promis à un bel avenir. 

Top 14. Retour sur le très bon match de Nolann Le Garrec face à ClermontTop 14. Retour sur le très bon match de Nolann Le Garrec face à ClermontMalgré son nom à consonance anglophone, Max Spring est bien Français, né qui plus est dans le Pays basque, terre d'ovalie. Natif d'Irouléguy, une commune d'à peine un peu plus de 350 âmes, il débute le rugby à Nafarroa, club actuellement pensionnaire de Fédérale 1 né en 2003 de la fusion entre l'US Garazi (Saint-Jean-Pied-de-Port) et l'US Baigorri (Saint-Étienne-de-Baigorry). C'est là qu'il va côtoyer pour la première fois la balle ovale et donc apprendre le rugby au sein d'un club où a joué son père aux cours des années 1980. Ce dernier, demi d'ouverture néo-zélandais viendra s'installer dans le Pays basque durant sa carrière de joueur et portera donc les couleurs de l'US Garazi. D'où ce nom très anglo-saxon pour notre protagoniste. C'est là qu'il rencontrera la mère du jeune joueur. Max Spring passe donc neuf ans dans le club formateur d'Imanol Harinordoquy. Ses performances tapent dans l'œil de l'un des deux grands clubs du coin. Il prend donc la direction de l'Aviron Bayonnais en 2016, alors qu'il est à peine âgé d'une quinzaine d'années, ''le club que j'aime depuis tout petit'' comme il l'indiquait lors d'une interview pour une télé locale. Il intègre le pôle espoirs et vit aussitôt une ascension fulgurante. Il connaît les joies des sélections de jeunes. En 2017, il est sélectionné avec l'équipe de France des moins de 16 ans. Rebelote en 2019, où il fait partie de l'équipe des moins de 18 ans. Mais ses qualités de vitesse et d'appui attirent l'œil des spécialistes du rugby à sept qui le sélectionnent dans cette discipline la même année avec l'équipe de France des moins de 18 ans. Un joli CV pour un joueur alors tout juste majeur et aux prémices d'une carrière professionnelle. 

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d’une pinte !

Vos adhésions financent la création de contenu par des passionnés de ballon ovale. Devenez adhérent pour débloquer cet article Premium !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Spring : le printemps du Racing ?

  • etutabe
    20921 points
  • il y a 2 semaines
@Garou-gorille

le Racing aime bien les saisons : Fall y a joué et ce n'était pas l'automne de sa carrière

Derniers articles

News
News
Ecrit par vous !
News
Transferts
News
News
News
News
Vidéos
Vidéos
News