Top 14. La chaussure en touche de Porical, le récital de Beauxis : en 2009 Gerland s'enflammait devant USAP-Paris
l'USAP et le Stade Français Paris, une rivalité qui s'éternise.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

L'USAP et Paris se retrouvent ce week-end pour un affrontement qui sent bon les années 2000. En 2009, lors de la demi-finale du Top 14, Catalans et Parisiens nous avaient offert une rencontre haute en suspense.

Qu'il semble loin, le temps où les affiches entre l'USAP et le Stade Français étaient des classiques de notre championnat, des rencontres de haut de tableau entre deux des meilleures équipes de l'Hexagone. C'est durant les années 2000 que la rivalité va vraiment naître, lorsque le Stade Français battra par deux fois les Usapistes en finale (1998-2004). Plus tard, avec Clermont, Toulouse et Biarritz, les deux formations se partagent les premiers rôles. L'histoire retiendra d'ailleurs que c'est à Aimé-Giral, un soir de septembre 2005, que les Parisiens aborderont pour la première fois de leur histoire la tunique rose, face à des Catalans médusés. ''Au bon moment et au bon endroit pour que ça sonne très fort'', avait déclaré Jérôme Fillol dans les colonnes de Rugbyrama, près de quinze ans après.

Top 14. Stade Français. Réel cador ou équipe moyenne ?Top 14. Stade Français. Réel cador ou équipe moyenne ?Oui mais voilà, l'affrontement entre les deux formations ce week-end n'aura plus la même saveur. Respectivement 12ᵉ et 13ᵉ avec 9 et 8 points, Perpignanais et Parisiens font sûrement partie des équipes les plus irrégulières du championnat. En proie au doute depuis le début du championnat, les Usapistes ont livré une performance des plus prometteuses, pleine d'abnégation et de courage sur la pelouse du Racing, tandis que les Parisiens, bien moroses depuis le début de saison excepté leur match face à Castres, ont séduit contre Clermont, proposant un rugby ambitieux, offensif avec qui plus est une victoire amplement méritée au bout. Alors les deux équipes se sont-elles enfin lancées ? Quoiqu'il en soit le résultat du match de ce samedi sera primordial. Malheur au vaincu. Alors avant cette confrontation, on a décidé de se rappeler du glorieux passé des deux formations et une demi-finale en 2009.

Classement Top 14. Biarritz chute, Toulouse se détache, l'UBB en embuscadeClassement Top 14. Biarritz chute, Toulouse se détache, l'UBB en embuscade

La saison : L'USAP en premier de la classe, le Stade Français craque sur la fin 

Nous y sommes. Été 2008. Le Stade Toulousain vient de soulever un nouveau Bouclier de Brennus et compte bien conserver son titre. Ses principaux rivaux ? Clermont, le Stade Français, l'USAP et dans une moindre mesure, le BO. Les Parisiens réalisent d'ailleurs un début de saison exceptionnel. 7 matchs, 7 victoires et déjà huit points d'avance sur son dauphin toulousain, et 10 sur Perpignan, troisième. Oui, mais voilà, les Parisiens vont finir par accuser le coup et terminer le championnat à la quatrième place après une défaite à la piaule contre Biarritz lors de la dernière journée. Tout l'inverse de l'USAP qui finira premier, à égalité de points avec Toulouse. Ce 30 mai 2009, les deux formations ont donc rendez-vous du côté du Stade Gerland pour une demi-finale qui s'annonce explosive

Sous un soleil radieux et une chaleur de plomb, ce sont les Catalans qui vont frapper les premiers. Nous jouons la 23ème minute de jeu et la rencontre est pour le moment équilibrée (3-3). À la suite d'une touche et une magnifique combinaison en première main, Julien Candelon est placé sur orbite, avant de jouer à la perfection un deux contre un d'école, pour permettre à Jérôme Porical de planter la première banderille de la rencontre. Les Parisiens furieux demandent la vidéo à juste titre, Jérôme Porical ayant mis le pied en ballon mort peu avant d'aplatir. Lorsqu'on connaît le résultat final, la colère stadiste est en effet légitime. Monsieur Garcès ne bronche pas et valide l'essai. À la pause, les Catalans sont devants (13-6). Au retour des vestiaires, Gerland explose quand Maxime Mermoz prend le meilleur sur Mirco Bergamasco dans les airs pour inscrire une nouvelle réalisation. À 20 à 6, on pense que l'USAP a alors pris un avantage considérable. Mais c'était sans compter sur la pugnacité des hommes du regretté Christophe Dominici, qui grâce à Beauxis, d'une pénalité et d'un essai qu'il conclura lui-même, reviendront dans la partie (20-14 50ᵉ).

On pense que la rencontre a définitivement choisi son camp, lorsque Julien Candelon sera à la finition d'un ingénieux petit coup de pied par-dessus de David Marty. Mais là encore, jamais morts, les soldats roses grâce à une réalisation de Sergio Parisse vont nous offrir une fin de match à suspense (25-21 68ᵉ). Malgré toute leur bonne volonté, les coéquipiers de Juan Martin Hernandez ne pourront franchir la ligne usapiste. Au terme d'un match riche en rebondissement, et ô combien serré, Perpignan file en finale et s'offre le scalp de Paris pour la première fois en phase finale. Ils seront sacrés champions de France une semaine plus tard, en battant Clermont au Stade de France (22-13).

Les compositions 

On remarque que certains joueurs comme Sergio Parisse ou Lionel Beauxis évoluent encore en France. Ce dernier nous régale encore avec Béziers en Pro D2 avec quelques gestes de grande classe. 

VIDEO. Pro D2. Beauxis se prend pour Lionel Messi avec une retournée acrobatiqueVIDEO. Pro D2. Beauxis se prend pour Lionel Messi avec une retournée acrobatique

Usap
1
Freshwater
2
Tincu
3
Mas
4
Olibeau
5
Alvarez Kairelis
6
Le Corvec
8
Chouly
7
Perez
9
Durand
10
Hume
11
Candelon
12
Mermoz
13
Marty
14
Sid
15
Porical
16
Guirado
17
Pulu
18
Vilaceca
19
Britz


20
Grandclaude
21
Mélé
22
Burger
22
Bozzi
Stade Français
1
Marconnet
2
Szarzewski
3
Attoub
4
Auradou
5
Papé
6
Mau.Bergamasco
8
Leguizamon
7
Rabadan
9
Albouy
10
Hernandez
11
Gasnier
12
Liebenberg
13
Bastareaud
14
Mir.Bergamasco
15
Beauxis
16
Blin
17
Roncero
18
Marchois
19
Parisse


20
Oelshig
21
Messina
22
Jeanjean
22
Jeanjean

Le résumé du match

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • vevere
    62857 points
  • il y a 1 semaine

Quel match et quelle ambiance dans le stade...on s'était régalé 🤩🤩🤩

Perso, je ne retiendrai qu'une chose : YONEL !!!

Derniers articles

News
News
Vidéos
Vidéos
News
News
News
News
Sponsorisé News
Transferts
Transferts