RUGBY. Top 14. Les Jeunes de Toulouse Brillent : Victoire Impressionnante contre Montpellier
Dans une confrontation décisive, Toulouse a dominé Montpellier grâce à ses jeunes joueurs. Crédit image : Screenshot Canal +
Toulouse se déplaçait sur la pelouse de Montpellier. Le Stade a confirmé son statut de leader du Top 14 en battant Montpellier avec une équipe jeune.

Ce samedi, le leader du Top 14 Toulouse se déplaçait sur la pelouse de Montpellier, 13e du championnat. Les Cistes n'avaient pas d'autre choix que de gagner. Sur les 23 journées disputées à l'orée de ce match, le MHR a été 18 fois relégable. En face, le Stade Toulousain avait envoyé une équipe rajeunie et largement remaniée avant la finale de la Champions Cup face au Leinster. Mais ce sont les visiteurs qui ont frappé les premiers. Si la pénalité de Delpy a fui les perches, il n'a pas manqué la transformation de l'essai de Castro-Ferreira. Le 3e ligne a été le premier sur le cuir après un jeu au pied bien senti de Germain. Une réalisation qui a découlé du renvoi aux 22 mètres ratés des Cistes. Lesquels ont répondu immédiatement avec un nouveau jeu au pied de Coly derrière la défense pour Bridge. 

La jeunesse toulousaine impressionne

Deux essais avant la 10e minute, ce match est parti sur un rythme très élevé sous le soleil héraultais. Malgré leur jeunesse, les Toulousains n'ont pas hésité à aller chercher la pénaltouche à 13e au lieu de prendre les points au pied. Preuve de leur envie d'envoyer du jeu. Et que dire de cette très longue séquence au quart d'heure où les passes après-contact, les libérations de balles rapides et les soutiens ont vu Toulouse dominer le MHR jusqu'à l'essai de Bituniyata (7-14). Ils n'avaient visiblement pas l'intention de lever le pied. La question était de savoir à ce moment-là s'ils pourraient tenir toute la partie à ce rythme (63 % de possession après 20 minutes).

Le premier acte a en tout cas été totalement à l'avantage de Toulouse. Castro-Ferreira aggravant le score avant la demi-heure pour récompenser les velléités des visiteurs et surtout leur hargne sur le pré pour jouer tous les ballons (7-19). Il n'y a qu'une équipe au GGL Stadium. Malgré l'enjeu du match, les Héraultais n'y sont pas. Ils sont complètement pris par la fougue de la jeunesse adverse. Laquelle s'offre le bonus à la demi-heure après un nouveau ballon porté très bien négocié. Une réalisation qui a eu le mérite de réveiller les locaux avec la réponse de Reinach puis la pénalité de Coly (15-26). Mais il restait beaucoup à faire pour inverser le cours du match. 

Le réveil du MHR

Malgré une nette domination toulousaine dans le premier acte, les locaux ont terminé sur une bonne note avec le doublé du demi de mêlée sud-africain. Alors que les hommes de Mola ont enchaîné les fautes, ceux de Collazo ont relevé la tête pour rester dans cette partie avec un 15 à 0. Aux citrons, le champion de France était cependant toujours devant, 26 à 22. Si la victoire n'a pas encore choisi son camp, les supporters présents dans le GGL en ont pour leur argent avec sept essais inscrits lors des quarante premières minutes. Le second acte a démarré sur le même rythme. Montpellier laissant filer une belle occasion dès la reprise en étant pénalisé sur une mêlée dans les 22 mètres toulousains.

Ce qui a permis au Stade de remettre la main sur le cuir et d'enchaîner les temps de jeu. Cette fois-ci la défense héraultaise a tenu bon. Repoussant les assauts de la jeune garde haut-garonnaise. Coly et les siens ont tout intérêt à casser le rythme et à ne pas laisser les visiteurs avoir la possession. Car dès qu'ils sont parvenus à enchaîner les passes, ils ont posé des problèmes aux Cistes. Les différents changements opérés par les deux camps ont vu la rencontre perdre quelque peu en dynamisme avec des séquences moins longues. Mais il y avait toujours autant d'envie sur la pelouse.

Un résultat qui ne fait pas les affaires des Cistes

Ce n'est qu'à la 55e que Toulouse a eu une occasion d'aggraver la marque. Mais la touche n'a pas été bien négociée dans les 22 mètres de Montpellier. Plus les minutes passaient, et plus la tension était palpable. "On occupe le camp adverse, mais on n'est pas trop réaliste. A l'extérieur, il faut faire carton plein", analysait Mola avant l'heure de jeu. Avec seulement quatre points d'avance, tout était encore possible. Le moindre essai pourrait faire la différence en vue de la victoire. Tout comme la moindre faute. Celle de Bituniyata, qui a stoppé N'Gandebe de manière illégale, a permis à Montpellier d'évoluer en supériorité numérique.

Occasion manquée pour le MHR avec une interception de Capuozzo qui a vu son coup de pied aller directement en touche. Puis une pénalité concédée en mêlée qui a vu Germain donner sept longueurs d'avance à Toulouse à un quart d'heure de la sirène. A 14 contre 15, le Stade a cependant parfaitement géré cette période. Non sans avoir eu chaud lorsque N'Gandebe a rapidement joué une pénalité à la 70e. A ce moment-là, la classe biberon du Stade Toulousain était à quelques minutes d'une très belle victoire.

Dans une fin de match irrespirable, Montpellier a cru revenir à hauteur après une folle action terminée par Reinach. Mais en-avant a fait rassoir les supporters du MHR. Les derniers instants de la partie ont été tout à l'avantage des visiteurs face à des rouge et noir dans le dur mais déterminés à s'imposer. Ce qu'ils sont parvenus à faire ! Une victoire qui permet au Stade Toulousain d'être le premier club qualifié pour les phases finales. En revanche, ce revers à 0 point envoie presque Montpellier vers les barrages... au mieux.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Quand on voit le nombre de percussions qui avancent de Merkler, on peut se faire une idée du potentiel physique de ce joueur. Il a remplacé le rôle dédié à Méafou pour le match...
Gourgues est aussi un futur sacré joueur.

Derniers articles

News
News
News
Transferts
News
News
News
Transferts
Transferts
Transferts
News