RUGBY. Lopez à Bayonne : le cerveau d'un collectif qui peut croire aux phases finales de Top 14 ?
En Top 14 cette saison, Camille Lopez donne une toute nouvelle dimension à l’Aviron Bayonnais, une tâche qu’il ne réalise pas seul.
Camille Lopez donne une toute nouvelle dimension à l’Aviron Bayonnais. S'il brille en Top 14, il ne réalise pas cette tâche tout seul.

Le rugby est un sport collectif. Dans nos contrées, il est plus généralement joué à XV contre XV et offre à chaque profil/gabarit une place sous un maillot. Ces quelques mots, qu’on mettra sous le fameux #valeurs, sont bien souvent de solides arguments. Ce qu’on oublie parfois de dire, c’est que certains joueurs peuvent avoir des effets clés de voûtes. Du côté de Bayonne, c’est l’importance que semble prendre Camille Lopez cette saison. Champion de Pro D2 l’an dernier, Bayonne semblait venir avec les mêmes prétentions que tout autre promu : le maintien. Pourtant, le scénario sourit de plus en plus aux Basques.TRANSFERT. Top 14. Après Iturria, quels Tricolores sont dans le viseur de Bayonne ?TRANSFERT. Top 14. Après Iturria, quels Tricolores sont dans le viseur de Bayonne ?

Depuis le début de saison, l’Aviron Bayonnais est invaincu à domicile. Mieux encore, le promu a déjà affronté plusieurs cadors sur sa pelouse. Ainsi, Toulouse, La Rochelle, Bordeaux et le Racing 92 ont quitté Jean-Dauger la tête basse. Dans la plupart de ces rencontres, l’ouvreur Camille Lopez a eu une grande influence. Souvent très juste, l’ancien clermontois alterne parfaitement entre jeu au pied et lancement de jeu à la main. Épaulé par l’indémodable Gaëtan Germain dans le jeu au pied, l’ancien international soulage sans cesse son équipe. Les Basques subissent plus de pression à la Bodega que sur le pré. Libérés, ils peuvent déployer leur jeu sans souffrir. S’il pouvait être inquiété par le forfait de l’ancien arrière de Brive, le match face au LOU, vainqueur du Stade Toulousain la semaine dernière, a montré la ressource que l’écurie avait.RUGBY. Top 14. Que serait Bayonne sans Gaëtan Germain cette saison ?RUGBY. Top 14. Que serait Bayonne sans Gaëtan Germain cette saison ?

Une colonne vertébrale solide

Si Lopez brille autant, c’est aussi grâce à une colonne vertébrale solide. Avec Bosch au talon et Uzair Cassiem qui donne satisfaction, le pack n’est pas inquiété. À l’arrière, des options aux profils différents, mais complémentaires, s'offrent au poste de premier centre. Des joueurs comme Yann David ou Riko Buliruarua permettent d’apporter de la densité. Niveau charnière, l’alternance entre les différents joueurs permet d’impliquer tous les joueurs. Car si Maxime Machenaud semblait être l’allié parfait de Lopez, les titulaires varient. Au côté du numéro 10, les 3 demi de mêlée ont chacun au moins 7 feuilles de matchs à leur actif cette saison. Machenaud, Rouet et Ruru alternent en tant que titulaire cette saison.

Finalement, si c’est bien le champion de France 2017 qui brille à l’écran, on se rend vite compte que le club tout juste remonté de deuxième division est bien loin du club porté par un seul homme providentiel. À Bayonne, le développement du groupe est solide et les belles arrivées de l’année prochaine annoncent un avenir qui paraît radieux. Par ailleurs, les propos de Camille Lopez après la victoire face à Lyon s’inscrivent dans ce sens. Questionné par Rugbyrama sur ses responsabilités face aux perches, il commente la fin de saison de l’habituel buteur. Ici, pas d’uniques solutions dans ce secteur, il dresse une liste de réponses : “On regrette Gaëtan, qui nous faisait un début de saison incroyable. Il bute très, très bien. Je n’ai pas la prétention de faire aussi bien que lui. Aujourd’hui, je n’avais pas des pénalités très, très compliquées, même s’il faut les mettre. C’est passé. J’ai pris le relais, mais Maxime Machenaud, Thomas Dolhagaray ou Jason Robertson auraient pu le faire aussi. Nous sommes là pour ça.RUGBY. TOP 14. À Bayonne, l'expérimenté Camille Lopez prend son piedRUGBY. TOP 14. À Bayonne, l'expérimenté Camille Lopez prend son pied

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Pianto
    54251 points
  • il y a 1 an

non, pas rêver de phases finales.
Je m'excuse, je me répète mais malgré les bons passages, les séries positives, à pau, à Bayonne, on sait que si on est dans les six c'est que beaucoup d'équipes se sont loupées. Autant une ou deux c'est possible mais 4 ou 5 c'est très improbable.

Derniers articles

News
News
Transferts
News
Sponsorisé News
News
News
News
News
News
News