RUGBY. Le Top 14 sur le point d’introduire les ’’marquee player’’ et de transformer le Salary Cap ?
Le système de Marquee Player serait-il favorable ou défavorable au Top 14 ?
Selon Midi Olympique, les différents présidents de Top 14 vont se regrouper à la fin du mois pour évoquer la réglementation du Salary Cap.

Face à l’évolution permanente du championnat et à certains rebondissements dans le marché des transferts, comme l’arrivée de Cheslin Kolbe au RCT, de nouvelles réglementations pourraient voir le jour. C’est tout du moins ce dont nous informe le dernier numéro du Midi Olympique qui évoque une possible nouveauté : les marquee player. Dans le passé, l’idée avait déjà été proposée avant d’être abandonnée. Aujourd’hui elle refait son apparition dans les débats du rugby hexagonal. Mais en quoi consiste-t-elle ? Il s’agit de la non-prise en considération du salaire d’un joueur dans le Salary Cap. Les termes de ce dernier devraient d’ailleurs être également globalement discutés lors d’une réunion le 25 octobre prochain. Elle accueillera les différents présidents des clubs de Top 14.Pourquoi les clubs français ont-ils refusé le principe de Marquee Player ?Pourquoi les clubs français ont-ils refusé le principe de Marquee Player ?

Bien évidemment, l’idée du marquee player est de créer un “joueur star” qui ne serait sous le joug de (presque) aucune contrainte financière. Ainsi les rugbymen les plus “bankable” deviendraient des perles rares pour chaque club qui aurait la possibilité de subvenir à ces besoins. Une idée qui pourrait permettre d’attirer de nouveau certains des meilleurs joueurs du monde désormais parti vers le Japon ou encore l’Angleterre.

Et dans le monde du rugby, cette problématique créerait quelques clivages. Si certains comme Paul Goze, Jacky Lorenzetti, Mohed Altrad ou encore Didier Lacroix seraient pour selon Midi Olympique, d’autres ne le voient pas d’un bon œil. C’est le cas de Laurent Marti qui s’exprimait en 2018 via RMC Sport, il se définissait comme l’un de ceux “qui se sont levés contre cette mesure et qui ont été très actifs pour qu’elle ne passe pas.” Il disait :

Pour moi, les stars, ça n’existe pas au rugby. Et tant mieux. La star, c’est celui qui joue bien au rugby, qui est efficace, qui fait du spectacle, une équipe qui fait lever les foules. Citez-moi une seule star qui remplit les stades de rugby en France ? Même Dan Carter n’a pas rempli les tribunes en France. Il faut arrêter de nous faire croire n’importe quoi pour soigner les maux de certains présidents.”

Laurent Marti, président de l'Union Bordeaux Bègles

L’ancien président de Clermont, Éric de Cromières, s’était, lui aussi, exprimé à ce sujet quelques semaines avant sa tragique disparition. Il disait dans une interview accordée à La Montagne :

C’est un moyen pour faire avaler la baisse du salary cap à certains présidents. C’est un sucre d’orge, mais surtout une hérésie totale. Demandez à un coach de gérer une équipe où tous les mecs ont subi la diminution du salary cap, avec un autre à côté, qui aurait été recruté à un salaire trois, quatre, même cinq fois dans certains cas, plus élevé. Et quand on voit déjà les tricheries qui existent, si on rajoute un marquee player à 2 ou 3 millions d’euros, je ne vous raconte pas les dérives. Vouloir baisser le salary cap et instaurer cette mesure, c’est complètement antinomique. J’y suis totalement opposé.”

Du côté de ceux qui se déclarent en faveur de cette évolution, la parole se fait plus rare. D’après Midi Olympique, un “agent connu” aurait néanmoins tenu ces propos : “Je plaide, avec quelques autres acteurs du système, pour un double « marquee player » : un international français et une star étrangère. Ces deux joueurs hors masse salariale protégeront l’équipe de France et ramèneront une star supplémentaire dans chaque équipe.”

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Juste oui au"salary cap" et non au reste.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
Transferts
News
News