Rugby à 7 - Les 5 pépites que nous a permis de découvrir la 1ère étape du Supersevens 2021
Rayne Barka et Antoine Gibert avant d'entrer sur la pelouse. Crédit screenshot : @In Extenso Supersevens

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

La première étape de l'In Extenso Supersevens, qui s'est déroulée ce samedi à Aix, a révélé certains gros talents inconnus en Top 14. Pour l'instant...

C'est donc ce samedi que le Supersevens a - enfin - fait son retour sur les pelouses françaises. Cette année vous le savez, nouvelle formule et de fait, 3 étapes pour désigner les participants à la grande finale qui se déroulera à la Paris La Défense Arena, en novembre, sous forme d'un ultime tournoi. Et en ce 14 août, sous les 38 degrés à l'ombre des bords de la Méditerranée, c'est à Aix-en-Provence qu'étaient réunis les joueurs les plus athlétiques et prometteurs des clubs de Top 14 (presque exclusivement des Espoirs), ainsi que des invités que sont Monaco et les Barbarians. Une étape très agréable à regarder, où si les spécialistes sur 7 étaient d'évidence peu nombreux, certains se sont réellement mis en valeur sur le synthétique du stade Maurice-David. Les voici ! Jusqu'à taper dans l'oeil des coachs de Top 14 ? 

Rayne Barka (Section Paloise)

Les vrais suiveurs du rugby hexagonal connaissaient déjà ce garçon avant ce week-end. Mais en ce samedi brûlant dans les Bouches-du-Rhône, ce talonneur (à XV) déjà apparu chez les pros à Pau a tout bonnement impressionné tout son monde. Contre Toulon, c'est son essai lors d'un rush en bord de touche où il dépose le centre Théo Dachary qui fait le break pour donner la victoire à son équipe (22 à 21). Ultra-explosif, très rapide et doté d'un gabarit aussi solide qu'athlétique (1m81 pour 102kg), le garçon aux qualités de vitesse comparables à celle de son homologue néo-zélandais Asafo Aumua a fait parler la poudre tout au long de la journée. Avant de monter le curseur encore plus haut en finale, où les "stars" du Racing n'ont pu que constater l'étendu de son potentiel. Auteur d'un doublé absolument sensationnel (3 défenseurs battus et 60 mètres de course sur le premier, Donovan Taofifenua littéralement "posé" puis déposé sur le second, s'il-vous-plaît !), le champion du monde U20 en 2019 a porté les siens en finale pour s'imposer finalement d'un cheveu (26 à 24) et remporter l'étape. Très peu utilisé en pro (3 apparitions la saison dernière) mais déjà convoqué pour un stage de préparation avec France VII cette année, il se dit même que Barka aurait parlé d'une reconversion au poste de troisième ligne à XV, voire de carrément se consacrer pleinement au VII... À surveiller de près ! 

Jules Danglot (Toulon)

Sincèrement, qui connaissait vraiment ce petit demi de mêlée (1m70 pour 74kg) lors de sa signature à Toulon il y a quelques semaines ? Pour les plus sceptiques de voir un joueur de 19 ans sans vraie expérience professionnelle (7 matchs) débarquer sur la Rade, l'ancien montpelliérain a à coup sûr rassuré tous ceux présents en tribunes à Maurice-David ce samedi. Très vif, hargneux en défense, inspiré et doté d'un belle pointe de vitesse, celui que l'on louait déjà pour ses qualités d'éjecteur à XV a montré toute l'étendue de sa panoplie lors de cette première étape du Supersevens. Son essai de 75 mètres face à Pau en demie est encore certainement dans toutes les têtes moins de 24 heures après. Inconnu, Danglot s'est présenté. Et a montré que derrière Serin, Blanc et Takulua, il aurait probablement sa chance avec les pros cette saison. 

Paul Leraitre (Racing 92)

À l'inverse des autres précédemment cités, ce garçon n'a pas fait beaucoup de bruit lors de cette étape aixoise. Et pourtant, quelle efficacité ! Au milieu des "stars" Vakatawa, Volavola, Joseph ou Gimbert, qui était celui qui annihilait toutes les offensives adverses en "coupant" intelligemment ? Celui qui plaquait, se relevait, grattait, se proposait sans jamais rechigner ni faiblir ? Paul Leraitre, bien sûr ! Si ses qualités ballon en main sont loins d'être ridicules, ce grand blond a donc surtout impressionné par ses aptitudes défensives extrêmement intéressantes. À XV, nul doute que sa taille (environ 1m85) saurait aussi faire des dégâts - dans les airs notamment - même chez les grands... Reste à savoir si le Racing lui donnera bientôt sa chance en pro, lui dont le contrat se terminera à la fin de l'exercice 2021/2022 ? Qu'il le sache en tous cas ; Laurent Travers et Dimitri Szarzewski, présents en tribunes, ont visiblement largement apprécié ses performances du jour...

Joe Jonas (Biarritz Olympique)

Nouvel invité au Supersevens cette année du fait de sa montée, le BO n'a pas démérité, loin s'en faut. Emmené par quelques garçons d'expérience comme Artru, Lucu ou le jeune mais habitué de la ProD2 Mathieu Hirigoyen, les Rouges et Blancs ont tout de même réussi à terminer 6ème de ce premier tournoi de l'année et furent donc tête de série pour le tirage en vue de l'étape du week-end prochain, à Toulouse. Au milieu de ce groupe, un garçon s'est particulièrement fait remarquer : Joe Jonas. Le Sud-Africain de 20 ans a en effet montré de grosses qualités d'appuis, des cannes remarquables et un physique trapu (1m80 pour 92kg) lui permettant aisément de casser les premiers plaquages. Vu ce qu'il a montré ce samedi et s'il était rassurant dans le second rideau, on jurerait même qu'il pourrait avoir sa chance en première avec le BO, si jamais Stark, Speight ou Barry venaient à manquer à l'appel. D'autant que l'ancien de Durban dispose aussi d'un jeu au pied, à première vue, assez chrirurgical...

Alexis Levron (Section Paloise)

Bien sûr, il y en a eu d'autres des Espoirs qui ont montré des qualités rugbystiques évidentes ce samedi, comme Kalani Robert (RCT), Dylan Jaminet (USAP) ou Clément Dehez (Paris). Mais s'il y en a bien un dont les "steps" ont donné le tournis à tous ses adversaires, c'est le jeune palois Alexis Levron (20 ans) et son numéro 4 vissé dans le dos. Pas étonnant qu'il ait donc été l'un des meilleurs marqueurs du tournoi, encore moins lorsque l'on sait que celui qui joue demi de mêlée à XV a déjà connu l’équipe de France 7 Développement lors du tournoi de Dubaï en décembre 2019. L'ancien vannetais (5 feuilles de match en ProD2) aura-t-il sa chance au plus haut-niveau dans son nouveau club en tant que numéro 3 à la mêlée ? Ses performances à Aix ont en tous cas largement parlé pour lui...

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Le Rcv n y a pas cru dommage !
Alexis Levron vient de marquer les esprits, tant mieux pour Pau.

Barka doit partir avec france 7 et vite, il perd son temps a la section, il risque encore de faire une saison sans temps de jeu

Derniers articles

News
Transferts
News
Transferts
News
Réseaux Sociaux
News
News
Vidéos
Vidéos
News