RUGBY. 6 Nations. Ce que nous ont appris les deux premières journées du Tournoi
Ce début de Tournoi est riche en enseignement pour la suite de la compétition.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Les réflexions d'avant Tournoi se sont confrontées aux premières rencontres de cette édition 2022. Point sur les deux premières journées de ce 6 Nations 2022.

Deux journées disputées et déjà des enseignements à en retirer. Des réflexions que nous nous faisions avant le début de la compétition, se sont révélées être exacts. Que ce soit pour l'équipe de France ou les autres nations, il est intéressant d'analyser les forces en présence à l'aube de la troisième journée.

La France favorite

C'était presque une évidence. L'Équipe de France est la favorite du Tournoi et la seule équipe pouvant encore réaliser le Grand Chelem cette année. Après ces deux victoires convaincantes face à l'Italie et surtout l'Irlande, les espoirs placés vers les hommes de Fabien Galthié sont légitimes. Certes en déplacement périlleux à Édimbourg et Cardiff, la tâche s'annonce rude, mais la victoire avec panache face à l'autre favoris irlandais au Stade de France laisse supposer que les Bleus sont sur le papier meilleurs.

Les Écossais toujours inconstants, les Gallois poussifs

C'était une réflexion réalisée lors des tests de novembre dernier. L'Écosse est capable sur un grand jour de battre une grande équipe, mais manque de régularité. Vainqueur de l'Angleterre, le XV du Chardon n'a été que l'ombre de lui-même face à une faible équipe du Pays de Galles. Des Diables rouges qui connaissent de réelles difficultés en les absences des Alun-Wyn Jones, Taulupe Faletau, Josh Navidi etc, et avec une ligne de trois quarts peu imaginative. 

RUGBY. 6 Nations. Finn Russell plombe-t-il son équipe d'Ecosse ?RUGBY. 6 Nations. Finn Russell plombe-t-il son équipe d'Ecosse ?

Là où l'Écosse a réduit la voilure dans son jeu alors qu'elle semblait ces derniers mois se restreindre, les hommes de Wayne Pivac s'entêtent avec une attaque peu risquée et minimaliste devant la ligne d'avantage portée par son néo-capitaine Dan Biggar. Un comble quand on sait que l'un des meilleurs ouvreurs du championnat d'Angleterre, Callum Sheedy (Bristol), possède un talent pur capable de faire basculer une rencontre à lui tout seul et n'est que son remplaçant. 

L'Angleterre prometteuse, l'Irlande indépendante

Qu'on se le dise, la défaite en Écosse du XV de la Rose était un accident largement évitable. Un mauvais coaching et des errements en défense ont permis à des Écossais opportunistes de l'emporter. La mutation du jeu anglais impulsé par l'avènement de son jeune ouvreur prodige Marcus Smith, pourrait faire de l'Angleterre à nouveau une machine à broyer ses adversaires. Solides et gaillards devant, rapides et vifs derrière, tous les éléments pour en faire une grande équipe sont là.

L'Irlande, elle, a montré des signes encourageants quant à l'absence de son ouvreur légendaire Jonathan Sexton. Trop souvent dépendante de sa forme, l'Irlande a montré grâce à la performance de Joey Carbery face aux Bleus à Paris, qu'elle pouvait désormais voir la vie sans Sexton avec sérénité. De plus, elle a progressé dans sa capacité à se déplacer à l'extérieur dans une atmosphère hostile. Mentalement, cette équipe a progressé. Reste à déterminer si une fois de plus, elle n'a pas atteint son pic de forme trop tôt avant la Coupe du Monde.

RUGBY. Tournoi des 6 Nations. France/Irlande, un choc au sommet qui a tenu toutes ses promessesRUGBY. Tournoi des 6 Nations. France/Irlande, un choc au sommet qui a tenu toutes ses promesses

Je t'aime à l'italienne, mais…

On fait semblant d'y croire chaque année, en faisant mine d'observer que certains points se sont améliorés. Mais la réalité est terrible : l'Italie est loin derrière. Une profondeur d'effectif inexistante, des joueurs pas tous au niveau et peu confiants. Alors qu'on aimerait tous voir une équipe d'Italie capable d'accrocher ses concurrents, pour rendre ce Tournoi encore plus palpitant et indécis. Paolo Garbisi, l'espoir de l'Italie, n'a été que l'ombre de lui-même lors des deux premières journées. Ses erreurs ont coûté cher à son équipe. Plus habituée à remporter des rencontres, il parait dérisoire et utopique de voir l'Italie gagner un match cette année. Et pourtant, on les aime bien ces Italiens.

Le jeu : physique et peu étincelant

Mis à part le XV de France, il y eut très peu de panache en ce début de Tournoi. Le combat est toujours aussi déterminant dans ces rencontres de l'hémisphère nord. Et c'est là aussi que la France arrive à sortir son épingle du jeu. En rivalisant avec ses adversaires, les Bleus laissent parler leurs talents et imagination, là où les Britanniques gardent une approche beaucoup plus méthodique et froide. Un Tournoi finalement assez ordinaire, dont la suite se fait attendre avec impatience.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Contre une équipe d'Italie dominée devant avec des 3ème lignes obligés d'aller au charbon le petit prodige anglais s'est régalé. Par contre, contre l'Ecosse on l'a beaucoup moins vu bizarrement... Les journalistes s'emballent vite comme d'habitude mais j'ai surtout l'impression qu'il est en train de se construire un énorme boulard ce jeune homme. À voir contre l'Irlande par exemple.

@Gonze à l`eau t`es fada !

Oh oui qu'il est arrogant ! Et il se permet de râler sur ses coéquipiers...
J'espère qu'il va se faire recevoir comme il se doit par les Irlandais, et par nos bleus !

Que les Italiens ont contacté des fournisseurs de bois et cherche un bon ébéniste...

"Panache"? Carrément? Eventuellement du "panaché" avec un "é", car pour le rugby Champagne, je suis resté sur ma... soif...

  • Dodow
    11357 points
  • il y a 2 mois

Globalement dans le 6 nations où le niveau est assez homogène, le meilleur moyen c'est d'abord que toutes les autres équipes se neutralisent plus ou moins entre elles. À ce jeu là l'Italie ne nous aide pas beaucoup mais si elle réussissait à priver une équipe concurrente à la première place du bonus offensif ce serait déjà rigolo.

C'est vraiment dommage pour l'Italie, cette nouvelle génération arrive un peu tard. S'ils avaient un peu plus de confiance, en gagnant quelques matches depuis 2015 par exemple, ils pourraient faire vraiment trembler des équipes chez elle. A la place de l'Ecosse ou le PDG je ne ferais pas trop le fanfaron avant d'aller à Rome (pour le coup le PDG reçoit l'Italie cette année) car ils pourraient vraiment y trébucher

@Nicolas Sans Chaise

Je n'y crois pas une seul seconde. Même avec une équipe amoindri du PDG ils restent au-dessus, et l'Ecosse n'en parlons pas.

On verra bien sur le terrain si on a appris quelque chose.

"Là où l'Écosse a réduit la voilure dans son jeu alors qu'elle semblait ces derniers mois se restreindre,"... c'est moi ou cette phrase n'est pas claire ?

@Flanquart St Lazare

c'est pas bon l'alcool le matin, surtout avant d'écrire un article!
et la suite de cette meme phrase n'est pas d'une clarté lumineuse non plus

@Flanquart St Lazare

Ils réduisent la voilure d'un jeu déjà restreint, ils craignent du gros temps. Attendez-nous on arise !

@Flanquart St Lazare

Non mais l'auteur laisse parler son talent et son imagination, la ou tu gardes une approche beaucoup plus méthodique et froide. En somme, tu manques de panache.

Ou pour citer le roi Loth "ca ne veut absolument rien dire, mais je trouve que c'est assez dans le ton".

Que la France est en tête du classement après deux victoires

@Yellowblack

et pourrait ne plus y etre a la fin du weekend?

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News