Quelle serait la poule de la mort pour le XV de France en 2023 ?
Romain Ntamack et les Bleus sont impatients de connaître leurs adversaires à la Coupe du monde 2023 en France.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
Le tirage au sort des poules de la Coupe du monde 2023 en France aura lieu lundi 14 décembre. Quels pourraient être les pires adversaires pour les Bleus ?

La Coupe du monde en France, c'est en 2023. Mais ce lundi, les supporters du monde entier vont déjà pouvoir se projeter à l'occasion du tirage au sort des poules. Ce lundi 14 décembre au Palais Brongniart, on aura déjà un premier aperçu du Mondial français. Vous pourrez d'ailleurs suivre en direct le tirage au sort depuis la page Facebook officielle de France 2023.

Le processus de qualification bat toujours son plein pour connaître les huit derniers qualifiés. Mais douze nations ont déjà leur ticket pour France 2023 grâce à leur classement en 2019. Il s'agit des trois meilleurs de chaque poule à l'issue de la Coupe du monde au Japon à savoir : l'Afrique du Sud (championne du monde), l'Angleterre (finaliste), la Nouvelle-Zélande (3e), le Pays de Galles, l'Irlande, la France, l'Australie, le Japon, l'Écosse, l'Argentine, les Fidji et l'Italie. Des nations qui ont été réparties dans les trois premiers chapeaux selon leur classement mondial au 1er janvier 2020 en raison de la crise sanitaire qui n'a pas permis de jouer tous les matchs internationaux.Crédit image : rugbyworldcup.com

La France, 4e nation mondiale après ses très belles performances de l'automne, est donc dans le chapeau 2 avec l'Irlande, l'Australie et le Japon. La conséquence de sa 7e place à l'issue de la Coupe du monde 2019. N'étant pas têtes de série, les Bleus seront forcément dans une poule relevée avec le risque de devoir affronter les champions du monde sud-africains, les All Blacks, l'Angleterre ou bien le Pays de Galles.

Dans l'histoire des Coupes du Monde, les Bleus ont généralement été épargnés par le tirage. En 2007, ils avaient émergé d'un groupe avec l'Argentine et l'Irlande. Quatre ans plus tard, seuls les All Blacks faisaient figure de cadors mais les Français avaient été surpris par les Tonga... On serait tentés de dire qu'il n'y jamais de matchs faciles au Mondial. Sans parler du fait qu'ils ne pourront pas compter sur mère nature pour pousser l'organisation à annuler une rencontre comme cela avait été le cas l'an passé avec le Crunch.

En 2019, les hommes de Jacques Brunel n'avaient pas été gâtés avec les Anglais, les Argentins, les Tongiens et les Américains. Des adversaires qu'ils pourraient très bien retrouver dans trois ans compte tenu de la composition des chapeaux. En attendant lundi, on a essayé de se projeter sur ce qui pourrait être le pire tirage au sort pour les hommes de Fabien Galthié. Bien évidemment, la forme des équipes en 2023 ne sera pas celle d'aujourd'hui, surtout après une préparation de plusieurs semaines. On peut donc compter sur le Pays de Galles pour remonter la pente après une année 2020 très compliquée. 

Quelle serait la poule de la mort pour le XV de France

Sélectionnez les équipes des chapeaux 1, 3, 4, 5 qui composent votre poule de la mort face au XV de France !

Vous avez voté, à nous de nous prononcer. Voici le tirage que nous redoutons le plus au Rugbynistère et pourquoi.

Nouvelle-Zélande

Au sein du chapeau 1, l'équipe à éviter, c'est la Nouvelle-Zélande. Pourquoi pas l'Afrique du Sud championne du monde ou les Anglais qui ont remporté le Tournoi cette année et la Coupe d'automne des nations ? On voit plus ces deux sélections monter en puissance durant la compétition comme cela avait été le cas en 2019. Les All Blacks, de par leur histoire et leur statut, doivent gérer une grosse pression d'entrée. Ce n'est pas très bon de les affronter lors des matchs de poules où aucun faux pas n'est toléré. De plus, leur vivier de talents fait qu'ils peuvent faire tourner tout en restant compétitifs. Des éléments comme Will Jordan, déjà excellent, ou encore Richie Mo'unga seront des cadres en 2023. Ce dernier n'a que 26 ans et a relégué Barrett à l'arrière. En 2023, ce sera Richie le patron de l'attaque néo-zélandaise. Et comment ne pas mentionner Caleb Clarke, seulement 21 ans, véritable révélation cette année avec ses courses puissantes à la Jonah Lomu. Cependant, s'il sera judicieux d'éviter les Blacks lors des matchs de poules, on ne peut s'empêcher d'imaginer un scénario magique qui verrait les Bleus prendrent leur revanche de 2011, en retrouvant la Nouvelle-Zélande en finale au Stade de France.

Fidji

Il aurait certainement été plus facile de mettre l'Argentine dans cette poule de la mort. L'an passé, c'est grâce à un drop de Camille Lopez que la France s'est sortie du piège tendu par les Pumas. Personne n'a non plus oublié le revers de 2007 face à ce même adversaire à Saint-Denis (12-17) en ouverture du Mondial tricolore. Alors oui, la pression sera sur les épaules des hommes de Galthié et Ibanez devant leur public. Mais l'Argentine n'est pas l'adversaire qui a récemment créé la surprise face aux Bleus. Cet adversaire, ce sont les Fidji, et il monte en puissance. Leur ligne de 3/4 est l'une des plus belles du monde, ils sont de plus en plus solides en conquête et leur structure de jeu s'améliore. Au Japon, les coéquipiers de Tuisova et Radradra avaient vendu chèrement leur peau face aux Wallabies et aux Gallois. Leurs meilleurs éléments évoluent en Europe et s'ils peuvent affronter régulièrement les nations du tiers 1 d'ici à 2023, ils seront un adversaire redoutable. On ne parle plus aujourd'hui des Fidji de 2003 contre lesquels les Français avaient inscrit 61 points à Brisbane. 

Océanie 1 

Sans connaître encore qui pourraient être les derniers qualifiés, le pire tirage pour les Bleus les verrait certainement affronter la nation classée première en Océanie. Et ce pourrait bien être les Tonga. Un adversaire contre lequel les Tricolores ont eu beaucoup de mal l'an passé au Japon avec une victoire étriquée 23 à 21. Vakatawa et Raka avaient marqué un essai tandis que Romain Ntamack avait été précieux au pied. On n'a également pas oublié le revers 14 à 19 face aux Îliens à la Coupe du monde 2011 en Nouvelle-Zélande. Eux non plus. Durs sur l'homme, ils donnent tout ce qu'ils ont face aux Bleus. Ce n'est pas toujours beau à voir, mais ces derniers ont du mal à les manoeuvrer. Et pour cause, ces deux nations croisent très peu le fer sur la scène internationale avec seulement six matchs depuis 1995. On ne sait donc pas grand-chose sur leurs joueurs. Ce qu'on sait en revanche, c'est qu'il ne faut pas les prendre à la légère sous peine de connaître une énorme désillusion dans cette Coupe du Monde organisée en France.

Amériques 2 

Dans cette poule au fort accent du Pacifique, nous avons choisi d'ajouter une touche sauce barbecue. Le Canada et les USA ont souvent croisé la route du coq tricolore pendant les Coupes du Monde, sans jamais créer la surprise. Le tarif est généralement d'une quarantaine de points dans la besace des Nord-Américains. Mais il serait de bon ton de se méfier d'eux d'ici à 2023. Et particulièrement des Américains qui ont commencé à structurer un championnat professionnel avec de nombreuses équipes basées dans les grandes villes. De quoi donner envie à de nombreux jeunes joueurs de se mettre au rugby. Le vivier aux États-Unis est immense et les talents ne manquent pas. Ni les moyens. Les USA n'ont mis que quelques années à devenir l'une des meilleures nations du circuit mondial à 7 avec des joueurs comme Carlin Isles ou Perry Baker. De véritables athlètes qui ont rapidement pris le pli du rugby pour en devenir les stars. On connait le tempérament compétitif des Américains. Et être performant à la Coupe du monde 2023 serait une formidable publicité pour le rugby au pays en vue de l'organisation de cette compétition à l'horizon 2027 ou 2031.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Au final le plus important ce n'est pas notre poule, dans tous les cas on a les moyens d'en sortir. Pour les demies dans tous les cas ce sera normalement du lourd et notre équipe sera déjà lancée dans sa compétition.

Ce qui est important c'est le contenu de la poule qui croise avec nous pour définir les quarts de finale. C'est le quart qui est le plus "sensible" sur le tirage parce que c'est là qu'il y a le plus de déséquilibre potentiel dans les affiches mais surtout c'est un tournant de la compétition, tu passes d'une phase de poule avec rodage de l'équipe au match couperet qui décide si tu as réussi ta compétition ou non (si tu sors en quart c'est un échec, si tu passes dans tous les cas le dernier carré est un résultat acceptable), qui décide si tu bois la bière d'après match en te projetant sur des rêves de victoire finale ou en pleurant avant de rentrer chez toi.
Si la poule en face c'est Galles et Irlande les têtes de série, finir premiers ou deuxièmes ne change pas radicalement les choses pour nous donc avoir une grosse tête de série dans ta poule est moins gênant (tu peux même t'en servir pour te préparer). Si la poule en face c'est Afrique du Sud ou Nouvelle-Zélande qui sort en tête, alors soudainement finir premier devient beaucoup plus important et le match contre la tête de série 1 de la poule devient un véritable huitième de finale.

De toute façon , à l'heure actuelle, le principal adversaire du XV de France , -c'est bien connu par expérience -c'est lui-même... C'est pour dire si le mental comptera. Respecter la valeur de l'adversaire - à chaque fois proposé.: Cela signifie qu'il ne faudra ni se prendre la tëte sur un adversaire par tradition supérieur à soi, ni mépriser un adversaire par tradition inférieur. Ne pas s'ébahir sur le jeu adverse , tomber dans ses travers; mais faire son propre jeu , celui que nos stratèges du staff auront mis au point pour gagner le match et là on peut leur faire totalement confiance ! ALLEZ LES PETITS !!!

De toute façon , pour être Champion du Monde, il faudra battre tout le monde ! Et nous en aurons les moyens !

  • Kad Deb
    31315 points
  • il y a 1 mois

[Les] Blacks en poule

  • Kad Deb
    31315 points
  • il y a 1 mois

La poule de la mort est forcément dangereuse pour des coqs.
Blague à part, beaucoup focalisent sur les chapeaux 1 et 2, mais le danger vient surtout du chapeau 3 : Écosse, Argentine et Fidji. Ce sont ces équipes qui font courir un danger d'élimination à celles des chapeaux 1 et 2.
Tomber avec la Blacks en poule n'a rien de catastrophique : la France a été finaliste de cette manière (contre les Blacks, en plus) en 2011 et les Sud-Afs champions en 2019. C'est même un bon moyen d'éviter de les rencontrer avant la finale. Rencontre dont on se remet souvent difficilement...

Pour moi la pire équipe pour le chapeau 1 serait les Sud Afs. La première raison c'est leur puissance !!! Ils risqueraient de nous casser quelques titulaires très rapidement. Deuxièmement nous avons quelques Sud Af dans notre sélection... Loin de moi l'idée d'imaginer qu'ils ne donneraient pas tout, mais je crois qu'il est très compliqué de jouer CONTRE son pays. Finalement jouer les NZ est une aubaine contrairement à ce qu'on pense. Ca permet de rentrer de plein pied dans sa compétition et de très rapidement analyser les points à corriger.

Je pense que le mieux c’est d’avoir les blacks dans notre poule. Comme ça on les évites pour les phases finales, on ne peut les jouer que en finale. Je trouve que ça peut être à risque payant

C'est là qu'on se rend compte de la consanguinité du rugby quand même. Faudrait vraiment pas avoir de bol au tirage parce qu'il n'y a même pas 10 équipes qui auraient la moindre petite chance de nous battre et on connaitra les 1/4 de finale à l'annonce des poules ou presque. Depuis 1987 y a eu quoi comme demi-surprise? Samoa en 1991, Fidji 1987 et 2007, Japon en 2015 et c'est à peu près tout non?

@Silkerin

Plus que la consanguinité ou la faiblesse du réservoir mondial (même s'il est réel), le souci c'est l'écart de niveau entre l'élite et le reste et l'intransigeance du rugby avec les écarts de niveau.

Au foot une équipe "faible" peut taper une équipe "forte" le jour où les étoiles sont alignées ou avec certains choix tactiques et un poil de chance (genre la Grèce à l'Euro 2004). Au tirage tu peux deviner qui va se qualifier, mais tu auras toujours un doute parce que tu peux être un outsider en étant une division en-dessous des favoris.
Au rugby tu peux aligner les étoiles comme tu veux le faible ne tape pas le fort, l'Italie peut bétonner défensivement et jouer les contres si elle veut mais elle ne tapera pas les Blacks pour autant. Personne ne va douter que les Italiens sortiront de la compétition avant les Blacks. Le rugby est un sport qui n'autorise quasiment pas les surprises, même en rajoutant 50 équipes une équipe du tier 3 ne sortira jamais d'une poule avec Nouvelle-Zélande et Afrique du Sud. Pour être outsider, il faut déjà être dans la même division que les favoris.

  • SaintJu
    2811 points
  • il y a 1 mois
@Silkerin

Tu as pleinement raison ! Consanguinité et savante orchestration afin que les puissants restent puissants et les faibles faibles. Calcul stupide car en restant confidentiel, on finit toujours par disparaître.

@Silkerin

Tu as raison mais tort en mm temps de parler de consanguinité ! Ou alors, le monde entier du sport fait de l'entre soit...Mis à part football qui peut se targuer d'universalité (et encore... à bien y regarder, Asie soit 2/3 de la population mondiale et Océanie n'ont jamais trop existé à l'International !!!), quel autre sport collectif proposerait tellement plus de diversité géographique pour les accédants aux podiums ???? Le hand ? Quasi-exclu européen du Nord. Le Basket ? La seule question est qui rencontrera US en finale ? Le Hockey ? Peut-être que le réchauffement climatique contribuera à en voir émerger de nouveaux ? Le Volley ? Continent Africain et Asiatique inexistant. Le cricket (parmi les plus pratiqués au monde !) ? L'empire Britannique avait ses limites...Le Base-Ball ? Le quoi ??? Je ne parle pas du football qui est US...
Bien sûr que le sport qui nous passionne ne fait pas dans l'universel mais bon, peut se targuer malgré tout de proposer des concurrents sérieux sur tous les continents (Am du Nord y viendra en transitant par 7)...A bien y regarder plutôt plus que les autres...

@Silkerin

Oui enfin tu peux dire ça pour n'importe quel sport.... Je peux te donner les sortants de poule du prochain euro de foot à 90%.

Pour moi :
Nouvelle Zélande (en poule il ne nous réussissent pas)
Argentine (montent en puissance)
Tonga (Océanie 1)
Samoa (vainqueur du tournoi de qualification final)

  • kth44g
    7441 points
  • il y a 1 mois
@Gonze à l`eau t`es fada !

Tonga et Samoa seront très certainement tous les 2 dans le chapeau 4. L'un en tant que Océanie 1, l'autre en tant que gagnant de Asie/Pacifique.

@kth44g

En effet ! Alors USA pour le chapeau 5.

  • kth44g
    7441 points
  • il y a 1 mois
@Gonze à l`eau t`es fada !

Pour le coup, je pense que les USA seront aussi dans le chapeau 4 en tant que Amériques 1, le niveau du Canada allant plus à la baisse qu'autre chose j'ai l'impression. 😉
Pour moi dans le chapeau 5 ce sera:
Afrique 1: Namibie ou Kenya
Europe 2: celui qui finira derrière la Géorgie dans le "T6N B": Roumanie ou Espagne s'ils ne font pas n'importe quoi ce coup là 😉
Ameriques 2: Canada ou Uruguay
Tournoi repechage: 1 des 3 perdants des confrontations ci dessus
Je ne sais pas s'il y a un choix plus "poule de la mort" dans le lot...

@kth44g

Oui c'est vrai que si l'on craint une de ces nations on est plutôt mal barré...

  • Kees
    12427 points
  • il y a 1 mois
@Gonze à l`eau t`es fada !

Faut pas oublie que le chapeau 3 avec Asie, y a une possibilité d'avoir le Japon.
Et je préfère prendre les Samoas que les Japonnais 😁😁

@Kees

le japon est dans le chapeau 2, celui de la France... donc c'est sûr on tombera pas sur eux 😜

  • Kees
    12427 points
  • il y a 1 mois
@ReneeRangee

Ah mince.. J'ai des soucis de mémoire en ce moment et de lecture.
Je vais attaquer ma fédération, mes 23 ans de rugby m'ont sûrement dégradé le cerveau.

Je me permets de donner mon avis sur "l'année Galthié"...
Bien des points positifs:
- avoir retrouvé la victoire et l'esprit de la gagne en utilisant une stratégie définie.
- avoir mis en place un staff professionnel et assez compétent pour le niveau international.
- avoir fait jouer et découvert de nombreux joueurs de talents, jeunes et plein de potentiel
- avoir su exploiter les qualités de certains joueurs.
- avoir su créer un groupe élargi , constitué une équipe dans l'état d'esprit.

A mon sens un point sur lequel j'attends de voir au prochain tournoi et plus tard contre les nations du Sud:
- approfondir la complexité du jeu, aller vers un jeu total en développant certains aspects , en particuliers offensifs. En effet, pour l'instant, l'edf se base surtout sur trois dimensions: le jeu au pied, la défense, et la qualité individuelle de certains joueurs et donc de leurs prises d'initiative surtout sur le plan offensif. La capacité à développer un jeu plus ambitieux et offensif s'est vue uniquement contre les gallois en amical. Je n'ai rien contre FG, mais certains entraineurs obtiennent rapidement de bons résultats puis plafonnent. Ca a été un peu le cas pour FG au MHR et à Toulon où il a stagné dès qu'il a fallu faire preuve de variabilité. C'est le cas par exemple aussi à Pau actuellement. Je mets ça sur la non mise en place des fondements collectifs intrinsèques au jeu que l'on désire pratiquer. Attention aux visions en "kit" qui marchent pendant un certain temps. La continuité nécessite une réflexion profonde sur le jeu comme le fait le ST, Travers au Racing, comme l'a fait La Rochelle avec Collazo/Garba, comme est en train d'essayer de le faire Collazo au RCT ainsi que Quesada au SF etc ... Urios , je ne sais pas ... Il faut du temps , des joueurs mais aussi une capacité de conception. Je pense que c'est le défi qui attend FG dans les prochaines semaines et surtout contre les nations du Sud.

Je crois les bleus capables de s'adapter plus "facilement" à des équipes au jeu plutôt stéréotypé (Angleterre, PDG, Irlande, Australie...) en revanche, je crains beaucoup plus le sens de l'improvisation des Fidji ou du Japon.
Je ne parle pas des AB, car qui n'en a pas peur?

@lebonbernieCGunther

Les perfs des Bleus valident totalement ton constat selon moi, puisqu'au final qu'elle est l'équipe qui nous emm*rdé le plus parmi celles qu'on a affronté ? L'Écosse, et bizarrement c'est celle qui pratique le jeu le plus imprévisible

On s'en fout, parti comme on est, en 2023 on sera les favoris et personne veut nous avoir dans son groupe 😀

Quelle serait la poule de la mort pour le XV de France ?
La poule de la mort subite.

  • gdelap
    200 points
  • il y a 1 mois

Un petit Pays de Galles, Italie, USA et Namibie serait le minimum syndical pour faire oublier la défaite contre l’Angleterre samedi dernier...

Chopper les blacks ne seraient pas si mal car c'est l'assurance de ne plus les voir jusqu'en finale ...Le tirage de la poule va être important mais le tirage de la poule avec qui on va croiser en 1/4 va être capital

@Rchyères

C'est toujours le dilemme : est-ce que tu prends le risque de finir deuxième de poule avec un parcours potentiellement plus relevé mais pas de Blacks avant la finale (voir pas de Blacks en phases finales si quelqu'un les sort avant pour toi), ou est-ce que tu t'assures la tête de série sur le tableau final avec les Blacks qui te tombent dessus en demies (une seule occasion de les voir tomber avant, et très faible puisque personne a part nous ne les a jamais sorti aussi tôt de la compétition)?

@Rchyères

Tu as raison mais on peut aussi considérer l'inverse...Historiquement, jouer les Blacks en 1/4 nous a plutôt mieux réussi que de les jouer en finale...

@MARCFANXV

Pas vraiment en 2015

@Chris_RDZ

Une fois pour eux, deux fois pour nous en 1/4. On est sur un plutôt pas mauvais ratio non ? J'entends face à eux...

@MARCFANXV

Une seule fois en quart, 99 c'est en demie.
Mais entièrement d'accord, les prendre en cours de route et les prendre en finale c'est loin d'être la même histoire.

@MARCFANXV

Oui !

  • gjc
    7330 points
  • il y a 1 mois
@Rchyères

exactement
le beau parcours de 2011 est en partie dû à ça

Derniers articles

News
News
News
News
Sponsorisé News
Sponsorisé News
Sponsorisé News
News
News
Vidéos
Réseaux Sociaux