Pôle France - Qui sont les meilleurs jeunes et d’où viennent-ils ? [Décryptage]
Matthias Haddad fait partie des grands espoirs du rugby tricolore.
La FFR a dévoilé la liste des 47 joueurs retenus au pôle France pour 2020-2021. Présentation et décryptage de la génération 2001-2002 (et même certains 2003).

Si le pôle France « old school » a disparu en 2017, il n’en reste pas moins que le travail auprès des meilleurs espoirs français ne s’est pas arrêté. Comme on en avait parlé avec Sébastien Piqueronies, ce travail avec les joueurs dans les clubs s’est même précisé, voire même professionnalisé. Ainsi, les 47 joueurs retenus suivent chacun un PPID, Plan Partagé Individuel de Développement. Partagé car il est déterminé en collaboration entre le staff des clubs des joueurs et le staff des équipes de France jeunes. Individuel car il est singulier pour chaque joueur de cette liste. Ces 47 joueurs sont la partie visible de l’iceberg. Environ 80 autres joueurs appartiennent à un groupe élargi qui permettra d’envisager, si la situation sanitaire le permet, les différents évènements de l’hiver pour les équipes U20 et U20 Développement.

Dix-huit clubs différents sont représentés. Le Stade Toulousain, dont la jeunesse se fait actuellement les dents au plus haut niveau comme ce week-end au Stade Français, prouve qu’il possède un réservoir important en étant le club le plus représenté avec 8 joueurs. Suivent Clermont, avec 6 joueurs, tandis que le Racing 92 et le Stade Rochelais complètent le podium des clubs les plus représentés dans cette liste avec pas moins de 5 joueurs chacun.

En Top 14, seuls Agen et Brive n’ont aucun joueur dans la liste. C’est plutôt une surprise pour le premier cité. Le club lot et garonnais nous avait habitué à être un club formateur connu et reconnu et très souvent représenté chez les équipes de France jeunes. On note également que Colomiers et Perpignan, les clubs qui ont été respectivement 1er et 2ᵉ lors de l’arrêt du championnat de Pro D2 la saison passée, sont les clubs de deuxième division qui fournissent le plus de joueurs à cette liste : respectivement 2 et 3.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !
Lénaïc OVIZE
Lénaïc OVIZE
Cet article est rédigé par Lénaïc OVIZE, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • hasiotus
    5061 points
  • il y a 4 semaines

Matteo Le Corvec, il n'a de Breton que le nom de famille à mon avis.
Né dans le Sud, grandi dans le Sud, d'un père né dans le Sud, grandi dans le Sud.
Mais y a Matthias Haddad qui a fait un gros passage en Bretagne Sud, Timothé Mezou qui est Breton aussi, comme Nolan Le Garrec (et la pour le coup le nom ne trompe pas).

  • Lenahic
    1817 points
  • il y a 4 semaines
@hasiotus

Je me suis laissé emporter par ma fougue mais avouez que c'est tentant. J'avais Jacques Villeret qui me fredonnait à l'oreille "elle est Bretonne ?"

  • diplo
    17574 points
  • il y a 4 semaines

Théo N'tamack est fils de, frère de et neveu de ! Piton de famille.

Si un Lièvremont émerge je vous dis pas il aura un papa, deux tontons et encore une voire deux tantes à avoir joué au plus haut niveau si je ne me trompe !

Derniers articles

Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News
Ecrit par vous !
News