Finale de Top 14. 10 chanceux ont fait la haie d'honneur aux joueurs : ''un moment qui restera gravé à jamais''
Les gagnants du concours Par Amour du Rugby ont pu rencontrer les joueurs de la finale de Top 14

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Société Générale a permis à 10 privilégiés de "Par Amour du Rugby" de vivre un moment unique : faire la haie d'honneur pour la finale de Top 14.

Vendredi 25 juin 2021 a eu lieu la finale du Top 14 opposant le Stade Toulousain et le Stade Rochelais. Deux équipes qui s'étaient qualifiées aux dépens de l'Union Bordeaux-Bègles et du Racing 92. Un match qui rappelait fort logiquement la dernière finale de Champions Cup, déjà remportée par le Stade Toulousain. 

Cette finale était également sous le signe du retour du public dans les stades, avec 14 000 supporters présents. Pour un amoureux du rugby, il ne restait plus que le championnat de l'élite pour vibrer : plus de stades, plus de rugby amateur, plus de matchs le dimanche après-midi. Depuis le début de cette pandémie, des milliers de personnes n'ont jamais rien lâché et continuent à supporter et faire vivre le rugby chaque jour. Leur dire merci était naturel. Pour cela, Société Générale a permis à 10 "privilégiés", comme ils nous l'ont tous répété, de vivre un moment exceptionnel au sein du Stade de France : faire la haie d'honneur aux acteurs de la finale. À la question, "est-ce que la haie d'honneur félicite le vaincu ou le vainqueur", tous répondrons "les deux". Une haie d'honneur n'oublie jamais les déçus, et c'est en ça que le symbole est important. 

Aeimen et Vincent avant le coup d'envoi.

La haie d'honneur est le geste valeurs par excellence dans notre sport. Il permet de se féliciter après avoir passé 80 minutes à se combattre. On le sait, elle est d'ordinaire effectuée par les joueurs du match et les staffs, mais la situation actuelle méritait de rendre aux amoureux du rugby ceux qu'ils ont donné tout au long de cette période difficile. Qui penserait un jour se retrouver sur le terrain du Stade de France pour la finale du Top 14, et faire la haie d'honneur aux joueurs ? Sûrement pas Aeimen, un supporter toulousain qui a migré vers la capitale pour un stage, et qui n'est toujours pas redescendu de son petit nuage. Il ne pensait pas remporter le concours de Par Amour du Rugby, et quand le verdict est tombé, sa joie a explosé : "j'ai vu mon pseudo dans le lot, et j'étais vraiment super content. C'était l'extase". Aeimen a décidé de partager ce moment avec Vincent, son ami toulousain : j'avais déjà gagné un concours pour un match à Ernest-Wallon, et j'en avais fait profiter son frère jumeau. On peut dire aujourd'hui que l'un des deux a été plus chanceux (rires)."

Les retrouvailles

Les deux amis se sont rejoints à Paris et Vincent a même pu partager son avion avec Guy Novès, ancien entraîneur du Stade Toulousain. L'événement était lancé malgré le stress du trajet pour le Stade de France. Aeimen et Vincent ont, comme on dit dans le rugby, fait de l'huile dans le taxi, mais les quelques minutes de retard n'ont en rien entaché leur joie. Avant le coup d'envoi, les 10 chanceux de la haie d'honneur Société Générale ont pu descendre devant le tunnel d'entrée et s'imprégner de la finale qu'ils allaient vivre de l'intérieur : "on a pu voir les Rochelais s'entraîner, les joueurs de Toulouse. On a pu faire coucou à Sofiane Guitoune qui est même venu faire une photo avec nous. C'était très très cool. On lui a demandé et il est venu directement".

Les deux méritaient d'avoir cette haie d'honneur. Deux belles équipes, un super match et des joueurs extraordinaires - Julie

Marc-Alexandre, le frère de Julie a pu profiter de Pita Ahki.

Le match

Les 10 participants à la haie d'honneur Société Générale ont vécu le match en tribune à majorité rochelaise. Le retour du public dans le stade a fait revivre tout l'esprit du rugby comme le rappelle Aeimen : "on a dû s'imposer au niveau de la voix, à la fin du week-end, je n'avais plus de cordes vocales (rires). On a discuté entre nous (NDLR les participants à la haie d'honneur), et avec les supporters. L'esprit du rugby a fait que l'ambiance était folle avec les supporters rochelais. On a supporté notre équipe et eux aussi, c'était vraiment rugby". Julie, une autre participante à la haie d'honneur Société Générale, s'est rendue au match avec son frère. Elle aussi a tenté de faire "un maximum de bruit" pour son équipe de cœur, le Stade Toulousain. 

Le fait de pouvoir vivre cet événement de l'intérieur, et pas derrière son écran, je n'en reviens pas - Vincent

Romain Ntamack s'est arrêté pour prendre un selfie avec les participants.

La haie d'honneur

Quelques minutes avant la fin du match, le moment de célébrer avec les joueurs et de les féliciter arrivait à grands pas. Aeimen se rappelle des détails "fous" : le service de sécurité du président de la République, les vigiles, les couloirs et l'arrivée sur le terrain. "On a vu les lumières du stade et la pelouse, il y avait énormément de bruit. C'était fou, tout simplement fou. On est passés devant les supporters qui criaient, c'était incroyable". Julie a pu féliciter les joueurs et partager une photo. Dans la liste des joueurs qui l'ont le plus marquée, Antoine Miquel ressort en premier. En effet, Julie et son frère viennent de La Bugue, club formateur d'Antoine Miquel, et ce dernier s'est souvenu d'eux : "un moment qui restera gravé à jamais". Vincent n'oublie pas les joueurs de La Rochelle, qui ont été "fabuleux" : "certes, c'était une déception pour eux, mais la haie d'honneur tenait vraiment à les féliciter. Qui sait, l'année prochaine, ce seront sûrement eux ?". 

La Dordogne s'est retrouvée sur le terrain du Stade de France avec La Bugue : Julie, Marc-Alexandre et Antoine Miquel.

Le président de la République

Une personne a marqué les participants à la haie d'honneur de façon unanime : le président de la République française. Aeimen se rappelle de ce moment et en parle encore en se demandant si ce n'était pas un rêve : "Oui (rires), on a fait la haie d'honneur au président de la République. On a pu lui serrer la main, même à Monsieur Castex. Le président nous a souhaité une bonne troisième mi-temps en voyant notre maillot de Toulouse."

Vincent, son ami, est conscient qu'il a rencontré deux personnes uniques et impressionnantes : Emmanuel Macron et Cheslin Kolbe"le meilleur joueur du monde". Il a été impressionné par Joe Tekori et Arnold : "avec le maillot, c'est vraiment impressionnant (rires)".

Les deux amis ont pu rencontrer leur idole.

Être au cœur de la finale, j'ai encore du mal à réaliser. Je regarde encore les photos pour y croire. On avait l'impression d'avoir joué la finale, juste... magnifique - Julie

Aeimen nous parle aussi d'un ancien joueur : Vincent Clerc. Pour l'anecdote, l'ailier français est le joueur qui a donné envie à Aeimen de regarder le rugby quand il était plus jeune. Le revoir d'aussi près après tant d'années fut un moment particulier pour lui : "c'était un des premiers joueurs que j'ai vus en vrai, et avec qui j'ai pris une photo quand j'avais sept ans". Julie a été marquée par le bouclier de Brennus, même si elle n'a pas pu le soulever : "le toucher, l'avoir au bout des doigts, le voir d'aussi près, ça m'a marquée"Julie n'a pas pu vivre ce moment et échanger avec le président de la République : "malheureusement, je n'ai pas pu le voir d'aussi près". Mais elle a pu toucher le bouclier de Brennus. Les 10 participants ont pu partager un moment unique, après des mois de crise sanitaire. Une éclaircie pour eux, que seul le rugby permet de vivre. 

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
Sponsorisé News
Transferts
Transferts
News
News
News
News
News