''La définition d'un finisseur, c’est n’importe qui, n’importe quand, n’importe où''
Fabien Galthié ne veut pas parler de concurrence mais d'émulation.

🔥 Black Friday 🔥

6 mois offerts ! (30 € / an)
Le sélectionneur du XV de France Fabien Galthié est revenu sur la composition des Bleus pour l'Ecosse avec ces nombreux changements dans les lignes.

Le staff tricolore disposera pour la dernière fois des titulaires du Tournoi des 6 Nations pour affronter l'Écosse de dimanche dans le cadre de la Coupe d'automne des nations. Cependant,Galthié et ses adjoints ont fait le choix de faire tourner au sein du groupe après deux victoires probantes sur le Pays de Galles et l'Irlande. On rappellera que le XV du Chardon est le seul à avoir fait tomber les Bleus en 2020. Qui plus est à Murrayfield. Pour cette revanche, ce ne seront donc pas les "cadres" qui vont débuter mais les finisseurs comme l'encadrement aime à les appeler. Un choix assumé par le sélectonneur qui rappele que ce turnover était déjà prévu contre les Fidji avant l'annulation du match en raison de cas de Covid-19 dans les rangs îliens. 

"Depuis le début de notre aventure, le 2 février face à l’Angleterre, on a fonctionné avec ces joueurs en tant que finisseur. Ils ont eu à répondre à chaque match à des situations toujours différentes, à des situations d'urgence. La définition d'un finisseur, c’est n’importe qui, n’importe quand, n’importe où." Elle s'applique dont à tous les joueurs du groupe. Les finisseurs des premiers matchs sont donc les titulaires de dimanche car ils ont aidé toute l'équipe à performer. De par de leur présence sur le pré, à l'entraînement ou dans le quotidien, ils apportent énormément au groupe. "Aujourd’hui ils méritent largement de débuter. Dans l’émulation qui porte notre équipe, ils ont leur place en tant que titulaires sur la feuille de match. Ils sont prêts et ils ont beaucoup d’appétit", a-t-il explique via L'Equipe

Ces changements répondent aussi à un besoin d'apporter du "mouvement, d'aérer cette équipe" mais aussi de voir si lorsque les Dupont et cie ne sont pas sur le pré au coup d'envoi, le XV de France peut aussi être performant. On sait qu'une Coupe du monde se gagne avec tout un groupe et pas seulement les 23 sur la feuille de match. En 2023, le staff devra aussi modifier sa composition. Autant trouver la bonne alchimie dès maintenant. Cela participe aussi à la concurrence au sein du groupe, même si Fabien Galthié n'aime pas employer ce terme. Lui préfère parler "d'émulation, de développement, de croissance." Aussi, ce dimanche, des éléments comme Matthieu Jalibert auront leur chance. Tandis que d'autres comme Thomas Ramos tenteront de rappeler au sélectionneur qu'ils peuvent aussi inspirer cette équipe de France comme le fait Antoine Dupont. "Nous sommes très heureux d'avoir des figures qui émergent." Bien évidemment, cela découle des bons résultats des Bleus. À eux de continuer sur leur lancée ce dimanche pour garder la confiance.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

J'aimerais mieux qu'on parle de Groupe avec son lot de concurrence, d'émulation mais plus encore de stratégie !
Là on est un peu dans une vision édulcorée du concept de remplaçant qui "prend place au mérite" parce que l'occasion "de remercier" se profile...Bref, les statuts peuvent sembler figés et on ancre dans l'esprit des mecs qu'ils sont voués à rester de bons sparring-partners à qui on donnera des bribes de match, tout au plus l'occasion de s'exprimer pour les matchs jambon-beurre tant que les autres seront là. Quelques victoires consécutives peuvent certes donner l'illusion que c'est la recette qui gagne mais si d'aventure une spirale négative venait à s'installer, on n'aura que peu préparé aux rotations nécessaires...
Je trouve qu'on a du mal en France (FG ne dérogeant pas plus que ça à la règle) à raisonner véritablement en groupe et non-pas en XV titu + finisseurs (ou remplaçants ou impact-player ou appellez-le comme vous voulez). Cette feuille ne déroge pas à la règle. Une première ligne est changée ? On n'est jamais que sur le principe vu tous les dimanches en TOP14 où les premières lignes complètes ne sont jamais alignées sur trois matchs consécutifs ! Plutôt qu'en changer, substituer l'une à l'autre, j'aurais préféré qu'elles soit mixées, avec des associations différentes. Là ç'aurait été préparateur pour l'avenir ! On a déjà vu comment fonctionnent les triumvirat, il aurait été plus intéressant d'en imaginer d'autres. Tao prend place au départ ? il sera remplacé à la 55ème par Willemse en poste pour poste... Jalibert à sa chance ? Très franchement qui ose imaginer qu'il la doit à autre chose qu'à l'absence de Ntamack ? Et s'il se fendait d'un match titanesque serait-ce suffisant pour remettre en cause la hiérarchie ? Je ne le crois pas...Idem Ramos avec Bouthier...On se projette sur un principe de "Non-Dupont-dépendance" ? On ne se sert pas de ce match pour tester autre chose...Quel autre match permettrait mieux de le faire ?
Bref, quand je vois la compo, je me dis que nulle-part n'est inscrit la notion de groupe exacerbé ou élargi et que le vocable "finisseur" ne change rien sur le fond.
Cette vision hyper-dogmatique de la perception du groupe en France (on a beau changer l'appellation, le fond reste le mm !) outre qu'elle ma parait pénalisante pour anticiper les inéluctables tuiles futures, grève de surcroit les capacités à faire des choix stratégiques à l'intérieur des matchs.
Je considère qu'aujourd'hui, à l'international, un staff à deux occasions (pas plus) d'influer sur le contenu des matchs. La première au cours des mi-temps, la seconde avec le jeu des rotations. Je trouve qu'avec cette recherche exclusive d'un XV Type + "substitue"; on ne se sert pas assez de ce second levier...

@MARCFANXV

Il me semble, mais je me trompe peut être, que toutes les équipes championnes du monde fonctionnaient uniquement avec la même équipe type lors de tous leurs matchs internationaux. Le quel turn over accepté était en cas de blessure et contre des équipes de "2eme niveau".

@L\\\'ibère

Ca c'est l'exemple Anglais (et encore j'y trouve + de variété que nous par exemple avec parfois Ford/Farrel12, des fois Farrel10, des fois avec Tuilagi des fois sans etc..) et des Celtes (hormis Scotland). Ca a fonctionné une fois avec équipe construite autour de Wilko (et encore pas quatre ans avant.). Pour combien d'échecs ? Mm All-Black avec équipe construite autour de Carter/Mc Caw en 2011 faillit passer à la trappe (malgré un effectif XXL) pour ne pas avoir anticipé une éventuelle absence de l'un ou de l'autre (que serait-il advenu si ça avait été les deux ?)....Le récent titre d'Af-du-Sud est l'exact contre-exemple ! L'équipe ne s'est pas construite sur 4 ans mais à peine en un an 1/2 et encore avec moult changements, nombre d'expériences sur cette période...Si on ne se sert pas de Autumn Cup pour procéder à des expériences, quand le fera-t-on ?

Du moment que ce n'est pas n'importe quoi...

@Team Viscères

Ni n'importe comment.

N'importe qui ? Moi aussi je suis un finisseur ...Je finis les plats de mes enfants aux repas !

  • SaintJu
    2335 points
  • il y a 1 semaine

N’importe qui....quand....où.... Celui qui se fait qualifier de “polyvalent” ne doit pas être étonné de devenir bon à rien ..

@Thibault Perrin

Ben tu vois, quand tu veux, c'est (presque) sans fautes 😄

Pour les ceusses qui ont du temps de cerveau disponible autre que celui pour le Coca, le jeu du personnage mystère : le point
Pas encore de gagnant.
C'est un ancien international français, un avant
Un oiseau auquel il ne faisait pas bon voler dans les plumes mais pas Olivier Merle ni Leflamand, ni Rossignol, ni Hortoland. En fait le nom de notre rombier n'a aucun rapport avec un oiseau ou l'action de voler.
Nous savons grâce à @Garou-gorille que ce n'est pas J-P Bastiat, mis il y a un truc intéressant.
Et pour répondre à @Le Haut Landais, ce n'était pas un première ligne.
Comme dab vos propositions sur [email protected] avec votre pseudo du ministère pour les notifications.

Bonne continuation.

Finisseur ?
De nos jours on dit Impact Player

  • mche
    154366 points
  • il y a 1 semaine
@MerDuNord

De nos jours on parle encore français, quand c'est possible.

@mche

Ouh la la la ... Tu es fou de dire des choses comme ça... Tu vas avoir droit à une leçon de la part de notre rugby profesor 😁

@mche

En français un "finisseur" c'est un engin de chantier utilisé pour faire des travaux de voirie ou un participant d'une course qui finit dans les délais. Je ne vois pas trop dans quelle catégorie entrent nos joueurs de rugby...

Si l'on choisit de parler français à tout prix il n'y a pas besoin d'inventer des sens qui n'existent pas à des mots existants, il suffit d'utiliser les mots qui existent déjà : le remplaçant.

@mche

Quand c'est possible on lit des livres
Pas ceux avec des images à colorier
Le manque de culture est une faute professionnelle
Bref, vocable largement utilisé dans les commentaires de match

@MerDuNord

Oui enfin si on peut éviter quelques anglicismes....

  • etutabe
    7080 points
  • il y a 6 jours
@MerDuNord

plutôt vocable utilisé à toutes les sauces par des commentateurs avides de nouveaux mots pour s'en gargariser.
le joueur n'est un impact player que s'il amène une intensité supérieure à celle de celui qu'il remplace.

@MerDuNord

Autrefois, c'était impact de bières!

  • breiz93
    61009 points
  • il y a 1 semaine
@Garou-gorille

pourquoi un?

@breiz93

Il voulait dire, un à la fois

@MerDuNord

Qu'est-ce que ça peut te faire ?

@DonTarken

Faire parler ceux qui n'ont rien à dire 😉

Derniers articles

Ecrit par vous !
News
News
Vidéos
Ecrit par vous !
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News