Equipe de France. ''L’environnement n’était pas tout à fait sain'' mais Rory Kockott ne regrette rien
Le demi de mêlée de Castres Rory Kockott a porté les couleurs de l'équipe de France.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Le demi de mêlée de Castres Rory Kockott revient sur ses années avec l'équipe de France de rugby. Une période difficile. Mais il n'a aucun regret.

Equipe de France. Selon Mola, Thomas Ramos n'a pas bien vécu sa relégation en tribunesEquipe de France. Selon Mola, Thomas Ramos n'a pas bien vécu sa relégation en tribunesL'équipe de France de rugby est sur une très belle dynamique ces derniers mois. En point d'orgue, la victoire sur la Nouvelle-Zélande au Stade de France. Cette progression doit mener à la Coupe du monde et éventuellement au premier titre pour la France. Tous les ingrédients sont en tout cas réunis pour que les Bleus performent devant leur public : une génération talentueuse, un staff complet et qui se complète ainsi qu'une très bonne ambiance au sein du groupe. S'il y a forcément des éléments déçus de ne pas assez jouer, les internationaux ont plaisir à rejoindre le XV de France. Lequel vit sans doute sa meilleure période depuis une décennie. L'équipe de France n'a pas toujours vécu des jours aussi heureux que ces derniers temps. Les supporters n'ont pas oublié la période qui a mené au quart de finale de la Coupe du monde 2015. Les années qui ont suivi n'ont guère été plus folichonnes. Rory Kockott a fait partie de cette équipe qui a été ridiculisée par les All Blacks. De son propre aveu, c'était une période difficile. Il ajoute même via RMC, que "l’environnement n’était pas tout à fait sain". Cependant, celui qui a quitté son pays natal l'Afrique du Sud pour l'Hexagone ne regrette pas d'avoir porté le maillot floqué du coq plutôt que celui avec l'antilope. "La chance s’est présentée et je l’ai prise. Avoir des regrets dans la vie, ça ne te fait pas avancer."

C’est un honneur pour moi d’avoir joué avec l’équipe de France. Car il y a beaucoup de joueurs avant et après moi qui n’ont pas eu et n’auront jamais cette chance. Cette période 2014 et 2015 n’était pas une période facile pour l’équipe de France. L’environnement n’était pas tout à fait sain et ce serait mentir de dire que ce n’était pas difficile. La chance s’est présentée et je l’ai pris. Avoir des regrets dans la vie, ça ne te fait pas avancer. Ça restera une grande opportunité et je garderai un bon souvenir du quart de finale contre les All Blacks. Malgré la performance (défaite 62-13, ndlr), j’étais fier de la façon dont je me suis comporté pendant cette période difficile.

Cette expérience lui a sans doute servi mentalement pour aller décrocher un deuxième titre avec Castres en 2018. Rory Kockott raccrochera les crampons à la fin de la saison. VIDÉO. Top 14. Rory Kockott se la joue star de cinéma, Poite lui donne un OscarVIDÉO. Top 14. Rory Kockott se la joue star de cinéma, Poite lui donne un Oscar

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • Erèbe
    4626 points
  • il y a 1 mois

la plus grande escroquerie du poste en EDF de l'Histoire du rugby.
rendez-vous compte :
certains se demandait pourquoi Machenaud avait été pris a la coupe du monde 2019... mais c'était pour moi beaucoup moins choquant, surtout en numéro 3 que son éviction de la coupe du monde 2015 au profit de Tillous-Bordes et Kockott.
Car en effet, même si depuis 2018 environ, le poste est très fourni en qualité (Dupont Couilloud Serin Bézy Lucu), je me souviens qu'entre 2012 et 2017 c'était le désert derrière Parra et.... MACHENAUD.

Tillous-Bordes et Kockott avaient bénéficié des résultats de leurs clubs (Toulon en coupe d'Europe et Castres champion en 2013) mais intrinsèquement ils étaient beaucoup moins performant que Machenaud a l'époque.

@Erèbe

? Pour vous mais pour moiRorry était largement meilleur que Machenaud

  • to7
    16611 points
  • il y a 1 mois

Kockott reste un grand joueur qui aura marqué le top14 mais le simple fait de sa sélection était le symptôme criant de "l'environnement "pas tout à fait sain" autour du XV de France de l'époque
le staff était allé cherché au poste pourtant le plus fourni un joueur dans un profil physique et de soliste. C'était un signe fort du rejet de la formation française avec des joueurs prétendument pas au niveau sur lesquels on rejetait toutes les carences (technique, d'organisation qui empêchaient l'edf de performer)
on lit beaucoup que les résultats actuels seraient le fait de la génération dorée double championne u20 alors que les seuls champions du monde u20 dans le XV de départ actuellement c'est ntamack et woki (bamba en finissseur, vincent en super sub) les autres n'ont fait que des apparitions (geraci, carbonnel), bref on est loin de l'explication simpliste d'une génération dorée qui serait simplement montée d'un cran

  • Pianto
    42289 points
  • il y a 1 mois
@to7

ouais enfin, il faut regarder au-delà des joueurs champions du monde.
Dupont, Cros, Ollivon, Marchand, Mauvaka, Willemse, Vakatawa, Alldritt, Jalibert, Jaminet, Baille, tu ne les avais pas non plus.
Il est clair qu'il y avait un trou générationnel et pas seulement des choix du staff. On reculait devant contre tout le monde. C'est évidemment multi factoriel mais la génération était nettement moins forte.
Regarde l'effectif de cette époque et dis moi qui était dans le top5 mondial à son poste.

  • to7
    16611 points
  • il y a 1 mois
@Pianto

c'est là que je ne suis pas forcément d'accord et je ne mets pas tout sur le dos des staffs, je pense que c'est tout le système (le peu de temps de prépa et de joueurs à dispo, le manque d'entrain des gros clubs à lancer des jeunes français etc) qui pénalisait l'edf, j'e veut juste bcp à st andré d'avoir tout mis sur le dos d'une formation défaillante

picamoles était l'un des 8 les plus dominants de son temps (mais utilisé de façon trop systématique il perdait de son efficacité, fofana a été souvent blessé mais beaucoup d'équipe nous l'enviaient, basta, beaucoup décrié était titu dans l'équipe all star du rct qui marchait sur l'europe, guirado malgré son capitanat calvaire était un excellent talon, para j'en parle même pas, slimani faisait couiner tous les packs d'europe et il y en a bien d'autres... des danty des dulin des fickou qui sont revenus après avoir été pas loin du ridicule (surtout dulin à l'époque)
je me souviens par ex de commentateurs britanniques éberlués devant les débuts en coupe d'europe d'un buttin par exemple, mais dans ces années là beaucoup trop de jeunes talentueux ont vu leurs carrières partir en eau de boudin pour que ce soit seulement des défaillances individuelles

le rugby français a arrêté de "manger ses enfants" et le staff a mis en place un plan de jeu dans lequel les joueurs se retrouvent et qui ne se limite plus à refiler la patate chaude à basta, pica ou guigui et leur demander de faire du tout droit

alors ok il y a sans doute plus de talent dans cette génération nouvelle et je suis le premier à m'en réjouir mais il est à mon sens très simpliste de croire que c'est juste le talent individuel (d'ailleurs si c'était le cas on aurait pris des branlées en australie et autumn nation cup sans nos stars) qui fait la différence

@to7

Je suis complètement d'accord.

A cette époque Kockott avait la cote !

Mais Kockott n'était pas non plus un saint sain.

  • Flowy
    15605 points
  • il y a 1 mois
@lelinzhou

A sa mémère ?

@lelinzhou

Kockott : un neuf dur !

@Garou-gorille

Un oeuf à la coque haute ?

  • rororo4
    8238 points
  • il y a 1 mois
@lelinzhou

En tout cas un oeuf brouillé avec les arbitres

  • frakc
    7853 points
  • il y a 1 mois
@rororo4

Un oeuf en neuf.

@frakc

en tout cas, il gérait bien ses avants, un vrai neuf de pack.

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
News