Angleterre - Afrique du Sud : combien de finalistes ont été sacrés chez les U20 ?
Angleterre - Afrique du Sud : combien de finalistes ont été sacrés chez les U20 ?
Les jeunes français doubles champions du monde doivent porter l'équipe de France. Mais dans les faits, le titre de champion du monde U20 garantit-il des succès chez les grands ?

Que sont devenus les champions du monde U20 sud-africains et anglais ? La question se pose en regard des espoirs que nourrissent les supporters français avec une génération dorée à laquelle on prédit un grand avenir. Pour rappel, les Bleuets sont doubles champions du monde (2018 et 2019). Alors, combien y aura-t-il de champions du monde français à la Coupe du monde 2023 ? 

En attendant, on a cherché à connaître le nombre de champions du monde juniors présents en finale au Japon.

Victoires, défaites, comment les Anglais se sont reconstruits pour atteindre la finale ?Victoires, défaites, comment les Anglais se sont reconstruits pour atteindre la finale ?

L’Afrique du sud remporte le titre en 2012, et dispute une finale perdue contre l’Angleterre en 2014. Les Anglais l’emportent donc en 2014 mais aussi en 2013 et 2016.

Tour d’horizon des champions du monde sud-africains

Il n’y a que trois Baby Boks de 2012 présents dans la liste retenue par Rassie Erasmus. Trois éléments majeurs, tout de même : Steven Kitshoff, Pieter-Steph du Toit et Handré Pollard.

De nombreux champions du monde ne sont pourtant pas inconnus. On y retrouve l’international écossais Allan Dell, l’international italien Braam Steyn et des joueurs qui ont connu des fortunes diverses. Un joueur de Montpellier, Jan Serfontein (35 sélections), un de La Rochelle Wiaan Liebenberg, qui était le capitaine de cette sélection victorieuse.

Il y a également Maks Van Dyk qui vient d’acquérir la nationalité française et veut jouer pour les Bleus.

Exclu : Naturalisé français, Maks Van Dyk veut jouer avec le XV de France !Exclu : Naturalisé français, Maks Van Dyk veut jouer avec le XV de France !Deux sont en Pro D2Raymond Rhule (7 sélections) à Grenoble, et Shaun Adendorff à Aurillac. Paul Jordaan, lui, a fait les beaux jours du Stade Rochelais. Mais le plus surprenant est d’y trouver Khaya Majola qui joue… à Bergerac, en Fédérale 1.

Si l’on pousse à regarder la sélection 2014 battue en finale, on retrouve plusieurs Boks retenus au Japon. Handré Pollard, encore, et paradoxalement plus de mondialistes qu’en 2012 : Warrick Gelant, Thomas du Toit, Malcolm Marx et Jesse Kriel.

Que sont devenus les espoirs anglais ?

En 2013, l’Angleterre dispose du Pays de Galles en finale sur le score de 23-15. Au Japon, on retrouve plusieurs éléments de cette sélection : Jack Nowell, Anthony Watson, Henry Slade, Luke Cowan-Dickie et Ross Moriarty, qui a choisi depuis la sélection gallois. David Sisi et Callum Braley ont choisi la Squadra Azzurra.

La sélection de 2014 qui vient à bout de l’Afrique du sud en finale ne compte qu’un seul élément sélectionné avec l’Angleterre au Japon, c’est Maro Itoje. Un autre faisait partie du groupe élargi, Charlie Ewels. Une curiosité ? La présence du Briviste Hayden Thompson-Stringer.

Cicatrice, turn-over et poésie : zoom sur Maro Itoje, le prodige de l’AngleterreCicatrice, turn-over et poésie : zoom sur Maro Itoje, le prodige de l’Angleterre

Enfin, les U20 anglais sont couronnés en 2016, faciles vainqueurs de l’Irlande en finale 45-21. De la sélection irlandaise vont émerger des éléments précoces : Andrew Porter, James Ryan, Jacob Stockdale. Côté anglais ? Jack Singleton est le seul élément présent au Japon. Mais dans la liste élargie, on trouvait les champions du monde U20 : Ollie Thorley et Joe Marchant. L’équipe anglaise qui s’est défait de l’Irlande facilement ne compte aucun joueur majeur de la sélection senior, alors que l’Irlande en a retiré trois cadres.

Conclusion

Si les Champions du monde français suivent la même voie que leurs homologues anglais et sud-africains, ceux qui seront retenus en 2023 ne se compteront pas par dizaine. Pour Romain Ntamack, Pierre-Louis Barassi et Demba Bamba, c’est déjà fait. Qui seront les suivants ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • AKA
    46218 points
  • il y a 1 mois

Cette fameuse "génération dorée" se réduit comme peau de chagrin (au niveau international) L' avenir peut nous réserver des surprises mais pour le moment....

Ceci tend à prouver que le Rugby étant un sport à maturation lente, il est vain de spéculer tout particulièrement sur le côté "génération dorée" parce qu'elle aurait été titrée à 20 ans.
A 20 ans, on ne parle pas d'un produit fini mais d'un produit en cours de finalisation.
Qu'on place espoirs dans ces jeunes gens Champions U20, rien de plus normal mais point trop n'en faut. Outre que ça pourrait s'avérer néfaste psychologiquement pour eux, pour leur développement, leur maturation vu la pression exercée, ça pourrait aussi nous induire en erreur que de n'avoir un regard exclusif posé sur les sacrés d'un jour en oubliant de regarder du côté d'autres qui auraient eu besoin de plus de temps pour parvenir à atteindre le top niveau...
Bref, nos Champions du Monde U20 représentent peut-ètre un "cheptel" intéressant pour l'avenir du XV de France mais la progression à tout intérêt à être transgénérationnelle pour espérer jouer une Finale en 2023 !

  • Pianto
    32842 points
  • il y a 1 mois
@MARCFANXV

j'avais eu la chance de voir un France-Angleterre U20 à Pau il y a quelques années, une génération qui n'a pas été championne du monde donc on n'en parle pas mais il y avait quand même Penaud qui m'avait impressionné et Dupont et Rétières qu se partageaient le poste de 9. Pas mal quand même...

Si à la place d'une génération dorée on pouvait avoir 3/4 joueurs au moins par année qui ont le niveau international, ce serait pas mal...

@Pianto

Absolument d'accord.

  • Pianto
    32842 points
  • il y a 1 mois

31 mecs représentants les meilleurs éléments des joueurs pros, soit de 21 à 34 ans environ,
ça fait, s'ils sont répartis, entre 2 et 3 par année de naissance. Sachant qu'il y a souvent une majorité de joueurs entre 25 et 30 ans.
On serait plutôt sur une répartition type de 5/6 joueurs de moins de 25 ans, 5/6 de plus de 30 ans et une vingtaine entre 25 et 30.
Ce qui fait que sur une compétition, 4 mecs qui sont de la même année en équipe de France c'est déjà rare.

de plus, comme il y a des développements tardifs chez beaucoup de joueurs, les chiffres ne sont pas si surprenants que ça. Ils confirment que NTamack, bamba, barassi, carbonel, laporte, vincent, coville, gros, joseph, geraci, c'est déjà bien qu'ils jouent régulièrement en top14.
On verra pour la suite... Soyons patients...

Merci d'être allé chercher tout ça.

  • Ahma
    84574 points
  • il y a 1 mois
@Pianto

J'ai envie de te dire la même chose : merci d'être allé chercher tout ça.
Tu as un profil rare, peu ici (et ailleurs) prennent le temps de réfléchir et compiler des données avant de s'exprimer, c'est plus facile de balancer tout ce qui passe par la tête sans se soucier des faits.
Bon, ne t'inquiète pas, on trouvera bien toujours quand même le moyen d'être en désaccord sur ceci ou cela. Mais je sais qu'il me faudra m'appuyer sur des bases solides si je souhaite t'apporter une contradiction...

  • Pianto
    32842 points
  • il y a 1 mois
@Pianto

cette année :
86 : guirado, pica, médard
87 : huget
88 : machenaud
89 : le Roux, lauret, slimani, lopez, guitoune
90 : personne
91 : vaha
92 : rattez, vakatawa, poirot
93 : baille, gomes sa, tolofua, gabrillagues, ollivon,
94 : iturria, serin, fickou, raka
95 : ramos, chat
96 : setiano, dupont, penaud
97 : aldritt, mauvaka
98 : barassi, bamba
99 : ntamack

Avec la retraite internationale de vaha, on pourrait se retrouver avec une sacré césure vers 1992 comme année de naissance des doyens du prochain tournoi, les 89 vont peut-être faire de la résistance une saison ou deux mais on est partis pour avoir assez peu "d'anciens" dans les groupes futurs, ce qui laisse de la place pour les jeunes générations.

peut-être les récents champiosn du monde U20 auront-ils plus de place que dans les équipes des boks ou des anglais mais pourquoi eux plutôt que les 94 (hamdaoui, cros, lambey... ) ou d'autres ? le fait fort d'avoir eu un groupe sur une année signifie-t-il forcément que les individualités étaient meilleures ?
On verra la suite...

@Pianto

Ou alors d'autres doyens vont émerger

  • Pianto
    32842 points
  • il y a 1 mois
@CointreauNenfaut

ce serait surprenant mais ça arrive, comme l'ailier Bok Mapimpi...

  • Pianto
    32842 points
  • il y a 1 mois
@Pianto

j'ai oublié fofana en 88...

  • gregi
    3686 points
  • il y a 1 mois

Il y a seulement 4 ou 5 top player potentiels dans cette équipe, Bamba, Carbonnel, Ntamack, Tauzin et un ailier que j'avais trouvé très intéressant dont j'ai perdu le nom mais c'était pas Lebel. Laporte je crois mais je ne l'ai plus vu jouer depuis.

dans ceux qu on devrait retrouver je pencherai sur : Gros, Bamba, Geraci, ntamack, carbonel, barassi et sans doute tauzin. j ai trouve la génération d après moins impressionnante perso. et Joseph j ai vraiment du mal

@Alexde7à9

Gros et Carbonel ça m'étonnerait . A gauche y a dèjà du monde et ils seront encore là , en 10 N'tamack et Jallibert sont au dessus largement

@Alexde7à9

Gros j'ai du mal a y croire, y'a du monde a gauche

Voilà qui va éclairer ceux qui comme moi auraient cru que les champions du monde U20 étaient mieux représentés dans les équipes finalistes.
Mais je suis plus pessimiste que toi, qui penses que les champions du monde U20 français ne seront pas nombreux en 2023 : il faudrait déjà que l'EdF arrive en finale...

Comme quoi les tritres U20 ne garantissent en rien la future réussite d'une nation

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Transferts