Cicatrice, turn-over et poésie : zoom sur Maro Itoje, le prodige de l’Angleterre
Kyle Sinckler, Maro Itoje et Courtney Lawes.
À 25 ans, Maro Itoje s’impose comme l’un des tous meilleurs joueurs de la planète à son poste. Portrait. 

Deux Tournois des 6 Nations au compteur, trois fois vainqueur de la Coupe d’Europe, quatre championnats d’Angleterre, une Coupe du Monde U20… Ce n’est pas la liste des tournois remportés par la rédaction du Rugbynistère sur Jonah Lomu Rugby Challenge, mais bel et bien le palmarès de Maro Itoje. Le 28 octobre, l’autre joyau de sa Majesté - avec Owen Farrell - a fêté son vingt-cinquième anniversaire, deux jours après avoir terrassé les Blacks dans une demi-finale historique. Et quittant le stade de Yokohama avec la distinction de MVP de la rencontre. Un honneur de plus dans une carrière déjà bien chargée. Il serait toutefois peu honnête de réduire l’influence du prodige à une armoire à trophées déjà trop exiguë, ce qui ne devrait d’ailleurs pas s’arranger en cas de succès, en finale du Mondial, face à l’Afrique du Sud.  

Objectif sommet

D’origine nigériane, Itoje a rejoint les Saracens en 2013. Deuxième-ligne mobile pouvant également évoluer en tant que flanker, il s’est rapidement imposé comme une pièce maîtresse du système Rouge et Noir. Et en 2015, il figure sur la liste des cinquante pré-sélectionnés pour la Coupe du Monde par Lancaster. Pendant plusieurs semaines, le colosse participe à la préparation mais fait partie des premiers noms à devoir quitter le groupe, écarté à Denver. Itoje, trop tendre ? Le solide casqué évite le fiasco d’un rendez-vous manqué par le XV de la Rose. Il prend la mesure de son échec et retourne au travail pour devenir définitivement indispensable à son club. Et se faire remarquer par Eddie Jones. Itoje est de la caste de ces joueurs intellectuels, il a notamment fréquenté l’École des études africaines et orientales avec une spécialisation politique ; et si traverser des mauls est son métier, la poésie est son passe-temps.

À propos du ballon ovale, Efe, son père, enseignant, avait rapidement posé les jalons : ‘’s’il voulait jouer au rugby, pas de problème, mais si ses notes chutaient, je lui déclarerais la guerre’’. Eddie Jones qui lui avait reproché son manque de cicatrices en arrivant à la tête de la sélection l’avait toutefois prévenu. ‘’Ce n'est pas parce que vous avez une intelligence académique que vous avez celle de la rue. Et pour durer dans le rugby, il faut avoir l'intelligence de la rue’’.  

L'héritage de Stuart Lancaster, secret de l'incroyable réussite du XV de la Rose ?L'héritage de Stuart Lancaster, secret de l'incroyable réussite du XV de la Rose ?

Le très croyant Maro, de son nom complet Oghenemaro Miles Maro Itoje, a multiplié les performances de haute volée avec sa sélection et a rapidement prouvé à Jones qu’au moment de franchir la ligne, il était également capable de manier cette dite intelligence de rue. Depuis le début de la Coupe du Monde, Itoje a réalisé un total de 55 plaquages en quatre matchs joués dont quinze face aux Blacks. Sa vitesse dans le replacement et sa capacité à accélérer à l’instant du duel en font l’un des meilleurs défenseurs du monde. Ses bras tentaculaires lui ont permis de devenir un gratteur redoutable, excellant dans l’art du turn-over, et contreur en touche détesté par les talonneurs adverses. Dans ce rugby de collision qu’il faut maîtriser pour s’imposer, Jones peut notamment compter sur ses trois combattants affamés, Curry et Underhill en plus d'Itoje, lesquels ne cessent de multiplier les tâches jusqu’à dégoûter leurs adversaires. ‘’Un match se gagne centimètre par centimètre’’ disait Dusautoir. Et dans ce combat-là, le supporter d’Arsenal est très précieux.

Depuis ses débuts chez les pros, Itoje empile les distinctions et les trophées et donne l’impression d’être en mission pour définitivement inscrire son nom parmi les meilleurs joueurs de la discipline. Avant le départ de la Coupe du Monde, il a notamment déclaré à Sir Clive Woodward, ‘’le sport bouge si vite. Chaque moment où vous êtes dedans (NDLR : au sommet) semble être le plus grand moment de votre carrière. Il y a quelques mois, nous avons disputé la finale de la Coupe d'Europe avec les Saracens. Cela semblait énorme. Ensuite, nous avons joué la finale de Premiership trois semaines plus tard, cela nous semblait alors plus grand. La Coupe d'Europe était déjà un vieux souvenir […] Avec les Saracens ou l’Angleterre, il n’y a pas le temps de la complaisance’’.

Au Pays du Soleil Levant, cette fameuse finale de Premiership remportée face à Exeter doit désormais être également une ressouvenance bien lointaine. À quelques heures de la confrontation tant attendue face aux Néo-Zélandais, celui qui compte près de 70 matchs de Premiership au compteur citait Ric Flair, champion de la WWE sur The Guardian. ‘’Si vous voulez être le Roi, il faut battre le Roi''. Avant d’ajouter, ‘’si vous voulez être le meilleur, vous devez battre le meilleur. C'est notre défi, c'est ce qui est devant nous’’. 

‘’Quand la préparation tourne à la performance’’

S’il a rapidement hérité du brassard en U20, Itoje n’a pas toujours été un leader par la parole. Domaine dans lequel il a progressé. Le coéquipier de Courtney Lawes se sentant certainement plus légitime en enchaînant des performances abouties. ‘’J’ai commencé à réaliser à quel point il est important de donner l’exemple. Je trouve que même lorsque vous pensez que vous n'êtes pas surveillé, vous l’êtes’’ souligne-t-il. ‘’J’ai pris conscience de l’influence potentielle que je pouvais avoir sur mes coéquipiers, tant positivement que négativement’’. Les Anglais ont triomphé des Blacks avec confiance et patience. Et le Sarries semble représenter cette sérénité des Britanniques, lesquels n’ont jamais cédé à la panique depuis le début de la compétition. 

Couvé par Steve Borthwick, docteur és conquête de la sélection, Itoje continue son impressionnante ascension. Et conscient des secteurs dans lesquels il doit progresser, prendre une dimension plus impressionnante encore. Comme le combat pur et dur. Transformant son hyperactivité en rugosité, ce qui lui a permis de définitivement s’installer en deuxième-ligne. Dans l’un de ses poèmes, il a écrit, ‘’quand la préparation tourne à la performance, quand des étrangers se tournent vers des amis […] Quand on doit se lever et mener […] Il arrive un moment où il faut prendre le temps’’. Avec la finale de la Coupe du Monde, ce dit moment semble être enfin arrivé. Et Maro Itoje va avoir l’occasion de prouver à Eddie Jones qu’il est tout à fait possible de devenir une référence du rugby mondial, en deuxième-ligne, sans cicatrice.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Hors-sujet mais je me souviens avoir visité le site de son école il y a quelques années, elle se targuait d'être la plus ancienne (et par conséquent plus prestigieuse) école de langues orientales du monde. Je leur ai signalé qu'il semblerait qu'ils soient ignorants de l'existence des Langues O de 200 ans plus anciennes. Aucune réponse. Perfide Albion.

Ce joueur survole la coupe du monde et il a été hors norme lors de la demi. On a beau le connaître voir avec qu’elle envie et technique il joue laisse rêveur pour la suite de sa carrière.

  • AKA
    46218 points
  • il y a 1 mois

Ce qui est sûr c' est que je n' ai jamais vu un gars aussi talentueux et pénible à la fois!!! 😲 😲 😲

Je trouve ce joueur "hors norme" alors quand je lis qu'il doit s'améliorer et vu qu'il a 25 ans , il a tout pour un être une "référence" si tant est qu'il ne le soit déjà...

@pascalbulroland

Il l’est c’est sûr. À mon avis, le titre de joueur de l'année lui temps les bras, surtout s’il fait un match similaire (si victoire au bout évidemment) en finale

La poésie, encore un point commun avec notre deuxième ligne mythique Pascal Papet.

  • breiz93
    47116 points
  • il y a 1 mois
@Trainduc

Tu oublies Olivier Merle, l'homme et demi, ...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Transferts