Ecrit par vous !
Champions Cup. Une finale Toulouse/La Rochelle aux relents de Top 14 qui en appelle d'autres ?
Toulouse vs La Rochelle, c'est l'affiche de la finale de la Champions Cup.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien
La finale 2021 de la Champions Cup opposera le Stade Toulousain au Stade Rochelais. Le spectacle sera-t-il au rendez-vous ?

Une finale de coupe d’Europe entre deux clubs français est-ce que ça vaut la même chose qu’une rencontre ultime face au Saracens, au Leinster, à Exeter ou au Munster ? Certains diront que poser la question, c'est déjà y répondre. D’autres diront qu’un titre, c'est un titre et que la coupe au bout a la même saveur quel que soit l’adversaire. Pourtant, dans mes souvenirs, je me rappelle des finales de Champions Cup franco-françaises (Toulouse-Perpignan 2003, Toulouse-Stade Français 2005, Toulouse-Biarritz 2010, Toulouse-Clermont 2013 et 2015) qui n’étaient pas vraiment des sommets du jeu et qui avaient toutes de vieux relents de Top 14, où l’important est surtout de ne pas perdre. Le jeu est enfoui bien profond, sous la stratégie de jeu la plus minimaliste, là où la prise de risque est réduite à la portion congrue et le buteur reste la pièce essentielle de ce jeu d'échecs.

La défense est une toile d’araignée où viennent s’enferrer les rares attaques, jeu d’usure où chacun cherche à provoquer la faute de l’autre. Les plus disciplinés sont souvent les gagnants, même s’ils ne sont pas les plus forts physiquement. Mais les deux font souvent la paire comme on a encore pu le voir ce week-end. Les surprises sont rares à ce niveau. Le projet de jeu est réduit à sa plus simple expression. En gros, pas de fautes et on joue chez eux, point final. J’en veux pour preuve TOUTES les finales du Top 14 depuis la symphonie Toulouse-Toulon de 1985, rien ou presque, des menuets qui n’enchantent que les vainqueurs et laissent le goût de l’amertume dans les bières et les souvenirs embrumés de tous les autres. Je reconnais toutefois que le Racing 92-Toulon joué à Barcelone m’a laissé un joli "memory" : l’essai de Rokocoko et les dernières mêlées emmêlées, là où Toto Travers a embrouillé Laporte à l’insu de son plein gré.

Toulouse n’a gagné qu’un seul de ses titres contre un club étranger : en 1996 contre Cardiff, les 3 autres l’ont été contre des clubs français et ils ont perdu deux finales contre les Wasps en 2004 et la fameuse bourde de Poitrenaud, puis contre le Munster en 2008. Si on compare avec les Saracens, la grosse équipe européenne de ces dernières années, on se rend compte que les Anglais ont battu deux clubs français (Racing et ASM) et le Leinster. Ce qui donne à mon sens une autre envergure à leur palmarès. D’ailleurs cette finale La Rochelle/Toulouse augure-t-elle d’une hégémonie du Top 14 sur le rugby européen et de la suprématie tricolore sur celui des nations de l’hémisphère nord ? Rien n’est moins sûr. Si on se reporte en arrière, entre 2010 et 2020, les heures sombres et perdantes des coqs bleus pâles, on se rend compte que la France a remporté 4 titres par Toulon trois fois et Toulouse une fois. Qu’elle a été finaliste sept fois : trois fois le Racing, trois fois Clermont et une fois Biarritz. Pourtant, au niveau international on a été laminé par les Blacks en coupe du monde 2015 et que nous n’avons plus jamais remporté le Tournoi depuis plus de dix ans.

Même si à la différence des années passées, les joueurs dominants sont un peu plus Français que les éternels Wilkinson, Botha, Fernandez Llobe, Giteau, Rossouw, etc… Toulouse peut présenter sa tête de gondole mondiale, Antoine Dupont, mais aussi, Julien Marchand, Cyril Baille, Romain Ntamack ou François Cros pour ne citer que les internationaux. La Rochelle possède aussi dans ses rangs des Bleus tels que Atonio, Bourgarit, Aldritt ou Dulin… On se rend compte que l’étranger n’est plus la panacée universelle, il est plus ciblé. Kaino, Kolbe, Akhi au stade, Skelton, Vito, Kerr-Barlow chez les Maritimes, il doit être une plus-value sinon retour à l’envoyeur. Quoi qu’il en soit, le champion d’Europe sera Français cette année et le vainqueur pourra ajouter une étoile sur son maillot, une première pour les Rochelais, une cinquième pour les Toulousains. Que le meilleur gagne (ou celui qui fera le moins de fautes…).


Pierre Navarron, 57 ans, travaille dans le consulting après avoir longuement exercé dans le domaine de l'assurance et de la gestion de patrimoine. Parallèlement à cette vie professionnelle, en 2005 il est devenu éducateur en cadet puis dirigeant à l'association Aviron Bayonnais. Il s'occupe plus particulièrement de l'équipe espoirs depuis 2014. Auparavant, presque dans une autre vie, il a été joueur, forcément dans son club de coeur, l'Aviron Bayonnais (1973-1987), puis à l'US Mouguerre (1987-1994) et au Boucau-Tarnos Stade (1994-1996).

"J'aime raconter le rugby, celui que j'ai connu, celui que j'imagine et celui que l'on voit.J'aime les histoires que ce ballon ovale nous donne avec ses rebonds de traviole, ses rires, ses chants et son folklore qui n'appartient qu'à lui et qu'on a tous dans le cœur.Je pourrai vous narrer les envolées de ces grands joueurs que j'ai croisé sur un terrain, comme toutes celles de tous ces anonymes, juste connu dans leurs villages, mais qui faisaient chanter la gonfle comme personne, je pourrai vous confier les débuts de ces rugbymen du top 14 d'aujourd'hui qui portaient déjà les espoirs, devenus nos certitudes contemporaines et qu'ils nous montrent, dorénavant, chaque week-end...Peut-être qu'un jour j'écrirai tout cela..."
Pierre Navarron
Pierre Navarron
Cet article est rédigé par Pierre Navarron, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Nous aurons du jeu car les deux équipes jouent à la Nz, pragmatiques quand il le faut mais sans pour autant laisser passer une bonne action d'essai !

Avoir une finale franco-française n'est que bénéfique pour le rugby français, et les joueurs ne la joueront pas comme un match de Top 14.
Le quota de Jiff a aussi poussé les jeunes français et a permis de les responsabiliser très tôt. Si tout va bien, on retrouvera sur le terrain Baille, Marchand, Aldritt, Cros, Dupont, Ntamack et Dulin, soit quasiment la moitié du XV titulaire français, ainsi que Bourgarit, Atonio, peut-être Ramos qui sont dans le groupe France, et Lebel, qui tape à la porte. Cet affrontement ne peut être que bénéfique pour notre équipe de France et il faut nous en réjouir.
D'ailleurs, si on enlève 2013, où Toulon était emmené par quasi que des étrangers, après chaque finale franco-française en coupe d'europe (2003, 2005 et 2010) on a eu:
- un grand chelem français en 2004
- Doublé français dans le 6 nations en 2006 et 2007
- Grand chelem en 2010 et finale de la CDM en 2011.
Il y a forcément un peu de hasard, mais avoir 2 clubs français en haut de l'affiche européenne ne peut être que du bonus pour le XV de France

  • Iyhel
    24156 points
  • il y a 4 jours

J’avoue avoir du mal à saisir l’angle de l’article.
Pour ce qui est du jeu, surprise (non), c’est pas du Super Rugby. Et mettre sur le dos du Top14 la qualité des finales jouées par le Munster, pour ne citer que le pire du pire…
Et sous-entendre qu’on n’a pas eu de belles finales depuis 85, à part jouer au vieux c**, non, vraiment, je saisis pas.

Et pourquoi faudrait-il s’attrister que deux clubs français se retrouvent en finale ? Si la finale avait été Leinster-Exeter, on aurait eu droit à un bel article sur les carences (fantasmées ou bien réelles) du rugby français ? Fallait leur dire il y a un mois : s’il vous plaît messieurs du top14, arrangez-vous pour perdre un peu, laissez une place en finale à un club irlandais ou anglais, merci.

D’ailleurs on devrait appliquer ça à la coupe du monde, garantir une place pour une équipe du 6 Nations en finales sinon c’est pas assez cosmopolite, hein.

je vois pas en quoi le fait de rencontrer des francais en finale enleverait de "l'envergure" au gagnant si il est francais mais lui en donnerait s'il est anglais.


La saveur de la finale est differente certes mais les etapes pour s'y hisser n'ont pas eté moindres, pas plus qu'elles n'ont ete affectées par la nationalité du futur dernier adversaire

  • Amateur
    4552 points
  • il y a 5 jours

Ça ne sent pas bon, les relents ! 😉

Je pense qu'il faut séparer deux choses à propos des finales franco-françaises : leur dimension et leur contenu.

Pour ce qui est de leur dimension, je suis entièrement d'accord il manque quelque chose. Cela fait un titre au bout quand même et les années qui passent ne se souviennent que du titre, mais dans l'instant cela manque de panache, de souffle épique. Vouloir conquérir l'Europe et te retrouver en finale contre une équipe de Top14, c'est un peu comme partir en Erasmus en rêvant de vivre "l'Auberge espagnole" pour finalement te retrouver en collocation avec tes 3 amis que tu connais depuis la maternelle... ok tu es bien en train de faire tes études à l'étranger, mais à part la langue parlée et la paella c'est comme si tu faisais tes études à Nanterre. Quand tu penses "Europe", tu penses automatiquement étranger et cela même si certains clubs français sont des monuments européens.
De plus une finale c'est un moment unique, parce que c'est un match couperet qui va décider si tu es génial ou si tu es un loser mais aussi parce que tu ne sais pas quand tu pourrais y revenir. Au début des années 2010 le Stade vient d'enchaîner une finale et un titre européen (2008 et 2010) et trois Brennus (2008, 2011, 2012), tu peux te dire "on va vite y revenir"... et au final tu passes 10 années sans voir une finale européenne. Mais du coup pour ce moment unique tu ne veux pas un club que tu joues 2 à 3 fois par an, tu veux du Leinster, du Munster, de l'Exeter, voir même les tricheurs Sarries, bref des clubs au sommet que tu ne rencontres quasiment jamais (et que tout comme la finale, tu ne reverras peut-être pas pendant plusieurs années).

Pour ce qui est du contenu, je pense que c'est surtout un biais que nous avons. Une finale franco-française nous emballe moins et on s'attend à ce que ce soit terne, donc si elle est terne on en ressort conforté dans notre idée. En effet en 2003 il n'y a pas vraiment eu match (19-0 à la mi-temps, il faut attendre la 70ème pour passer sous les +10) et en 2005 et 2010 c'est super fermé. Mais combien de finales ont réellement été excitantes? La finale 2018 entre le Leinster et le Racing était chiante aussi, le Saracens-Racing de 2016 ou le Toulon-Saracens de 2014 étaient à sens unique.
Les finales sont des finales, la plupart du temps tu es cantonné à deux schémas : les équipes sont proches donc c'est fermé et chiant (sauf si tu aimes l'impact physique), ou c'est déséquilibré donc c'est à sens unique et assez chiant aussi (sauf si tu supportes l'équipe qui roule sur l'autre). On a quoi comme finales européennes vraiment emballantes dans l'histoire de la compétition? Leicester-SF en 2001, Leinster-Northampton en 2011, Exeter-Racing en 2020? Le reste ne casse pas trois pattes à un canard en terme de contenu, c'est sur la dramaturgie que cela peut devenir mémorable mais pas sur le niveau de jeu (coucou Clermont contre Toulon).

Bref un match franco-français en finale ce n'est pas plus ou moins indigeste que les autres affiches, c'est juste l'odeur et le décor du restaurant qui ne sont pas au rendez-vous.

@Team Viscères

Pour le décor du restaurant, heureusement ça sera du 3 étoiles : Twickenham !
C'est finalement une bonne chose que le match ait lieu outre-Manche, ça apporte de l'exotisme, de l'aventure, du mythique. J'en fais trop ? Et bien n'oublions pas aussi l'arbitre qui sera aussi un sujet (peu ou prou) de Sa Gracieuse Majesté !
L'est-y pas belle cette finale ?

@Louis Risque Sa Mitre

Une finale est toujours belle pour ceux qui vont y participer, et pour ceux qui viennent de la gagner.

Et peu importe le contenu, celle-ci aurait été magnifique avec du public. Une année complète sans public te fait encore plus réaliser la chance incroyable que c'est de pouvoir vivre de l'intérieur cette incroyable communion des supporters avant et pendant le match. Avec en cerise sur le gâteau l'explosion finale quand l'histoire tourne en ta faveur...

@Team Viscères

eh Team? tu as vu ça?? https://www.lequipe.fr/Rugby/Actualites/Yannick-jauzion-bascule-en-politique-pour-les-elections-regionales-en-occitanie/1248956

@Gio-nemanquaitpas-d'Aplon

J'ai vu ça ce matin et je ne sais toujours pas quoi en penser. Même si ses intentions sont nobles (en même temps elles ne peuvent qu'être nobles puisqu'elles appartiennent à Jauzion), la politique est un milieu pourri. Bon je préfère quand même le voir dans le clan des islamo-écolo-gauchistes que dans le clan de ceux qui utilisent ces termes...

@Team Viscères

sacré team!! cette capacité à remettre dos à dos les donneurs de leçon...trop fort!! merci!!
le camp de "ceux qui s'engagent à passer du temps pour les autres" (les réunions à n'en plus finir, souvent tard le soir)
vs le camp de "ceux qui critiquent" et qui le soir sont devant la télé à bouffer ce que leur a préparé bobone"
l'étiquette importe peu, surtout au niveau local, où il est question de concret, de choix humains (et la dessus notre héros ne peut nous décevoir...ou alors que le monde brule)
l'engament importe!!
pour ceux que ça intéresse "Le pouvoir de l'engagement" par Goethe

@Team Viscères

dans le camp donc de cohn bendit,Duhamel et lang .
Y'a rien qui te gènes ?

@jaimepaslesendives

Oh attention, il y a eu des pourritures à gauche alors tous les gens de gauches sont pourris, heureusement en face ils sont mieux huons tous les islamo-gauchistes ensemble!

Tu aurais pu t'appliquer et faire plus réfléchi, comme citer Staline les morts en URRS.

@Team Viscères

Les endives seraient ainsi un légume de gauche ?

@MARCFANXV

Ça dépend, ce sont des islamo-endives ou des endives-patriotes?

  • oc
    4353 points
  • il y a 4 jours
@MARCFANXV

Il en existe aussi des dyslexiques !

Après je connais aussi des légumes conservateurs ,
mais les primeurs les supplantent .

@oc

Et les légumes verts ? Sont-ce les plus écolos ?

@MARCFANXV

légumes verts ou les légumes repeints en vert?

  • oc
    4353 points
  • il y a 4 jours
@MARCFANXV

ils végètent trop souvent hors_sol !

@oc

ou en serrekosy..pour un meilleur rendement??

  • CEVEN
    180718 points
  • il y a 4 jours
@jaimepaslesendives

Les personnes citées sont en quelle position sur la liste de C.DELGA ?

Sinon, là où ya de la gène, ya plus d'plaisir; c'est ça ?

  • CEVEN
    180718 points
  • il y a 5 jours
@Gio-nemanquaitpas-d'Aplon

Il va donc faire face au fils (et sa liste) du "gitan" ....

@Team Viscères

Quant tes potes de maternelles ont éliminé le leinster et autres monstres, ils peuvent tenir leur place en finale
Bon match!!

@Ecolorado Rafting

Ils peuvent totalement tenir la place. Mais cela ne change rien au fait que tu te serais plus vu en coloc avec de jolies espagnoles, italiennes ou suédoises.

En tout cas c'est les 2 équipes Françaises qui proposent le plus beau jeu! Supporter du Lou, j'aimerais que mon équipe se rapproche de ce niveau là!
La motivation et l'intensité y sera c'est sûr! de nombreux essais , ça l'est moins!

@Ecolorado Rafting

Pas que française, Européenne même

Derniers articles

Sponsorisé News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
Vidéos
News
Vidéos
News
Vidéos
News