Champions Cup - Les Saracens n’ont pas dit leur dernier mot avant la relégation
Les Saracens rêvent d'un dernier titre européen avant leur descente.

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Venus à bout des irlandais du Leinster, les Saracens se déplaceront ce week-end en France pour défier le Racing 92. Le dernier déplacement européen avant au moins deux ans pour les anglais.

Les champions d’Europe en titre le savent, cette campagne européenne est la dernière avant un bon moment. Voilà peut-être où ils sont allés puiser leur force ces dernières semaines. Condamnés à la deuxième division depuis janvier, les Saracens ont vu leur espoir de titre s’envoler après décision administrative. Ils n’ont donc plus qu’un seul objectif en tête : réaliser le doublé en Champions Cup. Et, ils s’en donnent les moyens. 

Samedi dernier contre le Leinster, les Sarries alignaient dans leur XV de départ, 8 joueurs qui étaient déjà dans le XV type lors de la finale remportée en mai 2019 : Mako Vunipola, Jamie George, Maro Itoje, Jackson Wray, Billy Vunipola, Alex Goode, Sean Maitland et Brad Barritt. Et ce, même avec une relégation dans les pattes. Vincent Koch et Richard Wigglesworth sont eux passés de remplaçants à titulaires, tandis que Richard Barrington était lui toujours sur le banc. Sans compter la pièce maitresse Owen Farrell, présent, mais en tribune car suspendu. 

TRANSFERT - Farrell, Vunipola, Kruis : que deviennent les Saracens ?TRANSFERT - Farrell, Vunipola, Kruis : que deviennent les Saracens ?

Peu de changements dans l’effectif, de la continuité malgré le séisme, c’est peut-être le secret pour aller contrarier les plans de Laurent Travers et ses hommes sur la pelouse de la U Arena. Les Anglais auront à coeur de soigner leur sortie et les Racingmen pourraient bien en faire les frais. 

Quel bilan depuis la reprise ? 

Depuis la reprise, les Sarries ont économisé leurs cadres sûrement comme ils le feront la saison prochaine. Les Saracens ont disputé 7 rencontres depuis le retour de la Premiership (4 victoires et 3 défaites). À 3 reprises, seulement 1, 2 ou 3 joueurs du XV type aligné en quart de finale étaient présents (banc compris). Contre Gloucester, seuls Elliot Daly, Mako Vunipola et Tim Swinson étaient la. Contre les Sale Sharks, c’était juste Mako et Duncan Taylor. Et enfin, contre Exeter, seul Mako était titularisé. 

Les internationaux et patrons de l’équipe devraient être ménagés tout au long de la saison qui arrive (et qui débutera en novembre), pour permettre l’incorporation des jeunes pousses anglaises. Mais également pour assurer une certaine fraicheur en vue de la tournée des Lions, à ceux qui seront éligibles. Les Sarries compteront donc sur leur (très bon) centre de formation. 

Rappelons que lors de leur dernière rencontre de Premiership, les Saracens avait disposé 40 à 17 de l’équipe d’Exeter, l’autre demi-finaliste de cette Champions Cup ! 

Angleterre - On ne va pas se mentir, les Saracens vont rouler sur la deuxième divisionAngleterre - On ne va pas se mentir, les Saracens vont rouler sur la deuxième division

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • SaintJu
    1955 points
  • il y a 1 mois

Discredit complet sur instances dirigeantes !
Saracens ici Laporte ailleurs, quelque chose de moisi en Ovalie !

  • Manu
    9386 points
  • il y a 1 mois

La règle veut que le vainqueur de la Coupe d'Europe soit automatiquement qualifié pour la compétition européenne l'année suivante si dans son championnat domestique son classement ne lui permet pas d'être qualifié. Si son classement le qualifie, cela dégage une place supplémentaire pour une équipe de son championnat.

Donc, en théorie, si les Sarries sortent vainqueurs de cette édition 2019-20, ils pourraient jouer la suivante qui commencera en décembre si je ne m'abuse, tout en jouant le championnat anglais de 2ème division ...

@Manu

non la coupe d'europe a déjà prévu de ne pas les inscrire si d'aventure ils devenaient champion d'europe . Par contre ça pourrait peut être qualifier un anglais de plus

@Rchyères

precision importante car je pensais comme @Manu que les Sarries avaient encore une chance de jouer la couple d'Europe l'an prochain

  • vevere
    52454 points
  • il y a 1 mois

"Les Saracens (avec une équipe payée au delà du Salary Cap) va essayer (en trichant) de gagner un nouveau titre..." Ça serait pas plus "juste" comme titre de l'article? 😄 😄 😄

@vevere

tu es médisant. C'était juste juste une erreur de compta. De l'optimisation fiscale tout au plus! 😉

  • vevere
    52454 points
  • il y a 4 semaines
@Le Haut Landais

👏👏👏🥳🥳🥳

Il est revenu le temps des Sarries...
Alors, maintenant qu'ils sont la et bien la, méfions nous de la loi des Sarries !

Encore une fois, je ne comprends pas que les Sarries soient encore autorisés à disputer la CE.
Certes, le salary-cap ne concerne que les championnats domestiques, mais dans la mesure où ce sont eux qui donnent accès à la compétition, y parvenir en trichant devrait annuler tout ce qui en découle.
Et imaginez qu'ils soient sacrés, on aurait un club ouvertement tricheur chez lui, mais roi de l'Europe hors de ses frontières? Sans déc'?

@lebonbernieCGunther

S'il fallait respecter le salary cap pour jouer en coupe d'europe y aurait pas beaucoup de clubs du top 14 qualifiés

@Rchyères

Bien sûr, mais commençons déjà par ceux qui se sont faits gauler. Tu crois pas?

  • RRO
    4261 points
  • il y a 1 mois
@lebonbernieCGunther

On a dit qu'on ne parlait pas de l'OM ! 😉

@lebonbernieCGunther

Sur le fond c'est une évidence qu'ils ne devraient plus être là.
Sur la forme tant que les Anglais ne leur retirent pas leurs titres et leurs classements des années précédentes, l'EPCR ne peut rien faire : ceux qui finissent dans les 6 sont qualifiés et officiellement les Sarries étaient dans les 6 tous les ans. C'est aussi pour cela que les Sarries ont accepté la sanction "lourde", en acceptant la rétrogradation ils évitaient que les recherches aillent plus loin dans le temps (ils ne sont punis que pour les saisons 2017 à 2019) et plus loin dans les sanctions ... comme une perte de leurs titres en championnat qui aurait pu aussi mener à la perte des titres européens.

Tout le monde parle d'une sanction exemplaire, perso je ne suis toujours pas convaincu qu'une année en deuxième division contre 3 coupes d'Europes et 4 championnats sur les 5 dernières saisons soit un si mauvais deal et que quiconque le regrette au club.
Et il ne faut pas oublier que sans la fronde des autres clubs anglais couplée à un non respect des engagements pris lors de la première sanction, les Sarries s'en tiraient avec 35 points de retrait (avec cette sanction, actuellement ils seraient encore sauvés à 2 journées de la fin et c'est Leicester qui descendrait...).

@Team Viscères

Et puis le covid tombe la bonne année pour eux : financièrement un an en deuxième division ça plombe. Mais quand de toute façon en première division tu aurais également joué à huit clos ça permet de relativiser.

@Les Courses En Travers

Ils perdent déjà entre 3 et 5 millions d'euros par saison et ont un déficit autour de 50 millions d'euros (avant l'amende pour fraude), je pense qu'arrivé à ce point-là on peut se dire qu'ils s'en tamponnent des pertes. Jusqu'à quand est une autre question car Nigel Wray est richissime mais ce n'est pas non plus un Altrad, avec une fortune entre 300 et 400 millions il y a un moment où il ne va plus pouvoir assurer le coup.

C'est l'autre point qui me débecte vis-à-vis des Sarries, chez nous ils auraient été liquidés et reversées en Fédérale depuis plus de 10 ans. Leur équipe est magnifique sur le terrain mais c'est une équipe à crédit, avec leurs pertes cumulées tu fais tourner deux grosses écuries de Top 14 sur une saison. Dire qu'à l'époque les Anglais pleurnichaient sur Toulon qui faussait le jeu...

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News
News
News
News