Castres Olympique
Découvrez le Castres Olympique sous tous les angles, ses caractéristiques et ses secrets: Plus rien ne vous échappera sur Castres
Nom : Castres Olympique (CO)
Championnat actuel : Top 14
Les couleurs : Bleu et blanc
Année de fondation : 1906
Stade : Pierre Antoine (11 500 places)
Président : Jean-Philippe Swiadek
Entraîneurs : Matthias Rolland (manager), Serge Milhas (avants), David Darricarrère (arrières)
Le palmarès et le parcours sportif de Castres :
Castres Olympique  Championnat de France : 4 (1949, 1950, 1993, 2013)

Le Rugby à Castres est apparu officiellement en 1906, date de la création de la section Rugby dans le club omnisport Sud-Tarnais. Ce sont des anciens élèves du collège de Castres (aujourd’hui nommé Collège Jean Jaurès) qui eurent l’idée de faire vivre la balle ovale dans la cité Castraise.

Les débuts du club furent particulièrement difficiles notamment en raison des deux guerres mondiales qui vont véritablement amputer les effectifs du rugby castrais alors même que la ville jouissait d’une forte croissance due à un socle industriel puissant dont le textile se révélait être le fer de lance. Mais le CO allait relever la tête en 1949 et 1950 où le Capitaine Pierre Antoine se payait le luxe de soulever deux boucliers de Brennus en gagnant contre le Stade Montois (14 à 3) et le Racing (11 à 8) l’année suivante. Puis une longue période de disette commence pour le club Castrais.

Mais un fait marquant intervient en 1988 avec l’arrivée d’un mécène que l’on attendait plus. Alors en deuxième division, Pierre Fabre, castrais d’origine décide de devenir propriétaire du club. 30 ans après avoir créé les Laboratoires Pierre Fabre dans sa ville natale, il est l’homme le plus riche de Midi-Pyrénées et ne compte pas les dépenses pour aider un sport qu’il chérit. A l’heure où le rugby n’était pas encore professionnel, le mécène Fabre employait de nombreux joueurs pour constituer une équipe prête à gagner le titre de 2ème division (1989) et s’installer comme un outsider de l’élite Française. Fabre confie la présidence du club à Pierre-Yves Revol dès 1989 et construit un véritable projet sportif qui mène les Castrais à un titre historique en 1993 gagné contre Grenoble (14-11). Le CO perdra une seule finale deux ans plus tard contre le Stade Toulousain.

Les années 2000 furent synonymes de résultats très variables, frôlant parfois la relégation, le club de Pierre Fabre fut également capable de se qualifier pour la prestigieuse H-Cup. Le CO remporte toutefois le modeste Bouclier Européen en 2003 et s'est aujourd'hui stabilisé dans le haut du classement de l'élite rugbystique française, avec notamment leur demi-finale lors de la saison 2011-2012.

La saison suivante est celle de tous les exploits pour le CO qui décroche à la surprise générale le quatrième bouclier de Brennus de son histoire. Les Tarnais s'imposent au stade de France face au RC Toulon, emmenés par un Rory Kockott de gala. Mais le club perd à l'intersaison plusieurs cadres (Andreu, Tekori...) en plus de son duo d'entraîneur, Labit et Travers. Qualifié in extremis en barrage lors de la saison suivante, le CO réalise l'exploit de dominer des Clermontois qui étaient invaincus depuis 77 matches sur leur pelouse. Avant de dominer Montpellier après prolongation en demi-finale, grâce à un drop de Seremaïa Baï. En finale, pour le remix de celle de 2013, les Castrais sont opposés au RC Toulon, qui pour la dernière de Jonny Wilkinson, va s'adjuger le brennus. Le CO ne sera quand même pas passé loin de conserver son titre.

La petite histoire du Castres Olympique
L’histoire du CO ne peut être contée sans évoquer les drames qui ont émaillés les années fastes de ce club. Les lendemains des titres de 1949 et 1950 furent difficiles quand la ville de Castres découvre avec stupéfaction la mort de Jean-Pierre Antoine, illustre capitaine des 2 titres, qui s’écroula sous la douche le 30 septembre 1956, après un match de rugby contre Montréjeau, à tout juste 31 ans. Le stade du CO a été baptisé Pierre Antoine en l’honneur de l’ancien capitaine

Si le Castres Olympique fut champion en 1993, c’est en grande partie grâce à Francis Rui, auteur d’un drop victorieux en finale ponctuant une saison extraordinaire pour le demi-d’ouverture. Celui que l’on surnommait Monsieur Drop dans le Tarn a connu une fin tragique un soir de 2001 puisqu’il est décédé dans un accident de la route à St-Félix de Lauraguais. La tribune d’honneur du stade Pierre Antoine porte désormais son nom.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • l'irlandais
  • il y a 12 ans

le seul sport etude du coin ces jolimont a toulouse qui est tres reputer a castre il ni a que le centre de formation qui et a partir de crabos il me semble

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos