Après la révélation des tweets racistes, le rugby argentin plus que jamais dans la tourmente
Le désormais ex-capitaine des Pumas Pablo Matera dans l’œil du cyclone.
Après la révélation de tweets racistes datant de 2012, écrits par les Pumas Matera, Petti et Socino, le rugby argentin traverse une grave tempête.

C’est une nouvelle dont se serait bien passé le microcosme du rugby argentin. Quinze jours après la victoire historique face aux All-Blacks, encensés dans le monde entier pour leurs vertus de solidarité entrevues, la chute a été brutale pour des Pumas plus que jamais dans la tourmente. Déjà, car balayés par ces mêmes adversaires (38-0), les hommes de Mario Ledesma ont définitivement dit adieu à leurs maigres espoirs de victoire finale à l’issue du Rugby Championship 2020. Surtout, la bande de Pablo Matera a été au cœur d’une polémique grandissante en Argentine. Dans une semaine de deuil national marquée par la mort de l’icône d’un pays, l’ex-footballeur Diego Maradona, les Pumas ont été vivement critiqués par les observateurs de la sélection nationale. La cause ? Un hommage jugé trop « tiède », sobre, loin de la passion que pouvait déchaîner « el Pibe de Oro ». L’aubaine était alors trop belle pour relancer la vive polémique qui frappe le pays entre la classe populaire plutôt destinée au foot et les élitistes qui se dirigent en majorité vers le ballon ovale.

Le contingent argentin se charge alors de s’excuser illico presto. Un répit de courte durée. Quelques heures plus tard, voici de nouveau les Pumas dans l’œil du cyclone. Les premières informations sont tombées dans la soirée de lundi. Des tweets xénophobes, misogynes datant majoritairement de 2011 et 2012 ressortent alors du placard. Les auteurs de ces derniers ? Ni plus ni moins que l’actuel capitaine de la sélection et joueur du Stade Français Pablo Matera, le deuxième-ligne de l’UBB Guido Petti et le joueur des Jaguares Santiago Socino. La nouvelle prend alors de l’ampleur, et s’étend au-delà du pays latino-américain. Le monde du rugby s’accapare cette histoire. Des propos qui provoquent un tollé tant sur les réseaux sociaux que sur les différents sites locaux. Matera ne tardera pas à réagir et à se confondre en excuses : « Je suis désolé pour toutes les personnes qui ont été offensées par les horreurs que j’ai écrites. Je dois aujourd’hui assumer la responsabilité de ce que j’ai écrit il y a neuf ans. Je veux également présenter mes excuses à mon équipe et à ma famille pour ce qu’ils vivent du fait de mes actes. » La Fédération Argentine de Rugby se montre quant à elle intransigeante. Elle suspend ses trois joueurs de la sélection nationale et retire donc par la même occasion le brassard de capitaine au troisième ligne.

Une affaire qui a du mal à passer. Et pour cause, le rugby argentin traverse aujourd’hui des heures sombres. Souvent stigmatisé comme étant une pratique réservée aux classes les plus riches, aux antipodes du foot symbole du peuple, le rugby est la cible de vives critiques en Argentine. En février dernier, le meurtre de Fernando Baez, jeune homme de 18 ans émeut le pays. Alors qu’il sort de boîte de nuit, l’adolescent est pris à partie par un groupe de rugbymen, licenciés au Club Nautico Arsenal, avec qui il avait déjà subi un différent à l’intérieur de l’établissement. La rixe dégénère alors et tourne au drame, puisque passé à tabac par les huit protagonistes, Fernando Baez décèdera à la suite des coups reçus. La presse locale s’empare alors de l’affaire sous fond de discrimination sociale. Les rugbymen auraient déclaré « on va te tuer, racaille de merde ».

Le Rugbynistère a besoin de vous

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !
Louis Bareyt
Louis Bareyt
Cet article est rédigé par Louis Bareyt, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Il y a deux choses qui me dérangent dans cet article

Le droit à l'erreur ne fait plus partie de notre société, tout est tracé, pisté et fiché. Je ne cherche pas à excuser leurs actes mais juste à rappeler que les gens peuvent changer...

Le "dieu" Maradona vénéré est aussi un gars au coeur de divers scandales de drogues et de finances illégales

@allélégros

C'est donc le sujet et la polémique qui te dérange non pas l'article qui je trouve est bien écrit.

@allélégros

Je n'ai pas l'impression qu Maradona ait moralement beaucoup changé au cours des années...

  • Yonolan
    115729 points
  • il y a 5 mois
@allélégros

Je vais reposter ma première réaction sur ce sujet car je trouve que le droit à l'erreur est quand même soumis à caution les concernant ( et désolé pour ceux qui ont déjà lu)

Moi ce qui m’étonne c’est que si il s’agissait d’erreurs de jeunesse, depuis 9 ans , ces braves gens ne se soient pas excusés si ils avaient vraiment changé en faisant amende honorable sur les mêmes réseaux .

Parce que quand vous avez prononcé de telles infamies, et que vous vous rendez compte de leur ignominie, bien sur que vous avez envie de montrer que vous n’êtes plus le même homme et que vous n’avez plus envie d’être associé à ces mots glaçants

Là j’aurai pu croire effectivement à des erreurs de jeunesse avec un vrai changement

Bien sur on peut changer

On a enterré il y a peu Daniel Cordier grand résistant et secrétaire de Jean Moulin

Il fut un antisémite dur de l'extrême-droite avant de rejoindre la résistance
Obligé de cacher un Juif chez lui pour une nuit il expliqua :

"Je me disais mais c'est curieux quand même parce que cet homme, il ressemble à tous les autres et au fond, pourquoi je ne veux pas des Juifs ? C'est probablement la première fois que je me suis interrogé sur quelqu'un. Cet homme est traqué, il est recherché par la police et je suis obligé moralement de le prendre avec moi. ce n'est pas un choix, peut-être que j'ai le choix avec les Américains, mais je n'en ai pas avec les Juifs. Mais j'étais toujours antisémite, ça n'a rien changé. Il faut dire la vérité et ne pas reconstruire le passé. Face à cet homme je me sentais coupable mais ça ne changeait pas mes opinions quant à ma condamnation de sa race."

Daniel Cordier raconte que la première fois qu'il a vu un homme portant une étoile jaune à Paris, c'était en mars 1943 : "En vrai, vous n'imaginez pas ce que c'est." Et il poursuit , "avoir été antisémite, avoir été contre cette race, tout d'un coup j'ai eu le sentiment que c'était un crime, que c'était quelque chose d'inacceptable."

Il n’a pas eu besoin que des faits ou des reproches ressurgissent pour dire et témoigner de ses errements, alors qu’il était considéré comme un héros et que vu ses actes tout le monde aurait enterré ce passé en le considérant justement comme une erreur de jeunesse

Alors désolé mais je ne pense pas que ces 3 là méritent notre indulgence

S’excuser parce que vous êtes pris ou même aller jusqu’à effacer ces mots quand les choses se savent au vous rend encore plus petit au final

Et que penser de celui qui a osé dire que quand il a posté ces immondices il ne savait pas qu'il allait être connu un jour ...?

La sincérité du repenti en prend un sacré coup non ?

@Yonolan

S'ils ont changé, il ne se souvenait donc peut être pas de tweet datant de 9 ans non ?

Comment tu peux les condamner alors que tu ne les connais pas ?

Je ne me souviens pas de tous les propos que j'ai tenu ces 10 dernières années et peut être que dans certains d'entre eux que j'ai oublié je suis coupable mais ces propos se sont effacés avec le temps et ma maturité me permet maintenant de me tromper moins souvent.

S'ils savaient qu'ils allaient être connus, ils auraient effacé ces tweets et nous ne serions pas là à en discuter.
S'ils étaient racistes, misogynes etc, ils auraient essayé de se justifier comme l'a fait Folau.

Ils regrettent, pas que ces tweet réapparaissent mais leur propos. Ils vont être sanctionné et le sont déjà. Ils se sont excusé et n'ont pas depuis tenu ou été comme ceux qu'ils étaient il y a 9 ans.
Nous pouvons donc croire à leur changement car c'est ce que montre les faits ? Et puis la justice sanctionne pour réinsérer les citoyens dans la société non ?

Si on laissait les jugements aux juges et que nous gardions pour nous la morale, on pourrait peut être condamner leurs propos et essayer de savoir s'ils ont changé ?

  • Yonolan
    115729 points
  • il y a 5 mois
@coupdecasque

Qu'on ne se souvienne pas de tout ce que l'on a dit c'est normal
Mais qu'on ne se souvienne pas , surtout si on a changé, de telles abominations et de l'idéologie qu'elles sous-tendent me parait assez inconcevable non ?

Et si on a changé , et bien cela doit venir vous chatouiller de temps en temps d'avoir pu penser et dire de telles choses ? et on a juste envie de faire son mea culpa
Et quand on a rendu publiques de telles déclarations, il me semble qu'on a envie de de dire qu'on n'est plus dans ce registre là ?
Et dire qu'on regrette quand le scandale éclate, alors qu'on avait largement l'occasion de le faire avant ne me semble pas concluant ni probant mais juste opportuniste
Et comme le signale le midol " selon la presse argentine, en 2015 quand Matera signa son premier contrat fédéral avant d'intégrer durablement les Pumas puis d'en devenir le capitaine, une enquête interne aurait été ouverte concernant le joueur. Si elle n'avait pas été suivie de sanctions, une clause aurait toutefois été intégrée à son contrat, précisant « le comportement qu'exige le fait de représenter sa sélection. "
Visiblement une idéologie qui a un peu duré non ?
Et si j'ai évoqué Daniel Cordier , c'est justement pour son attitude de repenti sans que rien ne l'y oblige et que personne ne lui demande de se justifier ; et le fait de témoigner pour que les autres comprennent
Là il y a de la sincérité

@Yonolan

"Visiblement une idéologie qui a un peu duré non ?" Tu penses donc que la fédé a protégé son joueur ?

Je suis pas convaincu de faire une polémique sortie de nul part en disant "il y a 10 ans j'ai fais des tweets racistes".

Justin Trudo l'avait fait en disant qu'il avait fait un blackface 20 ans avant je ne pense pas que ça permette de dire que quelqu'un n'est pas raciste.

C'est justement la question de savoir s'il l'est aujourd'hui encore, je crois d'une part à la deuxième chance et de l'autre à la résilience. Nous verrons n'est-ce pas ?

"Les tweets dégoûtants qu'ils ont écrits il y a neuf ans ne les représentent pas du tout"
Je vais donc faire plaisir à notre troll qui voit du point Godwin partout :
En 1924 Hitler commençait à écrire Mein Kampf; en 1933, donc 9 ans après il prenait le pouvoir avec la politique que l'on connait.
Il semblerait donc que 9 ans ne soient pas une totale garantie que les répugnants changent du tout au tout.

  • Lenahic
    2305 points
  • il y a 5 mois
@lelinzhou

C'est pas parce qu'un homme politique allemand des années 30 n'a pas pu faire ce travail d'évoluer que les autres ne sont pas capables de le faire.

@Lenahic

Que non pas, ce serait tout aussi idiot que de présumer que neufs ans changent toujours radicalement et automatiquement les idées (?) de quelqu'un.

@lelinzhou

Sauf qu'Hitler avait 35 en 1924...sachant qu'à 30 ans le cerveau humain atteint sa maturité...
Rien n'excuse les propos des joueurs argentins...ils sont condamnables et doivent être sanctionnés
Mais qui sommes nous pour les juger..??
On peut exprimer son dégoût , sa colère envers une fédération qui a fermé les yeux ( comment peut-on ignorer de tels propos.? Surtout sur les réseaux sociaux ) ,mais juger sans connaitre le contexte , sans avoir tenants et aboutissants ne nous fait pas honneur non plus...

  • Yonolan
    115729 points
  • il y a 5 mois
@pascalbulroland

La fédération argentine n'a pas fermé les yeux mais n'a pas non plus vraiment tapé sur la table...
" selon la presse argentine, en 2015 quand Matera signa son premier contrat fédéral avant d'intégrer durablement les Pumas puis d'en devenir le capitaine, une enquête interne aurait été ouverte concernant le joueur. Si elle n'avait pas été suivie de sanctions, une clause aurait toutefois été intégrée à son contrat, précisant « le comportement qu'exige le fait de représenter sa sélection. "
Donc pas de vagues , on oublie et on se tient à carreau à compter de maintenant
Beaucoup de fédérations auraient surement pris la même attitude que certains peuvent qualifier d'hypocrite ..
On se souvient de l'attitude de la fédération australienne lors du premier dérapage de Folau
Pour ma part je trouve très commode de penser à des erreurs de jeunesse qui seraient loin
Rien ne le prouve comme le rappelle @lelinzhou et surtout pas des repentis dans de telles conditions
Mais c'est surement la seule argumentation possible à la fois pour les joueurs incriminés et ..pour les clubs qui les emploient

@pascalbulroland

Je ne juge pas, je présume : des gens qui ont attendu d'être pris les doigts dans la confiture pour dire qu'ils regrettent les excréments qu'il ont balancés publiquement ont peut-être bien changé mais ne me semblent pas vraiment bourrelés de remords...
Quant aux tenants et aboutissants ? Personne ne les a forcés à s'exprimer, ils l'ont fait librement de leur propre initiative.

@lelinzhou

Voilà merci Zouzou, là on a une illustration du (trop) fameux point Godwin.

Derniers articles

Ecrit par vous !
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Vidéos
News
Vidéos
Vidéos
Vidéos