Terres en Mêlées à la conquête du rugby africain

Le Rugbynistère a besoin de vous

Merci pour votre soutien !
Terres en Mêlées à la conquête du rugby africain
Terres en Mêlées à la conquête du rugby africain

Un mot et un seul résume l'était d'esprit de ces jeunes passionnés de rugby : FADA. Les créateurs de l’association « Terres en Mêlées » ont choisi ce mot car ils se lancent dans des projets un peu fou, mais aussi et surtout parce que Fada signifie « Equipe » en Nigérien. Terres en Mêlées est née en juin 2011 à Toulouse, à la croisée des chemins du Rugby et de la coopération internationale. Un projet transversal construit autour des clubs de rugby, de l'éducation par le sport et du voyage solidaire, emmené par une équipe unie autour d'une même cause.


A la base de cette aventure on retrouve deux amis, Aurélien Salord et Pierre Gony, ainsi que Simon Cunnac et Sébastien Bénazet pour un quatuor aux airs de mousquetaires... qui est très vite devenue une très grande équipe de près d'une douzaine de membres hyper actifs. Tous rêvent de rugby, de partage et d'aventures. Une rencontre avec les dirigeants de la fédération du Niger, en voyage dans le Tarn, fut l'étincelle pour les deux hommes qui installaient quelques temps après l'association rue Delpy à Toulouse. Rapidement, ils montent des projets avec le milieu scolaire et des écoles de rugby pour sensibiliser les locaux au rugby sans frontières. Ils récupèrent ainsi quatre sous et du matériel pour l'emmener à des rugbymen marocains.


Pierre Gony, diplômé d'état en rugby, va enfourcher son vélo au départ de Toulouse dans quelques jours pour rejoindre le Maroc et plus spécialement la ville d'Aïn Leuh (Moyen Atlas – 10 000 habitants) : « La graine a germé et me voila enfin prêt à sauter sur mon vélo pour partir retrouver les terres de mes premières amours marocaines. Mais l'idée n'est pas de voyager pour voyager, il s'agit ici et là-bas d'enseigner, de former des enseignants, des éducateurs, d'initier des enfants, de tisser les liens de la coopération. Le jeu est mon passeport, le rugby un pont entre toutes frontières... »


Nous avons interviewé Pierre Gony, l'éducateur itinérant, qui quittera Toulouse le 10 Mars, deux jours après la présentation du projet '(en partenariat avec l'association Mondovélo) à la Maison du Vélo à Toulouse.


Le Rugbynistère : A un mois du départ, comment appréhendes-tu cette aventure ?


Pierre Gony : C'est quelques chose de nouveau pour moi. Je tiens absolument à voyager en vélo ce qui implique une proximité avec les gens et un voyage respectueux des distances... Je suis très heureux de partir dans cette aventure car c'est ma philosophie et mes valeurs. J'associe ici un projet collectif et personnel.



LR : D'où te vient ce côté aventurier ?

PG : Je pense que mes parents m'ont inculqué ce mode de vie. Ils sont partis faire un tour du Monde depuis le mois de Septembre. Ils ont pris leurs vélos dans l'avion en direction de l'Asie. Depuis ils vivent leur aventure en bouleversant leur mode de vie, leur culture et leurs traditions. J'ai déjà de nombreux voyages au compteur et plus particulièrement un séjour en forêt Amazonienne en 2010 au contact d'une tribu indigène. Boulversant!!!

LR : Quel est ton parcours rugbystique ?


PG : J'ai commencé le rugby à l'âge de 5 ans à l'Union, à côté de Toulouse. Quelques bêtises m'ont amenées à quitter mon collège toulousain pour me retrouver en pensionnat à St Sulpice sur Tarn où j'ai rencontré un éducateur du Stade toulousain Samuel Lacombe qui m'a redonné goût au rugby. Il m'a amené dans ses valises au Stade Toulousain où j'ai joué en Espoirs glanant notamment un titre de champion de France en Cadets en 2000 .


J'ai passé mon brevet d'Etat au Stade Toulousain tout en étant éducateur à l'école de rugby. Les jeunes qui avait 12 ans à cette époque sont aujourd'hui éducateurs à leur tour et s'engagent dans l'aventure Terres en Mêlées. C'est à cette époque que j'ai fais mon premier voyage en solitaire au Maroc où j'ai découvert le rugby sans frontières. Ce voyage m'a bouleversé et à mon retour, j'ai préféré me consacrer au monde amateur. Je décide alors de rejoindre la Vallée du Girou pour six belles saisons et des montées en Fédérale 2 et 1.


Parallèlement à mes années de joueur, je suis devenu éducateur socio-sportif au sein de l'association Rebonds! dès 2004 et j'ai ensuite été en 2008 le premier salarié du groupement d'employeurs Rugby et j'ai pu développer des compétences de formateurs au sein du comité départemental de rugby de la Haute-Garonne (grâce à Philippe Lauren qui est cadre technique au comité), des clubs de rugby de la Vallée du Girou et du FCTT. Une aventure exceptionnelle, des rencontres avec des jeunes, des éducateurs, des dirigeants ...


LR : Tu vas d'ailleurs impliqués des jeunes que tu suis depuis des années sur un projet de coopération cet été au Maroc...


PG : Mes années d'éducateurs au sein de ces association m'ont permis de rencontrer des jeunes en insertion qui avaient la gnaque. Ces jeunes ont aujourd'hui entre 16 et 21 ans et sont joueurs et éducateurs dans les clubs de rugby toulousains. Ils me rejoignent au Maroc avec les bénévoles de l'association dans ce projet de Fada !


LR : Que vas-tu faire avant la date du départ ?


PG : Me préparer physiquement ! J'ai arrêté le rugby et je dois retrouver la condition avant de partir, mais je vais également aider mes collègues pour continuer à mobiliser le réseau et les partenaires privés. On cherche encore 5000 € pour mener à bien ce projet.

Max
Max
Cet article est rédigé par Max, un grand merci pour sa contribution ! Vous pouvez proposer des textes de deux manières :
  • Racontez-nous la vie de votre club en devenant référent Rugbynistère pour votre équipe : cliquez ici.
  • Ecrivez sur le sujet de votre choix en devenant contributeur au Rugbynistère, pour ce faire contactez-nous !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
Vidéos
News
News
Jeux
Vidéos
Ecrit par vous !
News
Vidéos
News
News
Vidéos