TOP 5 : ces Springboks qui ont raté leur passage en France

TOP 5 : ces Springboks qui ont raté leur passage en France
Springboks : Willem Alberts joue aujourd'hui au Stade Français.

Jouer sous le maillot des Springboks n'est pas forcément synonyme de réussite au moment de signer en France.

TOP 5 : ces All Blacks qui ont (totalement) raté leur passage en FrancePat Lambie et Jan Serfontein seront-ils des tops, ou des flops ? A l'occasion du match France - Afrique du Sud, retour sur cinq joueurs passés par les Springboks et le Top 14... qui n'ont pas vraiment réussi leur aventure dans l'Hexagone.

  • Jano Vermaak (Stade Toulousain)

Avec Luke Burgess, il incarne les errements du recrutement toulousain pendant de longues saisons… Si aujourd’hui, Antoine Dupont fait le bonheur du club rouge et noir à la mêlée, le poste a longtemps manqué d’un patron suite aux départs du duo Elissalde / Kelleher. International springbok, Jano Vermaak ne s’est jamais vraiment adapté au quadruple champion d’Europe et retournera au pays en 2015, sans laisser beaucoup de regrets.

  • Willem Alberts (Stade Français)

Monstrueux sous le maillot des Springboks, Willem Alberts peine avec celui du Stade Français sur les épaules. Est-ce le poids des blessures, qui ont freiné son intégration dans la capitale ? Seulement huit matchs la première saison, dix-huit la seconde… A ce poste, le champion de France 2015 n’a jamais manqué de talent et ses absences passent presque inaperçues, c’est dire le contraste au vu de son CV ! En 2017/2018, Alberts est parti sur de meilleures bases avec déjà sept titularisations. On se retrouve l’année prochaine pour l’intégrer dans les tops ?

  • Brian Mujati (Racing 92)

On a hésité entre Brian Mujati et Jannie Du Plessis, pas franchement rayonnant depuis son arrivée à Montpellier… On tranche finalement pour Mujati, arrivé au Racing 92 en 2013, auréolé d’une flatteuse réputation. Le joueur né au Zimbabwe ne débarquait pas d’un autre continent puisqu’il a porté (avec brio) le maillot des Northampton Saints durant quatre saisons.Mais ses performances n’ont pas vraiment marqué les supporters, et son départ vers Sale s’est fait dans l’anonymat. Dans les Hauts-de-Seine, Mujati disputa tout de même 55 matchs en deux saisons. Un bon ratio même s’il convient de préciser que le droitier n’a été titularisé qu’à… quinze reprises !

  • Chiliboy Ralepelle (Stade Toulousain)

Toulousain de 2013 à 2015 (comme Vermaak), le talonneur n’aura joué que seize matchs (huit titularisations)... et aucun lors de sa seconde saison. En cause ? Un test positif à un stéroïde anabolisant qui lui vaudra une suspension jusqu’en avril 2016. Bref, son passage par le Top 14 fut loin d’être le succès attendu pour le premier capitaine noir de l’histoire des Springboks, lors d’un match face au World XV, en 2006. Chiliboy Ralepelle évolue désormais aux Sharks.

  • Percy Montgomery (USAP)

Une légende du rugby sud-africain ! Avant la venue de Dan Carter, l’USAP avait fait sensation en enrôlant Monty, arrière des champions du monde springboks en 2007 et meilleur réalisateur de la compétition. Seulement, à 33 ans, Montgomery était plus proche de la fin qu’autre chose, et ses perf’ sous le maillot sang et or n’ont pas franchement fait rêver les habitués d’Aimé-Giral. Il ne restera d’ailleurs qu’une seule saison en Catalogne. Retenons tout de même sa belle réussite face aux perches, le Bok passant vingt-six pénalités et vingt transformations avec l’USAP.

Qui a le plus moins son passage dans l'Hexagone ?
  • Chiliboy Ralepelle42.5%
  • Jano Vermaak19.2%
  • Percy Montgomery18.8%
  • Brian Mujati13.4%
  • Willem Alberts6.2%

1133 participations


Charger les commentaires