Top 14. Le doyen Rory Kockott parti pour enchaîner face à Toulouse ?
Rory Kockott a fait son retour à la compétition en Champions Cup.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Eh oui, ce diable de Rory Kockott a fait son retour sur les terrains, sept mois après son dernier match de rugby professionnel ! C'est en Champions Cup que le numéro 9 de légende a rechaussé les crampons.

Le rugby nous réserve toujours de belles histoires, et celle de Rory Kockott en fait partie. Le demi de mêlée emblématique du Castres Olympique a retrouvé le chemin des terrains lors de la campagne européenne de son club, pour le plus grand bonheur des supporters. Pour pallier la pénurie de demi de mêlée au CO, l'international français a été rajouté comme joueur supplémentaire, et a donc effectué son retour contre Exeter, lors de la première rencontre de Champions Cup. D'abord remplaçant de Doubrère, il est ensuite rentré en jeu pour suppléer à Julien Blanc, contre Édimbourg ce week-end. Mais alors, comment s'est passé ce retour à la compétition, pour cet infatigable joueur ? Avec deux défaites, le CO est quasiment déjà éliminé de cette compétition, qui ne semblait pas être une priorité pour les tarnais. Lors de ces rencontres, Kockott est rentré en jeu environ 20 minutes à chaque fois, pour dynamiser le jeu du CO, qui était bien terne. Il a alors essayé d'apporter toute sa roublardise, en communiquant, comme à son habitude, de nombreuses fois avec les arbitres. Ensuite, il a tenté plusieurs jeux au pied, avec plus ou moins de réussite, notamment contre Édimbourg où il n'a cessé de faire des petits coups de pied derrière les ruck. Défensivement, comme durant toute sa carrière, Kockott a tenu la baraque, et n'a pas hésité à mettre le nez parmi les avants. Néanmoins, il n'a pas tenu autant le ballon qu'à l'accoutumer, servant ses gros et son ouvreur dans le bon tempo. À 36 ans, Rory Kockott est loin d'avoir des airs de retraité et affiche un physique toujours aussi affuté, ce qui nous laisse imaginer l'entretien que s'inflige le bonhomme. Avec l'absence d'Arata et de Fernandez, Kockott a accepté cette dernière mission, pour l'intérêt du club. 

Une chance de le voir lors du derby ? 

Mais alors, est-ce que Rory Kockott va enchaîner au point d'être sur une feuille de match en Top 14 ? Pour le moment, Doubrère et Blanc sont disponibles, et devraient, dans la logique des choses, être alignés ce week-end face au Stade Toulousain. Néanmoins, lorsque nous réfléchissons bien, l'expérience de Kockott, sur un match aussi important, contre une équipe qu'il connait par cœur, ne serait que bénéfique pour le CO, qui pointe à la 11 ème place du Top 14. Si dans le passé, ses affrontements face aux toulousains, le galvanisait, il est désormais de l'autre côté du terrain, avec la fonction d'entraîneur et non de joueur. Face à Antoine Dupont, qu'il connaît bien, pour l'avoir vu commencer à Castres, puis évoluer à Toulouse, l'alternative Kockott ne serait pas une mauvaise idée. De plus, sa présence sur le terrain, et à l'entrainement, plaît à ses coéquipiers, qui voient en lui un métronome du jeu castrais. Cependant, le dernier souvenir qu'a Kockott d'Ernest-Wallon n'est pas réjouissant, et l'addition avait été plus que salée (41-0). Pour ce derby électrique, Julien Blanc devrait, fort logiquement, débuter avec le numéro 9, et si le match s'avère être serré, l'option Rory Kockott pourrait permettre aux hommes de Pierre-Henry Broncan d'accrocher quelques points à l'extérieur. L'avenir nous le dira, en attendant, c'est comme membre du staff que l'ancien capitaine semble aborder la rencontre. 

DÉSINTOX. TOP 14. Pourquoi Toulouse n'est pas favori face à Castres ?DÉSINTOX. TOP 14. Pourquoi Toulouse n'est pas favori face à Castres ?

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Le retour de Kockott, ça couvait !

  • rororo4
    11770 points
  • il y a 1 mois
@Garou-gorille

Kockott castrais : normal , les chapons à Noël...

Un peu à l'image de Servat qui avait rechausser les crampons pour aider Toulouse si je ne dis pas de bêtises...

  • NeST
    4656 points
  • il y a 1 mois
@MrBrooks

Tu n'en a pas dite : Servat a bien rechaussé les crampons lors de sa 1ere année dans le staff du ST en 2012, suite aux nombreuses blessures à ce poste. Et à 34 ans il avait de beaux restes 😉

Derniers articles

News
News
Vidéos
News
Vidéos
News
Vidéos
News
News
News
Vidéos