RUGBY. Féminin. Des protège-dents connectés proposés aux équipes à la coupe du monde
World Rugby a annoncé le lancement de protège-dents "intelligents" devant permettre aux data-analystes de mesurer l'impact des chocs en prévention des commotions cérébrales.

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

La fédération internationale, World Rugby, a annoncé proposer des protèges dents électroniques aux équipes engagées à la Coupe du Monde en Nouvelle-Zélande.

La fédération internationale World Rugby, a annoncé ce mardi qu'elle proposerait à chaque équipe participante à la Coupe du Monde féminine de cette fin d'année, des protège-dents connectés. Ces protège-dents ont pour but de collecter des données qui seront analysées par des spécialistes sur ordinateur, notamment en ce qui concerne l'impact des chocs et la prévention des protocoles commotions. Compétition devant se dérouler du 8 octobre au 12 novembre en Nouvelle-Zélande, toutes les données récoltées doivent permettre à World Rugby d'adapter son protocole commotion et de faire évoluer les prises en charge des joueurs et joueuses commotionnés et victimes de chocs à la tête.

Le directeur général de World Rugby, s'est montré satisfait d'un tel partenariat pour la compétition :

Nous ne resterons jamais les bras croisés lorsqu'il s'agit d'adopter les dernières technologies qui ont le potentiel d'améliorer la santé des joueurs de rugby.  La Coupe du Monde de Rugby est le sommet de notre sport et grâce à cette étude et à d'autres qui auront lieu pendant le tournoi, nous ferons de la Coupe du Monde de Rugby 2021 l'événement sportif majeur le plus perfectionné jamais organisé en ce qui concerne la santé des joueurs. 

L'équipe de France doit affronter l'Angleterre en phase de poule en plus de l'Afrique du Sud et les Fidji pour prétendre à une qualification en quart de finale du tournoi.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Voilà un projet intéressant pour connaître les effets des chocs et commotions. Mais il ne faut sans doute pas s'en tenir là et coupler les infos récoltées à des examens complémentaires sur les moyen et long termes. Il est possible que l'on ait des résultats surprenants.
Pourquoi seulement sur les féminines ? Pourquoi pas sur les jeunes et sur les garçons ? C'est chez les pros que les chocs sont les plus violents et fréquents.

Sinon cela fera comme beaucoup d'autre choses, un épisode sans effets.
On va collecter une foule de données qui vont demander beaucoup de temps avant de déboucher sur des actions ... et lesquelles ?
En tout cas c'est intéressant et à suivre.

Ce sera intéressant de comparer les postes, les entraînements et les matchs.
Les données chiffrées et immédiatement recueillies, c'est vraiment un plus.
Leurs analyses puis les mesures sportives qui pourraient en résulter, c'est un vaste et long
programme avec beaucoup plus de paramètres que des simples données.
Au moins, on ne pourra pas dire qu'on ne savait pas

'tain! La NASA, à côté, c'est le concours Lépine!
Merci à Yoyo d'en avoir démontré l'utilité.

  • Yonolan
    146004 points
  • il y a 2 mois

En 2021, une étude de la Fondation Drake en Grande-Bretagne montrait que 50 % des joueurs de rugby de haut niveau présentaient une modification inattendue de leur volume cérébral en raison d’impacts reçus à la tête durant leur carrière

Oui vous lisez bien 50 %
Entendons-nous bien , cela ne conduira pas à des pathologie gravissimes post-rugbystique pour tous
Mais cela montre bien que les commotions sont pas les seules à surveiller et que les chocs répétés sont aussi à analyser et que leurs conséquences sont aussi à mesurer

la Fédération internationale de rugby a lancé une étude en mars 2021 avec l’université d’Otago en NZ ( celle des Hightlanders) pour comprendre la fréquence et la nature des chocs reçus à l’entraînement et en match, grâce à des protège-dents connectés.

700 joueurs et joueuses amateurs, des moins de 13 ans aux seniors, qui portent donc des protège-dents connectés

En complément, certains clubs pro ont été sollicités comme l’ASM qui a reçu ces protèges dents fin 2021

Rémi Gaulmin, le médecin clermontois expliquait à l’époque leur fonctionnement :
Il y a un accéléromètre qui mesure les forces mécaniques qui s’appliquent lors des impacts, les forces d’accélération et de rotation au niveau de la tête. Des capteurs mesurent la force des impacts, leurs répétition et leur incidence. Ensuite, on range les protège-dents dans une grande valise où ils sont désinfectés avec des UV et le transfert de données se fait automatiquement"
Très bien de collecter des données sur un tournoi de haut niveau après ces premières expérimentations

Et il faudra aussi le faire pour les ...hommes au même niveau non ? car là les accélérations sont nettement plus importantes
Ensuite il faudra en tirer des conclusions et des ..actions
Mais ça c'est une autre histoire

  • alan75
    2063 points
  • il y a 2 mois
@Yonolan

Nettoyés aux UV, comme ça on risque pas d'entendre des "à l'insu de mon plein gré"!
Pourtant de ce côté là, les protège-dents seraient aussi parfois très instructifs. Keep rugby clean!

  • frakc
    12378 points
  • il y a 2 mois
@Yonolan

Merci pour ces infos.
Si ce sont des protège-dents connectés, la connexion à la borne pour extraire les données récoltées se fera logiquement par bluetooth

@Yonolan

Je me demandais à quoi cela pouvait servir...merci pour ces précisions

  • gjc
    11234 points
  • il y a 2 mois
@Yonolan

Oui c'est effrayant.

L'expérience va être utile pour évaluer quelles actions causent quel type de choc à la tête.

Mais comme tu expliques les chocs répétés sont très importants, donc l'usage le plus intéressant de ces protège-dents est sur la durée par les clubs. Je ne sais pas pour Clermont mais les Harlequins en Angleterre adaptent les charges de travail individuelles à l'entraînement en fonction des données recueillies.

Du coup je vois aussi dans cette expérience un coup de marketing utile pour convaincre les clubs de s'équiper en protège-dents électroniques.

  • Yonolan
    146004 points
  • il y a 2 mois
@gjc

Une chose est sure : la collecte d'informations sur la durée est capitale pour bien comprendre
Et là , toutes ces démarches sont bonnes à prendre


D'autant que le cout du matériel est devenu très abordable et le recueil des infos facile
Ca c'est la phase 1

Et on peut imaginer que très prochainement les joueurs soient suivis de cette manière sur toute leur carrière

On pourra donc dresser un tableau juste des risques qu'entraine la pratique du rugby à XV au niveau du cerveau et adapter les pratiques


Et le degré d'adaptation des pratiques sera significatif de ce qui est pris en compte ..ou pas

@Yonolan

Ryan Jones ancien capitaine Gallois vient d'annoncer qu'il était atteint de démence...un de plus
On va en découvrir de plus en plus...malheureusement

  • oc
    34719 points
  • il y a 2 mois
@pascalbulroland

Crois tu que l'on puisse prendre ses déclarations au sérieux ?...

  • Yonolan
    146004 points
  • il y a 2 mois
@pascalbulroland

Malheureusement je pense que oui ce genre de nouvelles va devenir courant
Les premières analyses des cerveaux de joueurs décédés de foot américain avaient montré que sur les 202 cerveaux analysés 87% étaient atteint d’encéphalopathie traumatique chronique
Alors surement que le résultat sera moins important en pourcentage pour les anciens pratiquants professionnels de rugby mais la liste sera longue
Et quand on pense qu’à leur époque, l’intensité était nettement plus faible qu’aujourd’hui , on comprend la nécessité de comprendre et d’agir ...réellement

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
News
Vidéos