RUGBY. COUPE DU MONDE. Le corazon uruguayen n'a pas suffi face à la force de frappe des All Blacks
Ce jeudi, la Nouvelle-Zélande affrontait l'Uruguay à Lyon. Crédit image : Screenshot TF1
Ce jeudi, la Nouvelle-Zélande affrontait l'Uruguay à Lyon. Un ultime match de poules pour les All Blacks avant les quarts de finale.

Ce jeudi, la Nouvelle-Zélande affrontait l'Uruguay à Lyon devant plus de 57 000 personnes. Un ultime match de poules pour les All Blacks avant les quarts de finale. A voir le Kapa o Pango, c'est un adversaire qu'ils prenaient très au sérieux. Après leur victoire sur la Namibie, les Teros ont mis beaucoup d'envie dès l'entame de la rencontre. Ce que n'avait pas réussi à faire l'Italie. Devant un public presque entièrement acquis à la cause du petit Poucet de ce match, l'Uruguay a joué crânement sa chance en défiant les All Blacks devant comme au large. Pas d'essai encaissé (trop) rapidement, même si Jordan a mis le feu à la défense après un petit par-dessus le premier rideau. Mieux, Sanguinetti a sauvé la patrie à la 9e lorsque Roigard a plongé en Terre promise en lui faisant perdre le cuir sur la ligne après un beau mouvement au large des Néo-Zélandais.

Des All Blacks bousculés

Loin d'être impressionnés, les Sud-Américains ont répondu de la plus belle des manières. À la faveur d'une course en travers à faire palir Penaud, l'ailier Mieres a contourné la défense et mis les cannes en bord de touche. Une folle chevauchée qui a mis les Teros dans l'avancée. Le ballon a été perdu puis récupéré sur un contre avant de terminer les bras d'Ardao. Le 3e ligne a bien cru inscrire le premier essai du match mais son pied a touché la ligne de touche. Une action folle qui a fait se lever tout le stade. Preuve qu'avec de l'envie et le bon état d'esprit, il est possible de faire de belles choses face aux Néo-Zélandais.

Lesquels ont manqué une nouvelle occasion de marquer par McKenzie, l'arrière ayant vu son essai refusé pour une faute sur l'action. Alors qu'ils avaient été si efficaces une semaine plus tôt contre l'Italie, les All Blacks ont cette fois-ci manqué de réalisme. Et ce, alors que Foster avait aligné une belle équipe avec notamment plusieurs cadres sur le pré. La troisième incursion fut cependant la bonne pour la Nouvelle-Zélande grâce à McKenzie (20e). Puis c'est Mo'unga qui a fait parler ses cannes derrière une mêlée pour doubler la mise. Une faute de main de son homologue dans ses 22m qui se paie cash pour les Uruguayens.

Le panache des Teros

Ces derniers ont fait plaisir au public, en pleine ola, en allant par deux fois en touche au lieu de prendre les points avant la demi-heure. Ce n'est pas tous les jours qu'on affronte les All Blacks. Et puis, c'était leur dernier match dans cette coupe du monde. Des intentions qui n'ont pas été récompensées mais tout de même saluées par les supporters. Des occasions manquées par les Sud-Américains payées cash avec un nouvel essai par Jordan sur un bijou de passe de Mckenzie. Puis une quatrième par Roigard après une nouvelle mêlée proche de l'en-but. A la pause, le score était sévère pour les Teros (26 à 0).

L'Uruguay n'avait que peu de chance de remporter cette partie, mais il a tout de même fait honneur aux valeurs de ce sport. Ils ont montré que même si l'écart entre les cadors de l'ovalie et les nations du Tiers 2 et 3 est encore très grand, ils méritent, eux aussi, de participer à la grande fête du rugby. Alors que des discussions ont lieu pour augmenter le nombre de participants à la Coupe du monde de 20 à 24, le coeur et la combativité que les Uruguayens ont mis pour tenter de marquer ne serait-ce qu'un essai est une formidable publicité en faveur de ce projet.

La Nouvelle-Zélande fait le boulot

Ce match ne restera pas dans les annales au même titre que celui entre le Japon et l'Afrique du Sud en 2015. Mais cela ne veut pas dire qu'il ne doit pas avoir lieu. Il sera très certainement riche d'enseignements pour les Teros en vue des prochaines éditions du Mondial. Mais aussi pour les All Blacks comme pour leurs adversaires dans cette Coupe du monde. Il ne faut surtout pas leur laisser le moindre espace sous peine d'être puni. Mais avec de l'agressivité et de la maîtrise, c'est une équipe qui peut douter voire être battue. Il nous tarde de les voir en quart face à une opposition d'un calibre supérieur.

Ce jeudi soir, ils ont en tout cas parfaitement respecté leur adversaire et récité leur rugby. Fletcher Newell y est allé de son essai dès la reprise avant une 6e réalisation par Fainga'anuku sur une merveille de passe Jordan (38 à 0). Décidément en forme dans ce Mondial, McKenzie a doublé la mise. Si bien qu'on peut se demander s'il ne va pas passer devant Beauden Barrett pour les phases finales. Quant à Jordan, auteur lui aussi d'un doublé après l'heure de jeu, il semble plus que jamais installé à l'aile (52-0). C'est tout logiquement que le score a gonflé (Fainga'anuku, 68e et 77e ; Williams, 73e), les Teros baissant peu à peu pavillon sous les coups de boutoir des hommes de Foster. Lesquels attendent désormais de connaître leur adversaire en quart.

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • AKA
    72423 points
  • il y a 9 mois

« el corazón uruguayo no ha bastado contra la fuerza de ataque All Blacks » autant tout mettre dans la langue de Cervantes 🇪🇸😁

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
Vidéos
News
News
News
News