RUGBY. Bouscatel et Lacroix démissionnent, la Ligue appelle à organiser des élections sans attendre
Bouscatel et Lacroix démissionnent, la Ligue appelle à organiser des élections sans attendre.
René Bouscatel, président de la LNR et Didier Lacroix, président du Stade Toulousain, les représentants de la Ligue au comité directeur de la FFR, ont démissionné.

Démission de Laporte, et maintenant c'est quoi la suite pour le rugby français ?Démission de Laporte, et maintenant c'est quoi la suite pour le rugby français ?Bernard Laporte n'est pas le seul à avoir démissionné ce vendredi. Les élus de l'opposition dont Florian Grill ont tous démissionné afin de pousser le comité directeur de la FFR à en faire de même. Dès lors, cela permettrait d'organiser de nouvelles élections sous six semaines. Par la suite, René Bouscatel, président de la LNR et Didier Lacroix, président du Stade Toulousain, les ont imité. Une décision forte puisqu'ils étaient les deux représentants de la Ligue. Via un communiqué, cette dernière a expliqué avec le fait de désigner un président intérimaire en attendant l'Assemblée générale de juin et de nouvelles élections. La LNR estime ce processus qui "ne tire pas les conséquences du vote des clubs qui ont refusé d’approuver le Président délégué proposé." La Ligue, comme l'opposition et la ministre des Sports Amélie Oudéa-Castéra, appelle à organiser des élections sans attendre "qui permettront aux clubs de faire leur choix et à la gouvernance ainsi désignée d’avancer sereinement vers les grandes échéances qui se présentent au rugby français." De son côté, Bernard Laporte estime qu'il faut suivre le processus. "L’opposition, avec retenue et sans goût pour les formules populistes, hurle au “putsch”. Ce sera donc le premier putsch de l’histoire réalisé par des élus déjà en responsabilité, qui ne font que suivre les statuts et règlements de leur institution. Nos clubs, qui votent et décident de nos statuts, auront aussi à élire démocratiquement un nouveau Président au mois de juin prochain pour terminer ce mandat. Ce devra alors être le temps du calme et de la sérénité. "

Lors de la réunion du Comité Directeur de la FFR de ce matin, et au vu du résultat de la consultation des
clubs sur la désignation du Président délégué, les représentants de la LNR ont réitéré la position exprimée
le 15 décembre consistant à ce que la FFR organise de nouvelles élections générales, afin de ramener
l’apaisement au sein du rugby français.


A la suite de la démission de Bernard LAPORTE, le Comité Directeur de la FFR a finalement décidé de
désigner un président intérimaire jusqu’à l’Assemblée Générale de juin, lors de laquelle sera organisée
l’élection d’un nouveau président, le Comité Directeur élu à ce jour restant en fonction.


Le Bureau de la LNR réuni ce jour n’est pas en accord avec ce processus qui ne tire pas les conséquences du
vote des clubs qui ont refusé d’approuver le Président délégué proposé, et qui peut aboutir à une situation
de blocage de l’institution si le Président élu en juin n’est pas issu du groupe actuellement majoritaire au
sein du Comité Directeur.


Ainsi que l’a préconisé la Ministre des sports lors de la réunion, la LNR considère que la voie de la sagesse
est d’organiser dans les meilleurs délais des élections générales, qui permettront aux clubs de faire leur
choix et à la gouvernance ainsi désignée d’avancer sereinement vers les grandes échéances qui se
présentent au rugby français.


En cohérence avec cette position du Bureau, les deux représentants de la LNR remettront leur démission
de leur mandat de membre du Comité Directeur de la FFR.


Quoi qu’il advienne, la LNR réaffirme son engagement pour continuer au cours des mois à venir à mobiliser
toutes les énergies pour la réussite du rugby français, à travers le XV de France et les clubs.
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
  • de1a15
    603 points
  • il y a 1 an

Mme la Ministre des sports, afin de débloquer cette situation, vous pourriez demander à Mme la Première Ministre s’il existe un article semblable au 49.3.
Car enfin, il serait surprenant qu’un simple président d’une fédération, quel qu’il soit, puisse se soustraire aux souhaits de son Ministre de tutelle.
Et ceci, bien évidemment, lorsque le contexte nuit à l’intérêt général, et plus encore, à celui de la nation dans le cadre de la coupe du monde de rugby.

Derniers articles

Vidéos
News
News
Vidéos
Transferts
News
News
News
Transferts
News
News