Pour la presse étrangère : au Racing les méprises, aux Chiefs la maîtrise
Victoire méritée des Chiefs d'Exeter en finale de la Champions Cup. Crédit vidéo : inpho.ie
Outre-Manche, la presse salue la prestation des joueurs d'Exeter en finale et ne manque pas de relever que le Racing a laissé passer sa meilleure chance.

2016, 2018, 2020, la triste série de défaites en finale de la Champions Cup du Racing 92 s'est poursuivie samedi dernier face à Exeter. Pour le site irlandais RTE, les Franciliens se sont tiré une balle dans le pied à plusieurs reprises. "Ils ont offert la possession et l'occupation aux finalistes de la Premiership à de nombreuses reprises, ce qui est inacceptable lorsque vous jouez contre une équipe physiquement intelligente." Une équipe dont "la résilience, la confiance mutuelle, la foi, la forme physique, la croyance en la cause" ont été cristallisées selon le Telegraph par cette défense héroïque à 14 après le jaune de Francis devant leur ligne après une séquence de 19 temps de jeu de la part des Racingmen. "Ils ont eu des opportunités mais n'ont jamais pu trouver une faiblesse". Pire, ce sont les Chiefs qui en sont sortis vainqueurs sur un grattage de Sam Hidalgo-Clyne. "Un moment charnière, qui a stoppé le Racing au moment où il se préparait à s'emparer tardivement du butin" dans cette troisième finale européenne en cinq ans. 

Les hommes de Laurent Travers ont été forcés de courir après le score et de prendre des risques, parfois trop estime The Guardian, dès l'entame du match. Russell a régalé d'une passe magique pour Zebo mais il a aussi offert un essai tout fait aux Chiefs par la suite en se faisant intercepter sur une passe osée. "Ils ont finalement payé leur négligence face à une équipe qui donne rarement de seconde chance." Une équipe, solide mentalement, qui a montré une fois de plus sa capacité à marquer près des lignes et à maintenir son adversaire à distance. "C'est du pick-and-go, c'est du martellement, c'est protéger cette balle comme si c'était votre premier-né, ne jamais lâcher prise, ne jamais laisser des mains errantes près d'elle jusqu'à ce que l'essai soit marqué. Certains disent que ce n'est pas joli. Eh bien, si la beauté est dans l'œil du spectateur, alors les partitions près des rucks de Luke Cowan-Dickie, Sam Simmonds et Harry Williams ont été des œuvres d'art", écrit The Guardian

En face, le Racing a aussi montré un gros état d'esprit pour revenir dans la partie et marquer quatre essais. The Guardian salue l'entrée de Machenaud aux dépens d'Iribaren, qui est totalement passé à côté de sa finale en mutipliant les erreurs. "Cela leur a permis d'avoir l'initiative pour la première fois." RTE a de fait une pensée pour Simon Zebo qui est devenu le quatrième joueur de l'histoire à marquer un doublé en finale. "Zebo a montré aux gens à la maison ce qu'il manquait, tout en honorant le regretté Axel Foley par la même occasion, avec un bandeau portant le nom de la légende du Munster et de l'Irlande." On rappellera que les Franciliens n'avaient pas marqué d'essais lors des précédentes finales. Ce qui a donné la finale la plus prolifique de l'histoire en termes d'essais inscrits. "C'était une finale qui nous a donné tellement de sensations fortes". De quoi regretter encore plus l'absence de supporters dans le stade. Ce qui aurait donné encore plus de saveur à ce match disputé et spectaculaire. "C'était une finale à savourer, une bataille incessante à la fois physique et mentale. Elle méritait d'être célébrée avec les tripes." 

Le Rugbynistère a besoin de vous

Cet article est financé par les adhérents, sans qui il n'aurait pas pu être publié. Vos adhésions nous ont permis de mobiliser plusieurs personnes pour cette publication. Vous pouvez y accéder et débloquer toutes les fonctionnalités des adhérents en nous soutenant !
Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires
Cet article ne contient aucun commentaire, soyez le premier à en poster un !

Derniers articles

News
News
News
News
News
News
News
News
News
Ecrit par vous !
News