Itoje, Obano, Watson : Le casting XXL du doc' évènement sur le manque de mixité dans le rugby
The Obano's gang ! (Crédit photo : Amazon Prime)

Soutenez le Rugbynistère pour le prix d'une pinte !

Via son documentaire "Un sport pour tous", Beno Obano, pilier de Bath et cousin de Maro Itoje, nous parle de la face cachée du rugby anglais, et en général.

Beno Obano, Maro Itoje, Anthony Watson, Ellis Genge et Biyi Alo. Cinq pointures de notre sport pour parler d'un sujet fort au travers d'un documentaire passionnant : la mixité dans le rugby. Outre le flow imcomparable de Maro Itoje, cette réalisation diffusée sur Amazon Prime met en effet en lumière le manque d'ouverture du ballon ovale (surtout anglais) à la communauté noire et aux autres minorités, via - entre autres - les expériences personnelles de ces joueurs ayant tous au moins un parent de couleur. La faute à un système britannique très particulier, où le rugby ne se joue pratiquement que dans les écoles privées, à l'inverse de ce que nous connaissons nous, en France. 

Pour autant, le serial marqueur Anthony Watson (22 essais en 50 sélections pour le XV de la Rose) pointe aussi du doigt le fait que le rugby souffre finalement plutôt de son image de sport "chic" que de son essence même, outre-Manche. En effet, à l'inverse du tennis ou du golf, pratiquer la discipline au ballon ovale n'est pas plus onéreux que celle au ballon rond; mais ce n'est pas la vision qu'en ont la plupart des gens. Malgré son crédo de "sport ouvert à tous" et ses valeurs, l'organisation de ce jeu fait qu'il reste donc très élitiste et qu'in fine, les joueurs de couleur ne sont qu'environ 10% à composer le Premiership... Alors, le but de "Everybody's game" ? Que les témoignages de ces vedettes inspirent, laissent une trace et incitent au changement. Aussi à ce que les enfants de quartier découvrent ce sport et finissent par se dire "pourquoi pas moi ?".

Ainsi, le pilier des Wasps Biyi Alo (1m88 pour 145kg !) n'hésite pas à lancer que "beaucoup de garçons seraient certainement plus athlétiques et doués" que lui, s'ils avaient été exposés au rugby. Et Beno Obano, le réalisateur de ce documentaire, d'avancer "qu'il est encore impossible de savoir de quoi nous sommes capables (...) tant le potentiel (de ce jeu) est énorme." Selon eux, l'Angleterremalgré ses 355 000 licenciés - et le monde du rugby en général doivent donc faire plus pour ouvrir leurs portes aux personnes issus de milieux non-aisés. Tout en rappelant que l'équipe championne du monde 2003 ne comptait que 3% de joueurs de couleur dans son effectif, quand le groupe anglais du Mondial 2019 en comptabilisait 35%... Le chemin est long, mais pas infranchissable. 

Pour voir le documentaire (à condition d'être abonné), c'est par ici :

Vous devez être connecté pour pouvoir participer aux commentaires

Ce documentaire parle surtout des différences sociales entre les joueurs. Le rugby professionnel britannique est toujours vu comme un sport de riche La plupart des joueurs pros viennent d'écoles privées (dans le cas de ce documentaire, Obano et Itoje ont tous deux eu des bourses). Le documentaire met en avant le manque d'attraction chez les gens moins fortunes et surtout comment le public réagit aux joueurs au caractère different comme Genge qui lui vient d'un quartier sensible de Bristol.

"les joueurs de couleur ne sont qu'environ 10% à composer le Premiership" => oui mais c'est représentatif du coup puisque c'est à l'image de la composition de la population britannique, non?
C'est plutôt des raisons sociales qui sont évoquées que raciales. Souvent les deux se mêlent.
S'il y avait une population sous représentée, ce serait plutôt ceux que les britanniques appellent asians, pakistanais indiens ou bengladis. Il y a d'ailleurs un truc sur le sport en inde: deuxième pays le plus peuplé du monde et un nombre de médaillés olympiques infime. Est ce juste qu'ils jouent à des trucs non olympiques (cricket ou autre)?

@pedronimo

Vous vous rappelez des cuisses d'Ubogu?

  • oc
    16357 points
  • il y a 7 mois

Je me casse illico écouter GANGSTA PARADISE , un besoin compulsif encore un ;
un autre encore ...

  • CEVEN
    187486 points
  • il y a 7 mois
@oc

Good choice, le tout agrémenté par la présence de Michelle.

Dans une veine plus ancienne et beaucoup plus tectonique (mais en beaucoup moins sexy)
https://www.youtube.com/watch?v=4B_UYYPb-Gk

C'est quand on voit les réactions que cela suscite dans la section commentaire du post Facebook qu'on se rend compte à quel point ce sujet est tabou même ici en France.
On a des joueurs pro d'un autre pays, qui veulent parler d'une discrimination que les lecteurs ne vivront jamais de leur vivant et tu vas trouver des pelleté de personnes qui viendront dire que c'est n'importe quoi, voire que ça n'existe pas.
Mais les gens ne se disent pas une seule seconde que des mecs comme Itoje, Watson ou même Genge sont pas du genre à se plaindre pour rien? Que s'ils décident de l'ouvrir, en connaissant par avance la vague de chouinerie que cela va provoquer, c'est qu'il y a une bonne raison?

@Nicolas Sans Chaise

Il y a eu un rendez-vous sur Facebook de personnes qui ne sont pas touchés par un problème, mais qui affirme que ce problème n’existe pas.

@Boukercha Oussama

touchées*

@Nicolas Sans Chaise

Tu parles de quelle type de discrimination que je sois sûre de pas répondre à côté?

@Nicolas Sans Chaise

Moi qui me suis toujours dit que le système britannique était bien plus intéressant, finalement les clubs que je trouve trop "invisibles" en France ont au moins réussi à intégrer une large partie de la société.

@coupdecasque

Après il faut regarder le docu pour voir si les joueurs parlent uniquement du rugby ou de la société anglaise plus largement.
Et pour la France la représentation a l'air bonne en club effectivement et le vivier francilien qui apporte la majorité des joueurs issus de minorités est solide et ancré. Maintenant si demain des joueurs français noirs viennent relever des imperfections dans le système (on n'est pas à l'abri), j'aurais plus tendance à les écouter que les offusqués des sections commentaire

@Nicolas Sans Chaise

Concernant ta dernière phrase je suis évidement en accord, c'est toujours le même problème d'inversion de la culpabilité et les réseaux sociaux accentuent cela.

  • oc
    16357 points
  • il y a 7 mois
@coupdecasque

Et moi je croyais que les britanniques s'en tiraient mieux sur terrain glissant ...

@oc

Ils ont plus l'habitude, ça ne veut pas dire qu'ils sont meilleurs...

  • Loohr
    2026 points
  • il y a 7 mois

En soit, elle initiative de ces joueurs parce que c'est aux instances du rugby d'essayer d'attirer des joueurs dans leur sport. Quand on parle de mixité et d'Angleterre, on peut aussi noter l'absence totale (ou presque ?) de joueurs d’élite ayant des origines dans le sous continent indien représentant environ 6% de la population anglaise. Mais culturellement, les jeunes issus de ces communautés s'orienteront vers le Cricket quand d'autres iront vers le foot. De la même manière, il n'y a aucun nom a consonance indienne dans l’équipe des Fidji malgré qu'ils représentent un tiers de la population du pays.

L'approche de ces joueurs dans le documentaire est très bonne pour essayer d'attirer de jeunes joueurs qui n'iraient pas vers le rugby.

10% du championnat pour une population à plus de 80% blanche est à mon sens déjà pas mal. Rappelons qu’on parle ici de l’Angleterre et de son championnat et non celui d’Afrique du Sud où par ailleurs la part qu’occupe la population noir est majoritaire dans un pays où ils le sont également.

  • Manu
    15021 points
  • il y a 7 mois
@MoeTaua986

Et pour le cas de la France, on peut pas se plaindre
Les joueurs français les plus connus sont Blanco, Dusautoir, Betsen, Ntamack (père et fils), Michalak (de mère nord-africaine) ou Teddy Thomas (...).
Je crois même que dans la majorité des équipes du TOP 14 nous avons plus de 50% de joueurs issus d'Afrique ou des DOM-TOM.

  • Dodow
    10369 points
  • il y a 7 mois
@Manu

issus d'afrique ou d'ascendance africaine 😉

parce que la plupart des jeunes de couleur en France, n'ont jamais posé un pied en Afrique et ne le feront peut être jamais

  • Manu
    15021 points
  • il y a 7 mois
@Dodow

issus ou ascendance, c'est synonyme.
https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/issu/

@Manu

Exactement ! Et ce jusqu’à l’échelon le plus élevé ce qui nous rend très fière lorsque l’un d’entre nous(je viens d’Uvea et Futuna) perce et représente nos couleurs 🇫🇷🤙🏽

  • Manu
    15021 points
  • il y a 7 mois

Je prolonge la conclusion de l'article. Avec 35% de joueurs de couleur, "le chemin est long", oui mais vers quel objectif ? 50%, 100%, 120% ?

@Manu

Autant de % qu'il faudra pour qu'aucun jeunes issus de n'importe qu'elle minorité ne se disent pas que le rugby n'est pas un sport pour lui.

  • Manu
    15021 points
  • il y a 7 mois
@Nicolas Sans Chaise

Ah, d'accord ça se mesure en pourcentage.
Moi qui ait toujours constaté que le rugby ne fermait la porte à personne, je me serais donc planté. Merci pour ton éclairage.
C'est fou comme les mathématiques peuvent tout résoudre.

  • Dodow
    10369 points
  • il y a 7 mois
@Manu

en fait c'est plutôt toi qui a posé la question du pourcentage, et c'est lui qui a répondu "on s'en fout du pourcentage, le résultat c'est surtout que dans les têtes des gens ce soit un sport pour les gens de toute origine" 😉 plus clair ainsi sans doute

  • oc
    16357 points
  • il y a 7 mois
@Dodow

Non , il a ironisé sur le pourcentage proposé dans l'article ,et la conclusion claire de son propos vient épouser la tienne ,mon DODOW de frère , clair ? ( si je puis dire)

  • oc
    16357 points
  • il y a 7 mois
@Manu

pas mieux

Derniers articles

News
Transferts
Vidéos
Vidéos
Vidéos
Ecrit par vous !
Vidéos
News
Vidéos
Vidéos
News
Ecrit par vous !
Vidéos